Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/10/2013

ADIEU SIMONE !

simone.jpgC'est avec beaucoup de tristesse que nous venons dapprendre la disparition de la doyenne des communistes dEvry à 97 ans, Simone Marquet.

Militante communiste jusquà son dernier souffle elle a été pour beaucoup, et bien au-delà des rangs de son parti, une militante, une femme, une citoyenne exemplaire et engagée.

Très jeune veuve, elle a élevé seule ses trois enfants. Connue de tout son quartier au Petit Bourg jusquà la fin de sa vie elle a arpenté les rues et à aider matériellement et moralement, et toujours avec modestie un nombre de personnes incalculable. Cétait « Simonne » pour tous ses amis et camarades.

Elle a était adhérente de lUnion des Retraités dEvry, adhérente du Parti communiste français, du Secours Populaire Français.

Ancienne conseillère municipale communiste, elle a été ainsi la porte parole des sans voix.

Pour nous cest une grande perte.

A cette époque où trop souvent le dénigrement des militants et des élus communistes en niant leurs utilité est une règle, il était bien de rappeler le parcours exemplaire de notre amie et camarade.

Toute notre affection à sa famille, à ses amis.

Le Groupe des élus communistes de la ville dEvry

10/10/2013

PIERRE LAURENT : LA PRIORITE DU FRONT DE GAUCHE CE N'EST PAS EVRY, C'EST CORBEIL

plbercy.jpgPierre Laurent est secrétaire national du PCF et sénateur de Paris.

Votre candidat ne s’est pas qualifié pour le second tour dimanche dernier à Brignoles (Var). Comment l’expliquez-vous ?

PIERRE LAURENT. Par deux facteurs simples. Le premier, c’est que la politique gouvernementale provoque une démoralisation et une démobilisation massive de l’électorat de gauche qui se traduit par l’abstention.  

Le second, c’est que lorsque le Front national est à un très haut niveau, la division de la gauche entraîne son élimination au second tour.

Appelez-vous, comme votre allié Jean-Luc Mélenchon, à ne pas choisir au second tour entre la peste et le choléra ?

Non. Nous avons appelé à faire barrage à l’extrême droite parce que nous ne pourrons jamais mettre un trait d’égalité entre le vote FN et un autre. Cela reviendrait à le banaliser. Je peux comprendre que ce choix soit difficile, surtout quand les candidats de droite n’ont pas toujours fait la preuve de leur mobilisation contre le Front national… Mais nous n’avons pas à nous dérober.

Et quand Mélenchon estime que le principal pourvoyeur de voix du FN est à l’Elysée, il a raison ?

La politique gouvernementale menée par Hollande et Ayrault montre tous les jours qu’elle est incapable de dynamiser et de rassembler la gauche. Elle conduit le pays dans des impasses et probablement à une crise politique aggravée.

«Ce n’est pas le moment de nous replier sur notre pré carré»

Alors pourquoi rechercher des accords avec les socialistes pour les municipales ?

Il ne s’agit pas de s’allier avec des gens qui portent les choix du gouvernement, mais de créer sur le terrain un rassemblement d’hommes et de femmes de gauche qui ne se reconnaissent pas dans cette politique d’austérité. Ces électeurs, qui peuvent venir des rangs écologistes ou socialistes, ont le sentiment d’être pris au piège. Ce n’est pas le moment de nous replier sur notre pré carré, mais de leur tendre la main. Je ne dis pas que nous allons changer toute la politique nationale avec les élections municipales. Mais si nous pouvons améliorer la vie locale, alors il faut saisir cette occasion qui nous donnera plus de force pour infléchir le cap vers la gauche.

Qu’avez-vous décidé pour Paris ?

Nos adhérents se détermineront par un vote du 17 au 19 octobre. Nos instances départementales viennent de donner leur préférence à un accord d’union dès le premier tour avec les listes d’Anne Hidalgo. Et je partage cette proposition.

Pourquoi ?

hdune.jpgD’abord, parce que nous ne voulons pas du retour de la droite. Ensuite, parce que les priorités que nous avions fixées sur le logement social ou le développement de l’emploi public ont été retenues. Autant au niveau du gouvernement, nous ne trouvons aucune écoute, autant à Paris nous sommes entendus et respectés depuis deux mandats dans la majorité municipale.

Mélenchon dit que c’est une femme du vieux PS, de la gauche des muselières…

Le choix que nous faisons à Paris n’efface pas toutes les différences qu’il y a dans la gauche, mais d’une manière générale, je pense que nous devrions arrêter les jugements ad hominem qui ne font pas avancer le débat politique.

Et à Marseille, que ferez-vous ?

Nous ne sommes pas dans la même situation qu’à Paris, la ville est à droite. Nous avons donc proposé, après avoir rassemblé des forces citoyennes et associatives, de présenter une liste Front de gauche au premier tour.

«J'aimerais que le Front de gauche se concentre sur ses vraies priorités»

Pour vous rallier au PS au second tour ?

Comme partout ailleurs, nous nous déterminerons en fonction d’engagements concrets et précis. Mais la règle générale pour les seconds tours des municipales devra être le rassemblement de la gauche pour battre la droite et l’extrême droite. Il n’y aura pas à tergiverser.

Et si le Parti de gauche de Mélenchon ne respecte pas vos alliances…

Il se peut que dans quelques villes de France, on retrouve des militants du Front de gauche sur des listes différentes. Mais nous irons à la bataille ensemble dans un très grand nombre de communes.

Jean-Luc Mélenchon pointait deux autres villes : Evry, la ville de Manuel Valls, et Nantes, celle de Jean-Marc Ayrault…

Il y a parfois des hiérarchies qui m’échappent… A côté d’Evry, il y a Corbeil, détenue par la droite, que nous pouvons conquérir. J’aimerais que le Front de gauche se concentre sur ses vraies priorités.

Plutôt que de chercher à tailler des croupières aux socialistes ?

Dans l’ordre de mes priorités, Corbeil vient avant Evry, oui.

L’appel que vous lancez aujourd’hui va ouvrir une crise au Front de gauche. Vous parlez avec Jean-Luc Mélenchon ?

Oui régulièrement, mais parler ne fait pas disparaître toutes les divergences. En revanche, je me battrai de toutes mes forces contre l’idée qu’une différence d’appréciation sur les municipales ouvre une crise au Front de gauche. Nous avons besoin du Front de gauche pour aujourd’hui et pour l’avenir. Alors arrêtons de polémiquer, arrêtons de dramatiser, arrêtons de caricaturer les positions des uns et des autres. Et consacrons-nous à porter le plus loin possible nos positions pour les municipales et les européennes dans lesquelles le FG peut faire un excellent résultat.

Entretien réalisé par le Parisien

04/09/2013

RETRAITE : Toujours la même petite rengaine…

retraite4.jpgLes gouvernements passent et quand on parle retraite on entend toujours la même chanson, la musique change mais les paroles restent !

C’est parce que cela coûte trop cher au pays ? Mais En 1960, 13% de la richesse du pays était consacrée aux retraites contre 13,2% aujourd’hui !

C’est parce qu’ il y a moins d’actifs par rapport aux retraités ? Mais en deux siècles la richesse par habitant a été multipliée par 8.

Aujourd’hui un salarié travaille 2 fois moins, et produit 16 fois plus que celui ou celle du début du 19 ème siècle !

N’oublions pas le trop «fameux » On vit plus longtemps !!! Mais c’est le partage de la richesse produite, la baisse du temps de travail et la retraite à 60 ans qui ont permis l’augmentation de l’espérance de vie !

Aujourd’hui, « l’espérance de vie en bonne santé » (c’est-à-dire sans incapacité majeure) diminue. Les plus dures années au travail sont entre 60 et 65 ans. Les meilleures années de la retraite sont entre 60 et 65 ans !

Un recul de l’âge de la retraite a des conséquences néfastes sur cette espérance de vie.

Cela n’empêche pas le gouvernement de vouloir augmenter la durée de cotisation à 43 ans en 2035. Prenons par exemple, un enfant né en 1973. Ses parents font tout pour qu'il fasse des études. Il rentre à 25 ans dans le monde du travail. Rêvons qu’il ait une chance inouïe de ne jamais passer par la case chômage ou stages, eh bien, il ne pourra prendre sa retraite à taux plein qu’à 68 ANS !

En fait, LE problème c’est le partage des richesses ! Chaque année 30 milliards d’exonérations de cotisations pour les patrons, 80 milliards de fraudes fiscales qui échappent à l’Etat, 20 milliards de crédits d’impôts « compétitivité » pour les patrons….

Mais le gouvernement augmente nos cotisations retraites de 0.15 % diminuant d’autant notre pouvoir d’achat et diminuant d’autant les chances de reprise!

Il manquera 22 milliards pour financer nos retraites. Alors, faites vous-même la soustraction et descendez dans la rue faire entendre votre chanson !!!

TRIBUNE PUBLIE DANS LE BULLETIN MUNICIPAL

Groupe des élus Communistes de la Ville d'Evry -D.DIAZ – C.PIGAGLIO – E.YAGMUR

18/06/2013

TURQUIE : SILENCE ON TUE !

istambul3.jpgLe Groupe communiste d’Évry condamne avec une extrême fermeté l'usage excessif de la force contre les manifestants et l’inertie du gouvernement turc de Tayyip Erdogan, qui se sont déjà soldées par plusieurs décès par balles et de nombreux blessés à Istanbul, Ankara et dans 48 provinces.

La protestation avait commencé par l’opposition au bétonnage de la ville, notamment de Gezi Park à Taksim, poumon vert de la ville.

 Le gouvernement souhaite transformer la place historique de Taksim en un nœud de tunnels pour faciliter la circulation, et le Parc Gezi en la réplique exacte d’une caserne de l’armée ottomane avec un grand centre commercial et un centre culturel. Nous voulons souligner que cette opération serait un vrai désastre écologique dans cette ville qui est déjà encline à une grande pollution, mais aussi une atteinte à son caractère historique.

Nous voulons souligner que cette opération serait un vrai désastre écologique dans cette ville déjà touchée par une grande pollution, mais aussi une atteinte à son caractère historique.

L’opposition à ce projet s’est vite transformée en mouvement de protestation populaire contre un gouvernement devenu progressivement liberticide (emprisonnements de journalistes, d'intellectuels, d'élus, réglementation sévère de la vente et de la consommation d’alcool, fermeture de bars, de cabarets, attaques contre l’avortement et la pilule, interdiction du baiser dans la rue…).

Autres dérives, les Alévis, minorité progressiste chiite, ne cessent d’être harcelés dans leur quotidien, tandis que la condition des femmes se dégrade sous l’effet des violences conjugales et « crimes d’honneur ». Dernier bastion de la laïcité, l’armée a été décapitée, et les corps d’Etat infiltrés.

Les démocrates turcs manifestent pour exiger un meilleur fonctionnement de la démocratie, le respect des libertés individuelles et des droits de l’homme.

turquieliberté.jpgLes manifestations se sont transformées, actuellement, en une véritable crise politique. La police a dispersé à jets de grenades lacrymogènes, de gaz les manifestants sur la place Taksim. Le gaz qu’ils ont utilisé étant bien loin des lacrymogènes habituels, visiblement le Premier Ministre a les mêmes méthodes que ses voisins syriens !

Le groupe des élus PCF-FG d’Évry exprime sa solidarité avec ce mouvement et à toute la communauté turque en France qui le soutient, et ce au nom des valeurs de la démocratie.

Il demande au gouvernement français d’intervenir auprès du Premier Ministre Tayyip Erdogan pour l’arrêt des violences policières et la mise en place de mesures nécessaires visant à satisfaire les demandes légitimes des manifestants, à commencer par la levée de la censure imposée aux médias pour les empêcher de rendre compte de ce qui se passe.

Nous rappelons qu’être au pouvoir implique des droits, cela implique également des devoirs, à commencer par le respect des libertés fondamentales.

Communiqué de presse du Groupe des élus communistes au Conseil Municipal d’Évry

D.DIAZ – C.PIGAGLIO – E.YAGMUR
elus@evry91.pcf.fr 

06/06/2013

EVRY MUNICIPALE : LES COMMUNISTES CONSULTENT

consultation,mairie,evry,communistes,population,besoinsLes militants engagent jusqu’au mois d’octobre une large consultation de la population sur leurs attentes, leurs besoins.

Sur les critiques  aussi qu’ils peuvent avoir sur la gestion municipale actuelle où des élus communistes ont assumé leurs parts.

Plusieurs options prioritaires sont ainsi proposés au débat comme l’emploi, le logement, l’urbanisme, l’environnement, l’enfance, l’éducation, la culture, la sécurité, le sport, la solidarité…

Les habitants sont invités à s’exprimer sur ses priorités, mais aussi à commenter et à émettre leurs idées.

La situation économique et sociale qui à des conséquences directes sur les possibilités des collectivités locales. Le Front de Gauche avec son programme l’Humain D’abord est force de propositions sérieuses et d’alternative à la politique libérale actuelle.

A l’issue de ce vaste débat les communistes s’exprimeront en prenant en compte les demandes de la populations et les particularités des enjeux de cette élection.

A Evry depuis près de 40 ans, depuis la défaite de la Droite à Evry, l’équipe municipale à Evry est constituée d’élus socialistes, radicaux, démocrates, verts et communistes constitués dans le cadre de l’influence électorale de chacun.

mairiebudget.jpgC’est ainsi que cette ville solidaire et diverses a été construite.

Aujourd’hui 2 options sont proposés au sein du Front de Gauche dont est partie intégrante le PCF :

- Continuer cette gestion locale commune dans le respect du droit à la parole de chacun sur les appréciations parfois très différentes sur les options nationales et gouvernementales,

- ou constituer avec d’autres forces politiques qui ont toujours été opposées à la gestion municipale actuelle une liste autonome considérant que les divergences nationales dépassent l’intérêt local et celui des habitants de notre ville.

Pour les communistes ce qui restera déterminant dans tous les cas, sera l’intérêt de la population.

 

14/05/2013

TOUCHEZ PAS A NOS RETRAITES !

retraiteesperance.jpgAprès un recul social historique imposé par le MEDEF et des syndicats minoritaires parmi les salariés avec le vote à marche forcé et sans le moindre débat sur nos médias de l’ANI « accord national interprofessionnel », le gouvernement veut engager un deuxième round sur les retraites.

Il indique que les « caisses sont vides » au moment même où pour justifier l’ANI le gouvernement impose à la sécurité sociale une ponction de 2 milliards d’€ pour financer une complémentaire santé réservée à certains salariés mais ni aux retraités, ni aux étudiants, ni aux fonctionnaires...

Pour justifier la nouvelle réforme des retraites le MEDEF et le Gouvernement disent que cela est liée à l’allongement de la durée de vie. Cet allongement s’expliquait justement par un départ des retraités à un âge plus jeune et par de meilleurs soins. Sur ces deux aspects justement la France glisse dangereusement avec un recul du droit au départ à la retraite à 62 ans et 67 ans à taux plein. Sur la santé, la situation catastrophique de l’hôpital Sud Francilien dénoncée par les syndicats et le conseil municipal indique malheureusement la voie suivie.

retraite2.jpgLes conséquences sont immédiates comme le démontrent les derniers chiffres de l’INSEE : l’espérance de vie en 2012 a reculée pour la première fois de 2 mois pour les femmes (84,8 ans) et stagne pour les hommes (78,4 ans).

Dans le même temps l’INSERM indique que l’espérance de vie en bonne santé n’est à 65 ans, que de 8,8 ans pour les hommes et de 8,6 ans pour les femmes, et qu’elle recule pour ces dernières en Europe.

Les réformes sur les retraites ne résolvent pas les déficits mais enlèvent du temps à la vie.

retraites,allongement,sécurité sociale,élus communistes,evryLes plus jeunes dont le taux de chômage est au plus haut avec 25,7 % (pour les 15-25 ans) payent au prix fort l’emploi forcé des seniors obligés d’avoir une activité professionnelle à un âge plus avancé.

D’autres choix de financements sont possibles, l’actualité récente le prouve.

A Evry, la Municipalité a mis en place une politique sociale vers les seniors renommée bien au-delà du territoire en encourageant le maintien à domicile, l’aide aux plus démunis, la valorisation du rôle social des seniors dans notre ville, la prévention et la santé, et la solidarité inter générationnelle. C’est la voie que devrait suivre le gouvernement dans notre pays.

Les élus communistes d’Evry : Diaz Diego, Christian Pigaglio, Elise Yagmur

Tribune publiée dans le bulletin municipal de la ville d'Evry

07/05/2013

POINT DE VUE : LE JOUR D’APRES !

manifeurop.jpgLe jour d’après une manifestation est toujours un moment difficile. C’est certainement plus simple quand, n’en déplaise au ministre de l’intérieur, la manif est réussie !!!

La Grèce, le Portugal ou l’Espagne sont la preuve que les manifestations de masse ne font pas ou peu basculer la situation. Pour la plus part, ces pays sont encore dirigés par la droite, les sociaux démocrates n’ayant d’ailleurs, quand ils étaient aux affaires, pas fait une politique réellement différente !

Lisbonne, quant à elle, se plie, toujours, au diktat du capital et des agences de notations en pressurant une fois de plus les portugais, avec entre autre un recul du départ en retraite !

Si nous ne voulons pas être réduits à la promenade du dimanche, il nous faut choisir clairement le message que nous souhaitons transmettre.

Viser la finance, les institutions européennes, le FMI ou la banque mondiale, cela va de soi. Changer des institutions qui ont démontré leurs limites, pourquoi pas !

Convenons que nos concitoyens sont plus tournés vers leurs difficultés au quotidien,

Devons nous souhaiter l’échec du gouvernement ? Non évidement mais force est de constater que le chemin que l’on devrait parcourir ne passe certainement pas par l’ANI, le refus de l’amnistie des syndicalistes, la diminution drastique des dotations aux collectivités locales, l’obsession maladive de réductions de déficits, hantise qui nous bloque la route de la croissance seul voie valable pour retrouver l’équilibre…

Ne laissons pas des slogans « balayeurs », l’utopie de faire « place nette » occulter tout le travail que nous avons fait d’explications et de démonstration. Nous avons, face à la crise, de vraies solutions crédibles !

Ce type de posture ne peut qu’apporter de l’eau au moulin d’une extrême droite qui se voit de plus en plus profiter des fautes de F. Hollande !

pigaglio.jpgNon, il ne faut pas souhaiter l’échec du gouvernement, mais il y a nécessité à continuer à se mobiliser pour qu’enfin le cap soit mis à gauche.

Choisissons le rassemblement de toutes celles et de tous ceux qui estiment que la politique suivit actuellement de renoncement et d’austérité conduit au fiasco.

Christian Pigaglio, conseiller municipal et communautaire d'Evry