Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/01/2017

MEILLEURS VOEUX POUR 2017 ET VIVE LA SOCIALE

sociale logo.jpg

Les élus communistes et républicains d'Evry vous souhaitent à vous et vos familles nos meilleurs vœux pour l'année 2017.

L'année 2017 sera placée sous le signe de la Sociale extrait du titre du film de Gilles Perret Vive Sociale diffusé avec beaucoup de succès actuellement et qui relate l'histoire de la création de notre sécurité sociale par le ministre communiste Ambroise Croizat en 1945.

Evry a d'ailleurs honoré sa mémoire en donnant un nom à une de ses rues, celle même comme un signe où se trouve le siège départemental de la sécurité sociale.

La Droite avec le programme de Mr Fillon, avec l’inhumanité sociale qui la caractérise a promis d'en faire disparaître son principe si elle revenait au pouvoir. La ministre de la santé a estimé que cela se traduirait pour ceux qui le pourraient par un surcoût de 3200 € par an au minimum.

Les autres plongeront dans la misère et l'insécurité sociale, d'autant plus qu'elle a promis dans le même temps aussi de ne plus aider à plus de 75 % du SMIC tous ceux qui seront sans travail. Le SMIC net aujourd'hui après une revalorisation scandaleuse du gouvernement de quelques centimes est de 1153 €, 75 % correspondant à moins de 870 €.

Qui peut vivre ou survivre avec cela  ? Les communistes proposent une revalorisation immédiate de 23 % du SMIC et d'aller vers les 1700 € net.

Cela est possible dans une France où les plus riches sont de plus en plus riches et où le profits explosent et où en moyenne le revenu des patrons du CAC 40 dépassent 500 fois le SMIC.

Plus de justice dans le monde aussi est possible dans le monde où les 500 les plus riches détenaient le 27 décembre dernier 4 400 milliards de dollars, soit 5,7% de plus qu'il y a un an. C'est d'une autre répartition juste des richesses dont la France et le monde ont besoin.

C'est pour porter ces justes revendications et permettre un vrai changement politique alternatif à celui mené par le gouvernement actuel et à celui proposé par la droite, et son extrême raciste que les élus communistes et républicains soutiendront en 2017 à la députation un militant communiste de conviction, sincère, honnête , lié à la vie sociale et associative de sa ville  : Michel Nouaille

Elise Yagmur, Christian Pigaglio, Diaz Diego

 Tribune publiée dans le bulletin municipal de Janvier 2017

Google-Translate-English to French Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish

18/12/2016

LE NON DES ELUS COMMUNISTES D'EVRY A L'OUVERTURE A 12 DIMANCHES DU CENTRE COMMERCIAL

dimanche3.jpg

centre commercial evry,élus communistes,evryLes trois élus communistes d'Evry ont été les seuls à voter contre l'extension de l'ouverture du centre commercial d'Evry de 5 à 12 dimanches à l'occasion du conseil municipal du 15 décembre. Ils se sont positionnés dans le prolongement des arguments avancés par les députés du Front de Gauche à l'assemblée nationale qui ont soulignées le danger que cela entraînera pour le commerce de proximité et les salariés.

Fraysse Jacqueline députée de Nanterre est ainsi intervenue le 24 novembre (extraits)

L’activité et l’égalité des chances économiques, les conditions d’ouverture des commerces les dimanches et les jours fériés ont été considérablement assouplies, voire généralisées. En effet, le nombre de dimanches pouvant être travaillés est passé de cinq à douze par an, auxquels s’ajoutent les dérogations permanentes accordées à certains secteurs ou zones géographiques spécifiques.

Cet assouplissement a eu pour effet de mettre en difficulté de nombreux commerces indépendants, ce qui était évidemment prévisible. À l’occasion des débats, nous avions d’ailleurs alerté sur la situation en l’Italie, qui a généralisé l’ouverture des magasins le dimanche en juillet 2012, généralisation qui s’est malheureusement traduite chez nos voisins européens par la fermeture de 60 000 commerces et la perte sèche de 90 000 emplois.

dimanche2.jpgAu regard du succès rencontré auprès des collectivités par l’augmentation du quota de « dimanches du maire », il y a lieu d’être inquiet pour les petits commerces de centres-villes. En effet, 43 % des grandes villes ont augmenté le nombre de dimanches ouverts en 2016 par rapport à 2015. Le rapport nous apprend que l’on est par exemple passé de cinq à sept ouvertures dominicales par an à Montpellier et à Toulouse, de cinq à huit à Lille et à Belfort ; près d’un quart des villes a choisi d’utiliser le potentiel maximal de douze dimanches d’ouverture...

Nous pourrions également évoquer la situation des salariés des grandes enseignes, les pressions et chantages qui s’exercent sur eux, les contreparties très relatives de la loi Macron, la tromperie que constitue la référence à la notion de « volontariat » quand notre droit du travail repose depuis l’origine sur le constat évident de l’existence d’un lien de subordination du salarié à son employeur.

Pour toutes ces raisons, nous continuerons d’agir aux côtés des salariés et des petits commerçants pour le droit de chacun à une vie personnelle, à une vie privée et familiale dont le dimanche est à la fois l’une des garanties et le symbole. Nous continuerons d’agir contre le cynisme qui conduit sans cesse à privilégier les grosses entreprises sur les salariés ou les petits commerces, la consommation sur la vie familiale et le lien social.

Un an après, les premiers ratés de la loi Macron

Travail du dimanche, Cécile Rousseau, Août, 2016, L'Humanité

Le ministre de l’Économie s’est livré à un bilan élogieux pour la première année de sa loi, mais force est de constater que les effets sur la croissance sont faibles et que le travail dominical produit des effets négatifs.

dimanche.jpgUn bilan dithyrambique. Emmanuel Macron ne cache pas sa satisfaction, un an après l’adoption de la loi éponyme. Dans les colonnes de la Dépêche du Midi, le 4 août, il s’est laissé aller à un exercice d’autosatisfaction : « Cette loi porte une série de mesures très concrètes qui ont commencé à changer le quotidien des Français. » Mais les économistes n’ont pas tardé à calmer ses ardeurs. Ludovic Subran, chef économiste de l’assureur Euler Hermes, estime à « un demi-dixième de point » l’apport de la loi sur la croissance du pays, soit 0,05 %, alors que le compteur affichait zéro au deuxième trimestre. Objectif raté pour un texte qui devait rebooster l’économie. Sur le travail du dimanche, autre mesure phare de la loi, les effets sont aussi discutables.

Au centre commercial Beaugrenelle, dans le 15e arrondissement de Paris, après une première ouverture dominicale très médiatisée en octobre 2015 à la suite de son classement dans l’une des 21 zones touristiques internationales (ZTI) nées de la loi Macron, l’expérimentation a pris l’eau. Comme le raconte Éric Scherrer, président du Seci-Unsa, « au début, les commerçants avaient reçu un mémo leur demandant d’ouvrir, mais il y a eu un contrôle de l’inspection du travail et ceux qui n’avaient pas d’accord d’entreprise (obligatoire dans les ZTI, – NDLR) ou organisé de référendum (dans les entreprises de moins de 11 salariés – NDLR) ont fermé le temps de le mettre en place. Sans compter qu’avec le classement en ZTI, les baux ont augmenté, les charges aussi. Résultat, aujourd’hui, environ un quart des magasins sont fermés le dimanche ».

« Depuis le début de l’année les résultats sont catastrophiques »

centre commercial evry,élus communistes,evryAu BHV Marais, ouvert tous les dimanches depuis début juillet, les résultats sont aussi difficiles à quantifier. Premier magasin à avoir mis en place les nouvelles dispositions de la loi Macron sur les ZTI, en se dotant d’un accord d’entreprise ratifié par SUD et la CFE-CGC en mai dernier, malgré un référendum en novembre où 52 % des employés s’étaient opposés à l’extension de l’ouverture dominicale, son directeur espère 6 à 8 % de ventes supplémentaires et réaliser 150 embauches. Des prédictions irréalisables pour Éric Scherrer : « Pour amortir le coût, il faudrait augmenter la rentabilité de 10 à 15 %. La moitié des salariés le dimanche ne sont pas des employés du BHV, mais des démonstateurs qui doivent être couverts par un accord ou une consultation, beaucoup de stands devraient être fermés. Quand aux 150 recrutements, c’est de la promesse de Gascon, le BHV ne s’est pas engagé sur la fixité du personnel. »

Aux Galeries Lafayette, boulevard Haussmann, dans le 9e arrondissement, après un imbroglio juridique, l’accord signé par la CFE-CGC et la CFTC s’appliquera d’ici à fin 2016. Mais paradoxalement, à l’heure où les jours d’ouverture se multiplient, le climat lourd dans le pays n’a jamais autant freiné les touristes étrangers. Fouzia Essalmi, secrétaire générale de la CGT, n’est pas très optimiste. « Depuis le début de l’année les résultats sont catastrophiques. On sait que le samedi et le lundi sont les deux jours phares pour le commerce. Avec l’ouverture le dimanche, les gens ne vont pas consommer plus, juste décaler les jours des achats. » Effectivement, Christopher Dembik, économiste de la banque danoise Saxo, confirme que « le retour dont nous disposons de la part des commerçants est qu’il n’y a pas d’augmentation significative du chiffre d’affaires. Les dépenses de consommation sont apparemment sur une durée plus longue ».

À la Fnac, si la CFTC, la CFDT et la CFE-CGC s’étaient prononcées en faveur d’un accord de ce type, le 5 juillet, les syndicats représentant plus de 50 % des suffrages, la CGT, FO et SUD, ont réussi à l’invalider. Les garanties étaient trop maigres et les dangers bien réels. Comme l’explique Catherine Gaigne, déléguée syndicale SUD Fnac Ternes. « Nous avons eu la pression de la DRH pour signer… Mais le texte était totalement misérable. Il prévoyait la création d’une vingtaine de postes sur tout Paris, uniquement des temps partiels, sans préciser s’il s’agissait de CDD ou de CDI. Depuis plusieurs années, la Fnac ne remplace aucun départ, sachant qu’on perd 10 % des effectifs par an depuis 5, 6 ans, nous n’avons plus confiance dans nos dirigeants. » D’autres zones d’ombre subsistaient dans le texte. « Il n’y avait pas écrit que le travail jusqu’à minuit ne serait pas mis en place, note Catherine Gaigne, nous n’avions qu’une seule certitude : être corvéables à merci ! » Les Fnac en ZTI ne pourront donc ouvrir que les douze dimanches dits du « maire » et non pas toute l’année.

« Le rythme était infernal, je me suis retrouvée isolée »

centre commercial evry,élus communistes,evry

Cet été, une nouvelle étude sur l’impact du travail dominical a encore apporté de l’eau au moulin de ses opposants. Selon l’Insee, il entraîne une perte de sociabilité familiale et amicale plus importante qu’un jour travaillé classique, manque qui n’est pas entièrement compensé par un jour de repos en semaine…

« Quand je vois le bilan positif dressé par le ministre de l’Économie, je ressens de l’amertume », lâche Claude, 50 ans, employé au Printemps Haussmann, où la négociation d’un accord a justement débuté en juillet. « Depuis 2011, je refuse de travailler le dimanche. Je suis présent tous les samedis et je me sens déjà exclu du tissu social. Le samedi soir, je suis fatigué. Ma femme se lasse de cette situation… » Quant à la notion de volontariat, utilisée à outrance par Emmanuel Macron pour faire passer la pilule, elle est toute relative. « On sait que si on veut telle ou telle semaine de vacances, la direction peut nous dire non parce qu’on ne s’est pas porté volontaire le dimanche », précise Claude. Nezha voit aussi d’un très mauvais œil cette expansion du travail. Pendant huit ans, cette employée dans une enseigne de vêtements a ferraillé au moins deux dimanches par mois. L’entreprise était ouverte 363 jours par an, en toute illégalité. « Le rythme était infernal. Je me suis retrouvée isolée. Après un burn-out, je suis revenue. J’ai pris un mandat syndical et l’entreprise a fini par respecter la loi. » De quoi alimenter la résistance contre cette banalisation du travail du dimanche.

186 624 euros d’amende pour avoir fermé le 14 juillet  Une douzaine de marchands du centre commercial Grand Var, à La Valette-du-Var, près de Toulon, ont été sanctionnés par des amendes astronomiques pour n’avoir pas ouvert le 14 juillet. L’exploitant d’une brasserie a ainsi écopé de 186 624 euros de pénalités et un gérant de tabac de 72 576 euros à régler d’ici fin août. La direction du groupement d’intérêt économique (GIE) du Grand Var, exploitant du centre commercial, assumait pleinement cette lourde sanction dans les colonnes de Var-Matin, estimant « qu’il n’était pas normal que des commerçants ne respectent pas les jours d’ouverture qui ont été votés en assemblée générale ».

Google-Translate-English to French Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish

03/05/2016

LOI TRAVAIL : LETTRE OUVERTE A CARLOS DA SILVA DEPUTE PS DE L'ESSONNE

manif28.jpg

Madame, Monsieur,

Vous allez prochainement devoir voter sur la loi Travail.

Comme vous le savez sans doute, ce texte remet en cause les fondements du code du travail appelés la hiérarchie des normes et le principe de faveur, garantissant l’égalité entre les salarié-e-s. Dans de nombreux cas, l’accord d’entreprise va primer sur la loi généralisant les logiques de dumping social.

La réforme des licenciements économiques, qui permet à une entreprise de licencier sans réels problèmes économiques, va légaliser les licenciements boursiers. L’extension des accords de compétitivité va généraliser le chantage à l’emploi et permettre, par accord d’entreprise, de remettre en cause les clauses de notre contrat de travail (temps de travail, mobilité,..)

D’un point de vue économique, ce texte de loi, en permettant le travailler plus pour gagner moins, ne créera pas d’emplois.

Plus de précarité, plus de stress, plus de chômage. Alors que nous devrions penser le rapport au travail au 21ème siècle, la réduction du temps de travail et l’amélioration de nos conditions de vie, ce texte ne va rien régler et nous renvoie vers le passé.

Ce texte représente donc à la fois un non sens social et un non sens économique. Il représente aussi un non sens démocratique.

Nous n’avons pas voté pour ce projet en 2012. Une majorité de français est opposée à ce texte. Nous vous demandons donc de respecter à la fois les salarié-e-s et notre vote : ne votez pas ce texte

Le groupe des élus communistes et républicains d'Evry

Elise Yagmur, Christian Pigaglio, Diego Diaz

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

02/01/2016

BONNE ANNEE DE PAIX, DE BONHEUR ET DE JUSTICE POUR 2016

colombes.jpgPour cette nouvelle année 2016, nous présentons à chacune et chacun d’entre vous, ainsi qu’à vos familles et proches, nos meilleurs vœux de santé et d’espoir.
Nous le faisons sincèrement et sans naïveté tant les angoisses sont prégnantes. Elles sont liées aux difficultés à boucler ses fins de mois, à trouver un emploi quand on n’en a plus, comme à la crainte de le perdre et de tomber dans la précarité. S’y ajoute désormais l’angoisse de voir se reproduire l’horreur qui, à plusieurs reprises, a marqué de sang l’année noire qui s’achève. Que l’on ne revive plus cela ! Tel est l’un de nos vœux les plus fervents.

Conjurer cette haine et ce mépris de l’autre et de la vie appelle sûrement vigilance et solidarité. Celles-ci seront d’autant plus efficaces que nous défendrons les services publics qu'ils soient d'Etat, hospitaliers, ou territoriaux. Nous tenons à cette occasion à saluer particulièrement les agents de notre ville qui assurent les services les plus divers, de la restauration aux écoles, du nettoyage à la santé, les tâches administratives indispensables comme l'état civil, ou l'urbanisme, et bien d'autres fonctions.

Un merci également à notre Police Municipale très sollicitée depuis quelques semaines.Cette sûreté protectrice doit par ailleurs de pair avec la sécurité du travail, de l’environnement ou de la santé. Ceci nécessitera plus d’engagement dans l’action pour se défaire des critères européens de rationnements budgétaires, indexés sur les seuls intérêts de profit pour la minorité des possédants.et qui diminuent dangereusement les capacités humaines et financières de nos collectivités.

Les élus communistes seront avec vous vigilants pour que progrès, justice, solidarité et paix soient les dénominateurs communs de cette année 2016.

Le Groupe des élus communistes et Républicains d'Evry

Tribune qui sera également publiée dans le bulletin municipal du mois de janvier

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

26/06/2015

NOUVELLE AGGLOMERATION : LES ELUS COMMUNISTES PROPOSENT D'ASSOCIER LES HABITANTS A SON FONCTIONNEMENT

cm25.jpgLa ville d’Evry devrait à partir du 1 er janvier 2016 évoluer vers une intercommunalité regroupant 331  747 habitants vivant dans 24 communes situées dans 2 départements  : l’Essonne et la Seine et Marne.

Pour notre ville, pour les Evryens, l’enjeu sera considérable, et pour les générations futures un espace économique, social, éducatif, sportif et culturel d'espérance.

Cette nouvelle agglomération aura pour compétences principales le développement économique, l’équilibre social de l’habitat, la politique de la ville, l’aménagement de l’espace et d’autres qui s’ajouteront progressivement comme l’eau, l’assainissement, la collecte des déchets, l’aménagement des aires d’accueil des gens du voyage. D’autres facultatives pourront s’y ajouter comme celles de la gestion des équipements sportifs et culturels entre autres.

Il s’agit bien de la vie quotidienne de chacun d’entre nous qu’aura en charge cette nouvelle agglomération.

Sur les 24 villes de cette nouvelle agglomération une seule a plus de 50  000  habitants : Evry, 5 plus de 20  000   : Corbeil, Savigny-le-Temple, Grigny, Ris Orangis, Combs-la-Ville.

Evry aura donc un rôle pilote mais non directeur, dans cette agglomération, dans le cadre d’une gouvernance collective où les 24 villes, leurs élus seront respectés.

Les élus communistes et républicains d’Evry soutiennent pour toutes ces raisons cette nouvelle agglomération et les ambitions qui seront les siennes  : améliorer la vie quotidienne en mutualisant à l’échelle d’une ville équivalente à celle de Nice des domaines stratégiques pour l’avenir de nos enfants et de chacun d’entre nous.

Ce soutien ne signifie pas que nous sommes en accord avec le gouvernement sur sa réduction de 28 milliards d'€ cumulés de 2014 à 2017 de dotations d'Etat aux collectivités locales que nous regrettons vivement.

Nous pensons que cette nouvelle agglomération devra aussi pour réussir associer tous les habitants à son fonctionnement et prendre en compte l'avis et les propositions qu'ils pourraient émettre.

Pour cela nous les élus communistes faisons une proposition, celle de la constitution d'un Conseil économique social et environnemental (CESE) du même type que celui mis en place à Paris, à l'échelle de notre future agglomération.

La création de ce « Conseil des générations futures », comme aime à le dire avec juste raison la Maire de Paris Mme Hidalgo, pourrait compter paritairement le même nombre de membres que celui de conseillers ce qui serait symboliquement un signe très fort et être un outil de progrès social et d’approfondissement de la démocratie .

Sept collèges pourraient être représentés : acteurs économiques non-salariés, organisations syndicales, grands services publics, associations et économie sociale, personnalités qualifiées, démocratie locale et citoyens. Tous les membres seraient bénévoles.

Il serait indépendant mais ne serait pas pour autant un contre-pouvoir, ce ne sera pas sa mission,

Outre les saisines émanant de l’exécutif, il pourrait s’auto-saisir sur les sujets qu’il souhaitera étudier, à charge pour lui d’en rendre compte ensuite devant les élus.

Sa crédibilité résidera dans la qualité de ses travaux, mais aussi dans le suivi au moins partiel de ses préconisations.

C'est une proposition que nous faisons ici à ce conseil municipal pour que progrès, démocratie, participation des habitants soient le socle de la future agglomération en prenant en compte l'expérience de la richesse que constitue déjà sur notre ville, conseils de quartier et citoyens, conseil des jeunes, vie associative.

 

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

05/01/2015

2015 ANNEE D'ESPERANCE

evryelusna.jpg

2015 doit être l'année où l'espérance doit laisser la place à la désespérance. Depuis des années en France les gouvernements successifs pratiquent une politique économique et sociale chaque jour plus conservatrice, plus libérale qui mène de plus en plus de Français au chômage et à la misère.

L'injustice est de plus en plus forte, les riches sont de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus pauvres, les statistiques données par l'INSEE sont sans appel sur ses données.

Des idées simplistes, sur un fond de haine, d'exclusion, de racisme dominent face à cette désespérance.

La Gauche doit redonner l'espoir sur les principes qui l'ont caractérisés pendant des décennies  : la justice, la solidarité, l'égalité, la liberté.

Dans notre région d'Ile de France, dans notre département, l'Essonne c'est ce que la gauche rassemblée fait avec la participation active des élus communistes.

A Evry, la Municipalité malgré les contraintes budgétaires imposés par l'Etat agit avec et pour les habitants. Dès le début de son mandat l'équipe municipale a engagé une consultation unique et sans précédent des Evryens, c'est à son honneur.

L'espoir peut renaître ainsi dans notre ville, dans notre pays, en Europe en écoutant les habitants.

Ce qui se passe en Grèce est le symbole de cet espoir, oui la colère doit être entendue et une autre politique au service des peuples mise en place,

2015, doit être une année d'espoir retrouvée. Les élus communistes vous souhaitent à vous et vos familles une très bonne année.

Nous vous invitons à nous retrouver sur notre page Facebook et notre blog Pcf Evry  : http://pcfevry.hautetfort.com

Elise Yagmur, Christian Pigaglio, Diego Diaz

Tribune publiée dans le bulletin municipal d'Evry du mois de janvier

26/12/2014

ELECTIONS DEPARTEMENTALES DE MARS 2015 DANS L'ESSONNE

accordéon091.jpgDans une courrier envoyé à tous les adhérents communistes de l'Essonne, Philippe Camo secrétaire départemental écrit notamment :

« Les communistes sont engagés dans les batailles contre l’austérité et l’offensive du Medef, contre la réforme territoriale, ou encore la loi Macron qui vise à dérèglementer fondamentalement le droit du travail et celui des salariés.

Nous sommes aux côtés de celles et ceux qui luttent et qui se mobilisent pour s’opposer à la politique du gouvernement et dégager une alternative durable à ces choix politiques, dans les luttes comme dans les institutions.

Nous sommes aussi engagés dans les élections départementales et dans les débats, les consultations, concernant le choix des constructions politiques, avec des ambitions canton par canton. Notre objectif est de le faire sur des contenus: tout à la fois en opposition à la politique d’austérité du gouvernement, la réforme territoriale, la défense des services publics et avec la volonté très forte de tout faire pour empêcher la droite et le Front National de s’emparer du département.

Les communistes de l’Essonne jugent utiles pour les populations et les communes les actions de la majorité de gauche au Conseil général présidée par Jérôme GUEDJ. Un bilan partagé et les 4 élus Front de Gauche sortants y ont fortement contribué.

Comme nous l’avons ensemble décidé, Il faut empêcher la droite et le FN de mettre la main sur le Conseil général. Déjà, François Durovray nouveau Maire de Montgeron (UMP) qui se verrait bien Président si la majorité basculait à droite a déclaré dans le Parisien qu’il faut réduire les dépenses et il cible particulièrement les dépenses sociales !

Au vu des résultats électoraux récents comment faire pour ne pas être éliminés dès le 1er tour et condamnés à arbitrer un duel droite-FN au deuxième tour?

L’élection d’une majorité de conseillers de droite avec le FN s’avère donc possible, prévisible, dans de nombreux départements y compris en Essonne....

A partir des partielles et de ce que l’on sent monter dans le pays, au vu d’une abstention qui s’annonce forte et du nouveau mode de scrutin, la gauche, le PCF, le FDG pourraient être éliminés dès le premier tour dans de nombreux cantons....

Nous devons donc intégrer tous ces éléments dans notre réflexion et concevoir un contenu de campagne pour à la fois, argumenter contre la politique d’austérité du gouvernement et favoriser le rassemblement le plus large face à la droite et au FN pour faire élire à nouveau une majorité de gauche au Conseil général, qui, dans sa diversité, poursuivra des actions utiles aux essonniens.

Le combat contre la droite et le FN est constitutif de notre stratégie de rassemblement pour un projet alternatif à gauche.

Nous avons donné dans le débat, beaucoup d’éléments pour la réflexion et l’expression des communistes, mais la situation très évolutive, les travaux du Conseil national des 12 et 13 décembre) et la réunion des secrétaires fédéraux (12 12 2014) nous renforcent dans notre volonté de ne pas laisser s’accomplir ces scénariis catastrophe. Les populations n’ont rien à y gagner sinon plus encore de difficultés, de précarité, de remise en cause d’acquis sociaux et du vivre ensemble...

Philippe CAMO, secrétaire départemental, Conseiller régional