Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/12/2016

ASSOCIATION NATIONALE DES ELUS COMMUNISTES ET REPUBLICAINS : ADRESSE AUX CITOYENS ET CITOYENNES

manif_retraite_nantes-32ae2.jpg

Nous connaissons, dans le monde et dans notre pays une situation politique, sociale, économique et démocratique grave. Vous avez, en 2012, élu un président et une majorité en espérant des améliorations pour votre vie. Mais ce pouvoir s’est évertué à donner des gages au MEDEF et aux dictats de la finance internationale. Il baisse les cotisations sociales et la fiscalité des entreprises tout en transférant massivement vers les ménages la charge des dépenses nécessaires à la vie commune.

Avec des Métropoles et des intercommunalités géantes, la fusion des communes, il éloigne les citoyens des lieux de décisions, veut remplacer les élus par des technocrates et obtenir un arrêt brutal des investissements pour les équipements et services utiles aux populations. L’Etat d’urgence, crée un climat de division, de tout sécuritaire, tournant le dos aux valeurs progressistes de notre République et de la gauche. C’est un recul sans précédent des droits démocratiques : des syndicalistes, des militants associatifs et des élus progressistes sont poursuivis en justice. Notre jeunesse est menacée d’un recul de civilisation sans précédent.

Ne laissons pas se développer ce climat social et politique lourd de menaces. La droite extrême et l’extrême droite sont à l’affut dès 2017, pour pousser plus avant une contre-révolution sociale et démocratique. Ils veulent faire sauter tous « les obstacles collectifs» à la libre concurrence économique et à la concurrence entre les êtres humains. Les peurs, les replis, le désarroi dans le peuple de gauche peuvent entrainer une situation politique dramatique pour le pays avec la victoire de ceux qui prônent la guerre à l’extérieur et la loi de la jungle généralisée en France.

Un mouvement social et démocratique qui ne renonce pas existe. Vous êtes des millions de Françaises et de Français à vous être mobilisés contre la loi El Khomri, des centaines d’associations et de rassemblements à agir pour les services publics, pour préserver l'environnement et s'engager pour un développement durable, des collectifs et des municipalités à accueillir des migrants, d’autres à agir contre les fraudes fiscales, pour la transparence de la dette, pour l’égalité homme-femme dans tous les domaines de la vie, pour une république démocratique, pour les droits de la jeunesse, les droits des handicapés. Vous êtes une force, une réalité qui doit trouver une force commune. Oui, non seulement vous ne renoncez pas, mais vous recherchez une issue progressiste.

Avec vous, les Elus communistes et républicains veulent travailler à reconstruire une gauche d’espoir et donner un avenir progressiste à la France. Les échéances de 2017 avec l’élection présidentielle, les législatives et les sénatoriales puis en 2020 les municipales vont être une étape importante pour notre avenir collectif. Nous soumettons des idées pour, ensemble, engager une contre-offensive et construire une alternative progressiste majoritaire. Nous voulons qu’à l’assemblée nationale et au sénat dès 2017, puis dans les communes et intercommunalités en 2020 nous ayons des représentants du peuple qui veulent donner un avenir progressiste à la France et à son peuple.


2 Donner un avenir à la France et à son peuple c’est selon nous ; résister, proposer, rassembler :

anecr-austerite-aff.jpgPour une République et une démocratie renouvelée. De la commune à l’Etat, cassons le présidentialisme des institutions, inventons une nouvelle démocratie pour délibérer avec les citoyen-nes et partager réellement des pouvoirs de décision. Organisons une république sans 49-3, donnant au parlement une place centrale et priorité à l’initiative populaire pour les lois, les services publics et les projets de la vie en commun.

Pour une mobilisation des moyens financiers afin de réaliser la justice sociale et fiscale. Mobilisons les richesses du pays pour l’emploi, les services publics, l’école, la culture au lieu de les détourner vers les marchés financiers et la spéculation. La fraude fiscale, c'est 80 milliards d'euros par an qui ne vont pas au budget de l'Etat, les cadeaux notamment aux grands patrons, c'est 250 milliards ces dernières années. Réformons la fiscalité avec un impôt territorial des entreprises, une réduction des prélèvements comme la TVA sur les produits de première nécessité et une fiscalité locale tenant compte des revenus des ménages. Réorientons l’action des banques et de la banque centrale européenne pour qu'elles soutiennent les investissements utiles à l’emploi et aux équipements publics.

Pour vivre et faire ensemble une société de l’égalité, de la dignité, de paix et de la fraternité. Ensemble, agissons pour garantir la paix partout dans le monde. Recherchons des chemins nouveaux de dialogue, de tolérance, d’accueil, de respect, de bienveillance en mettant l’humain dans la diversité de ses identités, de ses origines culturelles ou sociales au coeur de nos engagements. Agissons pour maintenir la laïcité. Luttons contre le délitement du lien social, contre le glissement d’une partie de la population dans la pauvreté, la relégation, la précarité.

C’est dans l’action pour de nouveaux droits que nous forgerons ensemble un avenir commun où il fera bon vivre. Droits à l’égalité hommes-femmes, droit de vote des résidents étrangers, droit au logement, à la santé, à l’éducation, à la culture, à la sécurité, à la justice, en sont les éléments essentiels. Poursuivons ensemble les actions multiples déjà engagées sur tous ces enjeux.

Ces idées que nous vous soumettons, les actions que nous souhaitons construire avec vous s’inscrivent en opposition totale à la logique actuelle. Ensemble rendons incontournables demain les exigences populaires, ce qui est commun à toutes les forces progressistes et déjouons ainsi les risques de divisions, d’éparpillement qui les menacent. Ensemble construisons une alternative réelle lors des échéances politiques de cette année 2017.

18ème Congrès de l’ANECR 18,19 et 20 novembre 2016 A Saint-Etienne

Google-Translate-English to French Traduire français en German Traduire français en Greek Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish

09/04/2016

Pierre Laurent (PCF) : «Hollande est disqualifié pour porter les couleurs de la gauche»

plkonabe1.jpg

Le patron du PCF, Pierre Laurent, qui réclame le retrait total du projet de loi El Khomri, se réjouit de la mobilisation citoyenne et exclut une primaire de la gauche avec le chef de l'Etat.

Pour Pierre Laurent, « derrière la modernité apparente de la communication, Emmanuel Macron recycle la vieille lune du ni gauche ni droite qui, en général, finit toujours à droite Pour Pierre Laurent, « derrière la modernité apparente de la communication, Emmanuel Macron recycle la vieille lune du ni gauche ni droite qui, en général, finit toujours à droite ».l

Le secrétaire national du PCF, qui publie un livre sur le déséquilibre mondial des richesses, Ed le Cherche-Midi), se réjouit du « réveil citoyen » provoqué par la contestation de la loi Travail.

pierre laurent,pcf,front de gauche,hollande

Quel est l'enjeu de la manifestation d'aujourd'hui alors que le gouvernement a consenti des retouches à la loi El Khomri ?
PIERRE LAURENT. Les amendements adoptés ne font qu'égratigner à la marge un projet dont la philosophie générale est inacceptable. Cela reste de la cosmétique, des changements homéopathiques. Il faut retirer ce texte et que la discussion reparte sur d'autres propositions de sécurisation de l'emploi. Avant qu'il ne soit trop tard pour lui, le gouvernement ferait bien d'écouter ce qui se dit dans les rues.

Trop tard pour lui, cela veut dire quoi ?

Que ce gouvernement est isolé, dans une impasse totale, et risque d'entraîner une catastrophe politique menant la droite, voire l'extrême droite, au pouvoir en 2017.

nuitdebout.jpgVous vous félicitez du réveil citoyen des jeunes, de Nuit debout, mais cela ne profite pas aux partis politiques...
Ces mobilisations me réjouissent car c'est un réveil de la parole citoyenne qui a été ces dernières années tétanisée par les trahisons du gouvernement de François Hollande. Elles sont un espoir.

En termes d'espoir, en placez-vous dans une primaire à gauche ?
Hollande et Valls ont tout fait pour empêcher une primaire à gauche. Ils voudraient nous faire une opération de recyclage du président sortant, ce qui est une autre façon de la tuer. Ce n'est pas à l'Elysée de nous fixer ses conditions ! Une primaire citoyenne de la gauche n'a de sens qu'en redonnant la parole aux citoyens et en construisant une candidature alternative à celle de François Hollande qui est disqualifié pour porter les couleurs de la gauche.

Avec qui alors ?
Montebourg, Duflot, Mélenchon, moi-même... tous ceux qui voudront s'engager dans cette voie sont les bienvenus.

Et Martine Aubry ?
A elle de répondre. Elle a écrit une tribune très violente contre le gouvernement, mais elle ne s'est pas prononcée sur une candidature alternative à Hollande.

Où en êtes-vous avec Mélenchon à qui vous reprochez d'avoir annoncé sa candidature en solo ?
Dans la situation de rupture démocratique actuelle, il n'y a pas de solution si chacun part tout seul dans son couloir. La présidentielle a lieu dans plus d'un an. 2016 doit être consacré à faire converger les forces. Dans la rue, les gens ne veulent pas un chef mais des idées et un programme. Or on veut nous imposer d'abord les chefs et éventuellement les citoyens qui se rallient.

PierreLaurentlivre.jpgVous avez dédicacé spécialement votre livre à Emmanuel Macron. Vous êtes intéressé par son mouvement ?
Derrière la modernité apparente de la communication, il recycle la vieille lune du ni gauche ni droite qui, en général, finit toujours à droite. On connaît ses idées, les mêmes que dans la loi El Khomri : la déréglementation sociale, la flexibilisation à outrance. Le peuple recherche de nouvelles réponses politiques car le quinquennat Hollande a provoqué désarroi et division. Certains comme Macron profitent de ce désarroi pour ouvrir le chemin vers la droite.

Article publié par le Parisien Libéré

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

manif0904.jpg

19/02/2016

REFORME EL KHOMRI: UNE ATTAQUE SANS PRÉCÉDENT CONTRE LE CODE DU TRAVAIL

codedutravail.jpgL’avant-projet de loi sur la Négociation collective, le Travail et l’Emploi, dévoilé aujourd'hui dans Le Parisien, porte des attaques sans précédent contre le temps de travail, les salaires, les apprentis, les indemnités de licenciement, l’expertise des CHSCT, la représentation syndicale...

Le texte prévoit l’extension par accord d’entreprise de la durée de travail maximum à 60 heures par semaine, et l’extension des forfaits jours aux entreprises de moins de 50 salariés hors accord collectif.

Le temps de travail en matière d’apprentissage est également modifié puisque les apprentis de moins de 18 ans pourront travailler jusqu'à 10 heures par jour au lieu de 8, et 40 heures par semaine contre 35 actuellement.

S’agissant de la rupture du contrat de travail, les indemnités dues par l’employeur en cas de licenciement abusif seront désormais plafonnées selon l’ancienneté. Au minimum trois mois de salaire, pour moins de deux ans de présence, et au maximum quinze mois, pour des employés présents dans l'entreprise depuis plus de vingt ans.

Le projet revoit complètement le droit de la négociation collective. Si le principe de l’accord majoritaire est réaffirmé, il sera désormais possible pour les organisations ayant recueillies 30% des suffrages aux élections professionnelles d’organiser des referendums par internet auprès des salariés, confirmant la remise en cause de la représentation syndicale.

Le gouvernement reprend les propositions formulées par la droite lors de la loi Macron visant la mise en place d'accords de compétitivité « offensifs » qui autorisent les entreprises à réduire le temps de travail et les salaires, soit en cas de problèmes économiques, soit pour "développer l'emploi" au nom de la compétitivité de l'entreprise. Les salariés qui refuseront pourront être licenciés pour cause réelle et sérieuse.

Les députés du Front de Gauche et les sénateurs du groupe CRC appellent à une prise de conscience majeure contre les attaques portées au code du travail et les régressions sociales que ce projet de loi emporte pour les travailleuses et les travailleurs de notre pays.

Seule une mobilisation sociale massive peut empêcher le gouvernement Valls III de réaliser son projet d’éradication du droit du travail. Nos groupes mèneront le combat à l’Assemblée Nationale et au Sénat, aux côtés de toutes celles et ceux qui refusent qu’un gouvernement qui se prétend de gauche réalise les rêves du MEDEF et de la droite.

Paris, le 17 février 2016

Communiqué des députés du Front de gauche et du Groupe communiste, républicain et citoyen au Sénat.

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

24/01/2016

REGION ILE DE FRANCE : CONSTITUTION DU GROUPE FRONT DE GAUCHE

cridf.jpg

Vendredi 18 décembre dernier, Valérie Pécresse a donc été investie à la présidence de la Région Île-de-France, région qui est à la fois la plus riche d’Europe et celle où les inégalités sociales et territoriales sont certainement les plus fortes.

Son discours inaugural était, à l’image de sa campagne, extrêmement offensif envers les politiques menées par la gauche cette dernière décennie. Ce qui avait nourri nos craintes pendant la campagne s’est vérifié tout au long de son discours : coupes drastiques pour les associations, diminution voire arrêt des aides à la construction de logements sociaux, attaques frontales envers les étrangers en situation irrégulière, démagogie sécuritaire, allégeance au pouvoir économique…

Le discours sécuritaire a évidemment sa priorité et elle entend bien y consacrer une bonne partie de son budget pour développer largement la vidéosurveillance et mettre en place des portiques. Reste à savoir quels budgets elle ponctionnera pour financer de telles propositions.

Par ailleurs, pour « relancer l’emploi », elle compte, dès janvier, mettre en place un conseil des chefs d’entreprises qui pourront ainsi tranquillement piloter la politique économique afin qu’elle réponde au mieux à leurs besoins immédiats.

Mais, au-delà de son discours, la désignation de certains Vice-présidents, très nombreux à cumuler avec des mandats parlementaires, en dit tout aussi long sur certaines politiques que nous craignions et combattrons. Ainsi, nommer Geoffroy Didier, un des chefs de file de la « droite forte » qui souhaite la fin du logement social, au Logement et à la politique de la ville (raccourcie à la rénovation urbaine) revient à enterrer un secteur qu’il est pourtant capital de soutenir et développer.

De même l’aménagement du territoire, compétence obligatoire de la Région qui vient encore d’être consolidée par la loi NOTRe, a disparu des délégations alors même qu’elle fonde le pouvoir régional et est l’outil le plus efficace pour résoudre les inégalités. Exit le SDRIF pourtant issu d’une consultation publique sans précédent. Il sera maintenant question de ruralité et de Grand Paris qu’elle a pourtant attaqué avec une virulence inattendue lors de son élection. Elle a, en effet, ainsi fait le choix de s’affranchir de l’investissement des élus locaux de son propre camp -à qui devrait revenir la présidence de la future Métropole du Grand Paris-, mais surtout de la logique métropolitaine prônée et lancée en son temps par Nicolas Sarkozy.

C’est donc dans un contexte de mise à mal des fondements sociaux, écologiques, territoriaux et démocratiques que le groupe Front de gauche (Part communiste français, Parti de gauche, Ensemble et République & Socialisme) s’est constitué. Ce groupe est formé de 11 membres : Céline MALAISÉ (PCF) qui en est la présidente, Clémentine AUTAIN (Ensemble), Lamine CAMARA (PCF), Eric COQUEREL (PG), Taylan COSKUN (PCF), Sylvie FUCHS (PCF), Vanessa GHIATI (PCF), Fabien GUILLAUD-BATAILLE (PCF), Michel JALLAMION (R&S), Didier MIGNOT (PCF), Jean-Michel RUIZ (PCF). 

Nous serons donc une opposition combattive, intransigeante en portant haut les valeurs de la gauche, faces aux politiques régionales que Valérie Pécresse a d’ores et déjà choisi de mettre en place sous la pression constante du FN qui a fait son retour au sein de l’hémicycle régional. Dans la foulée de notre campagne, nous continuerons à porter le besoin d’une Région solidaire, écologique et citoyenne.

Nous serons aux côtés de toutes celles et tous ceux qui se mobilisent contre les conséquences néfastes des politiques régionales d’austérité. Nous travaillerons à renforcer les liens avec le monde associatif, culturel, syndical… sur l’ensemble du territoire francilien.

Nous entendons travailler avec toutes celles et tous ceux qui dans la gauche francilienne agiront pour reconstruire un projet qui renouera avec le progrès social et écologique.

Telle est notre feuille de route pour ce mandat que nous voulons et devons construire avec vous.

Groupe Front de Gauche - PCF - PG - Ensemble - R&S
Conseil régional d’Île-de-France
57, rue de Babylone
75007 Paris

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

08/12/2015

Les élus communistes et républicains d'Evry appellent à voter pour la liste de rassemblement de gauche au 2ème tour

pcflogo.pngLes élus communistes et républicains d'Evry appellent à voter pour la liste de rassemblement de gauche au second tour des élections régionales 2015.

La liste Front de Gauche menée par Pierre Laurent au premier tour du 06 décembre dernier et qui a obtenu 6,63  % des voix des Franciliens, était fondée sur des valeurs promouvant la proximité citoyenne, le libre accès aux services publics (transport, santé, recherche, éducation), une politique envers la jeunesse ambitieuse  : pas de jeunes sans qualification, un développement du ferroviaire en lien avec le renforcement des transports en commun, ....

C’est sur ces valeurs que nous sommes engagés, ce sont ces valeurs que nous continuerons à travailler sans ambiguïté.
Une politique au service de tous ayant pour devise LIBERTÉ, ÉGALITÉ et FRATERNITÉ constitue le ciment de nos actions.

Dimanche 13 décembre, c’est rassemblés que nous nous rendrons aux urnes afin de combattre le racisme et la xénophobie, barrer la route à la droite et au fhaine et poursuivre notre travail afin de remettre une vraie politique de gauche en marche  !

mardi 8 décembre 2015
Le groupe des élus communistes et républicains d'Evry, Elise Yagmur, Diaz Diego, conseillers municipaux délégués, Christian Pigaglio, maire-adjoint.

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

12/11/2015

IKEA EN GREVE : SOUTIEN DU PCF

ikealisses.jpg

Les salariés du centre d’appel de l’enseigne Ikéa France étaient en grève ce lundi matin.

Les appels téléphoniques et toutes demandes mails et réseaux sociaux étaient bloqués. Ce sont plus de 3/4 des 130 salariés de ce « service » qui ont cessé le travail. Ces salariés sont très majoritairement des femmes, souvent seules et parfois mamans.

La direction veut leur imposer de travailler jusqu’à 21 heures alors que les transports sur le site sont inexistants à cette heure, ou de travailler tous les mercredis et samedis.

S’ajoute à cela une politique de « management » déplorable traduite par des courriers disciplinaires nombreux depuis un certain temps. Une revalorisation des salaires et des primes est également demandée.

Les communistes essonniens soutiennent les salariés en lutte. Ikéa a les moyens financiers de répondre à leurs revendications, les chiffres d’affaires annoncés le permettent, d’autant que ce groupe perçoit lui aussi de fortes sommes par le biais du CICE.

Nous resterons attentifs aux suites, parce que pour nous l’Humain vaut bien plus que leur argent, pour nous c’est « Nos vies d’abord ! »

La Fédération de l'Essonne du PCF
Corbeil le 10 Novembre.

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

15:25 Publié dans ACTUALITES, PARTI COMMUNISTE FRANCAIS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : front de gauche, pcf, ikea | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

09/11/2015

AUDREY PRIETO, CHAMPIONNE DU MONDE ET CANDIDATE FRONT DE GAUCHE EN ILE DE FRANCE

audrey_prieto.jpg

Audrey Prieto, ancienne championne du monde de lutte, sera candidate sur les listes régionales du Front de gauche en Ile-de-France. Elle est également agent de sécurité à la RATP. Pourquoi s'engage-t-elle en politique ? Comment juge-t-elle l'insécurité dans les transports ?  Une ancienne championne du monde qui se lance en politique à l'occasion des régionales en Ile-de-France.

Bien sûr, on a eu envie d'interviewer Audrey Prieto pour le mauvais jeu de mot du titre. Parce que l'on aime le sport aussi et qu'il est toujours intéressant de voir ce que les anciens champions (titre mondial en lutte en 2007, catégorie 59kg) sont devenus. On a donc pris notre téléphone sans idée préconçue. Et là Audrey Prieto nous a mis une bonne clé de bras à nos oreilles. Pendant plus de 20 minutes, impossible de se délivrer de son emprise verbale.

Une candidate passionnée, sans langue de bois, à la fois lucide et utopiste.  Pleine d'espoir vis-à-vis de son nouvel engagement sans cacher ses craintes ou ses réticences. Elle nous parle du Front de gauche, de son travail à la sécurité de la RATP et de la confiance en soi que donne le sport.

Pourquoi avoir voulu rejoindre les listes du Front de gauche pour ces régionales en Ile-de-France ?

Audrey Prieto : "Moi ça fait très longtemps que je connais, en temps qu'ambassadrice du sport à la région, M. Parny (élu communiste ndlr) qui a crée ce dispositif. Ainsi que Nicolas Bonnet (monsieur sport au PCF et président du groupe Front de Gauche au conseil de Paris ndlr). Au fur et à mesure, ils m'ont invité à des débats où j'intervenais en tant qu'athlète de haut niveau. Il y avait plein de choses qui me reliaient à eux. Mais je n'étais pas trop intéressé par la politique.

C'est quelque chose qui ne m'inspire pas confiance. Ca ne me ressemble pas. Je ne suis pas la seule dans ce cas. Je me retrouve dans beaucoup de citoyens qui disent qu' il y en a marre et qu' il faut du renouveau. Il y a tellement de choses qu'on voudrait changer. J'en avais marre d'être chez moi et de râler devant ma télé. Au lieu de râler, je me suis engagée. Mes amis me disent que ce milieu est pourri. Alors peut-être mais peut-être pas. Je vais le savoir. Mon engagement est réel  et vrai. Je mets ma tête 

Je ne suis ni politisé, ni syndicalisé, je suis pour l'humain. Si le PC et le FDG partagent ces valeurs, je m'engage à leur côtés. Mais si je suis déçu, je le dirais aussi. Je l'ai dit à Pierre Laurent. Je veux être entourée de gens qui me ressemblent, de valeurs qui me parlent. Je ne veux pas être là pour faire juste de la politique. Je veux être là parce que j'en ai marre. La gauche n'est pas la gauche. Ce n'est pas la gauche qu'on croyait, pour laquelle on a voté. Je souhaite vraiment que les régionales soit le début d'une grande aventure humaine, d'une écoute citoyenne. C'est nous qui faisons la société

Pourtant vous aviez déjà des accointances avec la politique par votre milieu familial ?

Audrey Prieto : "Mon papa était communiste. Il a été entraîneur à l'ASM pendant plus de 30 ans. Il était ouvrier Michelin et ensuite il est parti pour créer sa salle de remise en forme. ll était patron, puis il a fermé la porte car il y avait trop de charges. Ce n'était plus possible.  Mais il ne m'en a jamais vraiment parlé beaucoup. Il ne disait pas moi je suis de gauche. Mes valeurs d'éducation, je les ai acquises en l'observant dans ses combats quotidiens à Clermont-Ferrand. Moi je ne savais pas que c'était des valeurs de la gauche. D'ailleurs, je ne suis pas d'accord sur tout.

Je pense qu'on peut travailler et apprendre des uns et des autres. J'ai toujours entendu l'image du parti communiste, des camarades, du monde ouvrier, j'ai grandi avec toutes ces choses là. Et à la fois j'ai découvert une entreprise, la RATP qui a été  à mes côtés en tant que sportive de haut niveau, qui est une entreprise citoyenne. Je suis vice-présidente déléguée de l'US Métro au conseil d'administration. Je me rends compte que l'on est obligé de faire des concessions.

On doit essayer de s'entendre. Pas forcément s'entendre avec tout le monde et perdre ses valeurs. Je ne sais pas si c'est un défaut de ma personne. Mais moi je suis plus dans l'empathie et dans l'écoute. On est complémentaire : les entreprises, les salariées, les syndicats. Certains partis politiques pour moi sont trop sectaires. On peut prendre des idées à tout le monde. C'est l'unité qui sauvera le monde. J'ai peur d'être un peu utopiste".

Vous êtes agent de sécurité à la RATP. Comprenez-vous que la sécurité arrive en premier dans les sondages sur les attentes des franciliens pour ces élections régionales ?

Audrey Prieto : "Bien sur. Les voyageurs sont dans un climat d'insécurité au quotidien. C'est un sujet primordial. Les franciliens ont besoin  de se sentir en sécurité. Dans les transports , dans la rue. L'humain change les choses.Les agents dans les gares, aussi, car il n'y a pas que les agents de sécurité. Nous sommes là pour rassurer les voyageurs.

Mais on n' a pas assez de moyens et d'hommes. La délinquance a trop augmenté. Et derrière la justice ne suit pas. Les agents se sentent frustrés. Moi, en tant qu'agent de sécurité à la RATP, je le vois au quotidien quand je forme des gens. Je les forme en juridique sur le titre légal. Je les forme au combat, sur la gestion des conflits ou sur le stress et l'émotion. Nos agents chargés de mission de service public sont fatigués. Ils n'en peuvent plus. Je le vois sur le terrain

Quelqu'un qui est agressé peut devenir un agresseur. Les gens ne comprennent plus ce qui se passe. Les gens se sentent perdus. Les agents au quotidien vivent un enfer. On a les machinistes en formation. Ils se font cracher dessus, ils se font outrager et ils ne peuvent rien faire. Ils sont seuls dans leur bus. Ils ont peur. J'ai connu une machiniste qui portait des lunettes de soleil parce qu'elle ne voulait pas regarder dans les yeux par peur de se faire insulter. 

Le Front de gauche va se battre pour cela. Remettre des postes à la RATP ou encore dans les hôpitaux. Bref de l'humain. Parler aux gens dans les transports, leur expliquer ce qui passe c'est déjà lutter contre l'angoisse ou l'insécurité. C'est un peu ce que je veux faire en me lançant dans la politique. Etre élue, peut-être, va me permettre d'expliquer les choses, de comprendre les choses de l'intérieur afin de répondre à ceux qui en ont marre".

Vous êtes ambassadrice du sport dans les lycées. Allez-vous vous servir de cette expérience pour la campagne ?

Audrey Prieto
: " Moi je rencontre beaucoup de jeunes en tant qu'ambassadeur du sport. On a une jeunesse qui est motivée, qui est ambitieuse mais d'un autre côté on a une jeunesse qui manque de confiance. Quand j'interviens dans des zones difficiles et que des jeunes filles me disent qu'elles ne peuvent  pas faire de sport parce que dans leur famille on leur dit que le sport rend stérile....Vous vous rendez-compte!

Je ne lâcherai pas l'affaire là-dessus. Pour faire grandir le citoyen de demain, il faut leur donner confiance en eux. Les jeunes ne savent même pas ce dont ils sont capables. Ils ont tellement peur de la société. Ils ont tellement pas confiance, même quand on leur dit grâce au sport vous allez créer des valeurs. Vous allez voir le mérite, le respect.

A la Ratp, je vois les contrat pro, les contrats d'avenir pour l'embauche. Les jeunes, ils arrivent la tête baissée tellement, ils n'ont pas confiance en eux. On ne leur a pas dit que la société comptait sur eux. Il faut aller vers eux. On peut compléter l'éducation des parents. Quand je vois des adultes dire à un jeune "non non ton rêve abandonne le, tu n'y arriveras jamais". Comment on peut dire cela à des jeunes ?

Comment voulez-vous qu'ils grandissent qu'ils ne deviennent pas haineux, qu'ils ne pensent pas que tout est noir ? Je renvoie cela au sport. Un entraîneur il doit faire croire à son athlète qu'il peut devenir champion olympique que ce soit vrai ou pas. On doit dire à ces jeunes qu'ils sont capables de réaliser leur rêves. C'est énorme de ce se dire qu'on peut réussir par le sport.


Soutenez-vous la candidature de Paris aux Jeux Olympiques ?

Audrey Prieto : "Bien sûr malgré quelques réticences. Comme tout le monde. Sur la construction du village olympique. Que vont devenir les infrastructures après les JO ? Ne va pas t-on se retrouver avec des dettes mirobolantes à payer ? Les Jeux Olympiques, je les ai vécu. Pour Pékin par exemple, on savait que le village olympique allait raser des quartiers entiers. Nous, on était là les sportifs de haut-niveau, on ne pouvait rien dire. Y a cela aussi. La moralité des sportifs de haut niveau.

Moi j'ai été choqué parce que si on disait quelque chose aux médias, on pouvait être pénalisé et ne pas participer aux JO. On a du choisir entre des habitants de Pékin et nous et notre rêve olympique. C'était horrible. Comment imposer cela à des sportifs ? On était endoctrinés. Pendant toute ma carrière de sportive, je n'aime pas dire cela, je me suis senti comme un mouton. Si tu rentres dans le schéma tout va bien se passer pour toi, si tu sors de ce schéma, tu vas être mis de côté. Le Front de gauche ces choses là,il veut les changer. Je me retrouve dans les idées qu'il défend au niveau du statut des sportifs de haut-niveau. 

Publié par France Télévision FR3 IDF

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek