Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2016

REGION ILE DE FRANCE : CONSTITUTION DU GROUPE FRONT DE GAUCHE

cridf.jpg

Vendredi 18 décembre dernier, Valérie Pécresse a donc été investie à la présidence de la Région Île-de-France, région qui est à la fois la plus riche d’Europe et celle où les inégalités sociales et territoriales sont certainement les plus fortes.

Son discours inaugural était, à l’image de sa campagne, extrêmement offensif envers les politiques menées par la gauche cette dernière décennie. Ce qui avait nourri nos craintes pendant la campagne s’est vérifié tout au long de son discours : coupes drastiques pour les associations, diminution voire arrêt des aides à la construction de logements sociaux, attaques frontales envers les étrangers en situation irrégulière, démagogie sécuritaire, allégeance au pouvoir économique…

Le discours sécuritaire a évidemment sa priorité et elle entend bien y consacrer une bonne partie de son budget pour développer largement la vidéosurveillance et mettre en place des portiques. Reste à savoir quels budgets elle ponctionnera pour financer de telles propositions.

Par ailleurs, pour « relancer l’emploi », elle compte, dès janvier, mettre en place un conseil des chefs d’entreprises qui pourront ainsi tranquillement piloter la politique économique afin qu’elle réponde au mieux à leurs besoins immédiats.

Mais, au-delà de son discours, la désignation de certains Vice-présidents, très nombreux à cumuler avec des mandats parlementaires, en dit tout aussi long sur certaines politiques que nous craignions et combattrons. Ainsi, nommer Geoffroy Didier, un des chefs de file de la « droite forte » qui souhaite la fin du logement social, au Logement et à la politique de la ville (raccourcie à la rénovation urbaine) revient à enterrer un secteur qu’il est pourtant capital de soutenir et développer.

De même l’aménagement du territoire, compétence obligatoire de la Région qui vient encore d’être consolidée par la loi NOTRe, a disparu des délégations alors même qu’elle fonde le pouvoir régional et est l’outil le plus efficace pour résoudre les inégalités. Exit le SDRIF pourtant issu d’une consultation publique sans précédent. Il sera maintenant question de ruralité et de Grand Paris qu’elle a pourtant attaqué avec une virulence inattendue lors de son élection. Elle a, en effet, ainsi fait le choix de s’affranchir de l’investissement des élus locaux de son propre camp -à qui devrait revenir la présidence de la future Métropole du Grand Paris-, mais surtout de la logique métropolitaine prônée et lancée en son temps par Nicolas Sarkozy.

C’est donc dans un contexte de mise à mal des fondements sociaux, écologiques, territoriaux et démocratiques que le groupe Front de gauche (Part communiste français, Parti de gauche, Ensemble et République & Socialisme) s’est constitué. Ce groupe est formé de 11 membres : Céline MALAISÉ (PCF) qui en est la présidente, Clémentine AUTAIN (Ensemble), Lamine CAMARA (PCF), Eric COQUEREL (PG), Taylan COSKUN (PCF), Sylvie FUCHS (PCF), Vanessa GHIATI (PCF), Fabien GUILLAUD-BATAILLE (PCF), Michel JALLAMION (R&S), Didier MIGNOT (PCF), Jean-Michel RUIZ (PCF). 

Nous serons donc une opposition combattive, intransigeante en portant haut les valeurs de la gauche, faces aux politiques régionales que Valérie Pécresse a d’ores et déjà choisi de mettre en place sous la pression constante du FN qui a fait son retour au sein de l’hémicycle régional. Dans la foulée de notre campagne, nous continuerons à porter le besoin d’une Région solidaire, écologique et citoyenne.

Nous serons aux côtés de toutes celles et tous ceux qui se mobilisent contre les conséquences néfastes des politiques régionales d’austérité. Nous travaillerons à renforcer les liens avec le monde associatif, culturel, syndical… sur l’ensemble du territoire francilien.

Nous entendons travailler avec toutes celles et tous ceux qui dans la gauche francilienne agiront pour reconstruire un projet qui renouera avec le progrès social et écologique.

Telle est notre feuille de route pour ce mandat que nous voulons et devons construire avec vous.

Groupe Front de Gauche - PCF - PG - Ensemble - R&S
Conseil régional d’Île-de-France
57, rue de Babylone
75007 Paris

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

09/11/2015

AUDREY PRIETO, CHAMPIONNE DU MONDE ET CANDIDATE FRONT DE GAUCHE EN ILE DE FRANCE

audrey_prieto.jpg

Audrey Prieto, ancienne championne du monde de lutte, sera candidate sur les listes régionales du Front de gauche en Ile-de-France. Elle est également agent de sécurité à la RATP. Pourquoi s'engage-t-elle en politique ? Comment juge-t-elle l'insécurité dans les transports ?  Une ancienne championne du monde qui se lance en politique à l'occasion des régionales en Ile-de-France.

Bien sûr, on a eu envie d'interviewer Audrey Prieto pour le mauvais jeu de mot du titre. Parce que l'on aime le sport aussi et qu'il est toujours intéressant de voir ce que les anciens champions (titre mondial en lutte en 2007, catégorie 59kg) sont devenus. On a donc pris notre téléphone sans idée préconçue. Et là Audrey Prieto nous a mis une bonne clé de bras à nos oreilles. Pendant plus de 20 minutes, impossible de se délivrer de son emprise verbale.

Une candidate passionnée, sans langue de bois, à la fois lucide et utopiste.  Pleine d'espoir vis-à-vis de son nouvel engagement sans cacher ses craintes ou ses réticences. Elle nous parle du Front de gauche, de son travail à la sécurité de la RATP et de la confiance en soi que donne le sport.

Pourquoi avoir voulu rejoindre les listes du Front de gauche pour ces régionales en Ile-de-France ?

Audrey Prieto : "Moi ça fait très longtemps que je connais, en temps qu'ambassadrice du sport à la région, M. Parny (élu communiste ndlr) qui a crée ce dispositif. Ainsi que Nicolas Bonnet (monsieur sport au PCF et président du groupe Front de Gauche au conseil de Paris ndlr). Au fur et à mesure, ils m'ont invité à des débats où j'intervenais en tant qu'athlète de haut niveau. Il y avait plein de choses qui me reliaient à eux. Mais je n'étais pas trop intéressé par la politique.

C'est quelque chose qui ne m'inspire pas confiance. Ca ne me ressemble pas. Je ne suis pas la seule dans ce cas. Je me retrouve dans beaucoup de citoyens qui disent qu' il y en a marre et qu' il faut du renouveau. Il y a tellement de choses qu'on voudrait changer. J'en avais marre d'être chez moi et de râler devant ma télé. Au lieu de râler, je me suis engagée. Mes amis me disent que ce milieu est pourri. Alors peut-être mais peut-être pas. Je vais le savoir. Mon engagement est réel  et vrai. Je mets ma tête 

Je ne suis ni politisé, ni syndicalisé, je suis pour l'humain. Si le PC et le FDG partagent ces valeurs, je m'engage à leur côtés. Mais si je suis déçu, je le dirais aussi. Je l'ai dit à Pierre Laurent. Je veux être entourée de gens qui me ressemblent, de valeurs qui me parlent. Je ne veux pas être là pour faire juste de la politique. Je veux être là parce que j'en ai marre. La gauche n'est pas la gauche. Ce n'est pas la gauche qu'on croyait, pour laquelle on a voté. Je souhaite vraiment que les régionales soit le début d'une grande aventure humaine, d'une écoute citoyenne. C'est nous qui faisons la société

Pourtant vous aviez déjà des accointances avec la politique par votre milieu familial ?

Audrey Prieto : "Mon papa était communiste. Il a été entraîneur à l'ASM pendant plus de 30 ans. Il était ouvrier Michelin et ensuite il est parti pour créer sa salle de remise en forme. ll était patron, puis il a fermé la porte car il y avait trop de charges. Ce n'était plus possible.  Mais il ne m'en a jamais vraiment parlé beaucoup. Il ne disait pas moi je suis de gauche. Mes valeurs d'éducation, je les ai acquises en l'observant dans ses combats quotidiens à Clermont-Ferrand. Moi je ne savais pas que c'était des valeurs de la gauche. D'ailleurs, je ne suis pas d'accord sur tout.

Je pense qu'on peut travailler et apprendre des uns et des autres. J'ai toujours entendu l'image du parti communiste, des camarades, du monde ouvrier, j'ai grandi avec toutes ces choses là. Et à la fois j'ai découvert une entreprise, la RATP qui a été  à mes côtés en tant que sportive de haut niveau, qui est une entreprise citoyenne. Je suis vice-présidente déléguée de l'US Métro au conseil d'administration. Je me rends compte que l'on est obligé de faire des concessions.

On doit essayer de s'entendre. Pas forcément s'entendre avec tout le monde et perdre ses valeurs. Je ne sais pas si c'est un défaut de ma personne. Mais moi je suis plus dans l'empathie et dans l'écoute. On est complémentaire : les entreprises, les salariées, les syndicats. Certains partis politiques pour moi sont trop sectaires. On peut prendre des idées à tout le monde. C'est l'unité qui sauvera le monde. J'ai peur d'être un peu utopiste".

Vous êtes agent de sécurité à la RATP. Comprenez-vous que la sécurité arrive en premier dans les sondages sur les attentes des franciliens pour ces élections régionales ?

Audrey Prieto : "Bien sur. Les voyageurs sont dans un climat d'insécurité au quotidien. C'est un sujet primordial. Les franciliens ont besoin  de se sentir en sécurité. Dans les transports , dans la rue. L'humain change les choses.Les agents dans les gares, aussi, car il n'y a pas que les agents de sécurité. Nous sommes là pour rassurer les voyageurs.

Mais on n' a pas assez de moyens et d'hommes. La délinquance a trop augmenté. Et derrière la justice ne suit pas. Les agents se sentent frustrés. Moi, en tant qu'agent de sécurité à la RATP, je le vois au quotidien quand je forme des gens. Je les forme en juridique sur le titre légal. Je les forme au combat, sur la gestion des conflits ou sur le stress et l'émotion. Nos agents chargés de mission de service public sont fatigués. Ils n'en peuvent plus. Je le vois sur le terrain

Quelqu'un qui est agressé peut devenir un agresseur. Les gens ne comprennent plus ce qui se passe. Les gens se sentent perdus. Les agents au quotidien vivent un enfer. On a les machinistes en formation. Ils se font cracher dessus, ils se font outrager et ils ne peuvent rien faire. Ils sont seuls dans leur bus. Ils ont peur. J'ai connu une machiniste qui portait des lunettes de soleil parce qu'elle ne voulait pas regarder dans les yeux par peur de se faire insulter. 

Le Front de gauche va se battre pour cela. Remettre des postes à la RATP ou encore dans les hôpitaux. Bref de l'humain. Parler aux gens dans les transports, leur expliquer ce qui passe c'est déjà lutter contre l'angoisse ou l'insécurité. C'est un peu ce que je veux faire en me lançant dans la politique. Etre élue, peut-être, va me permettre d'expliquer les choses, de comprendre les choses de l'intérieur afin de répondre à ceux qui en ont marre".

Vous êtes ambassadrice du sport dans les lycées. Allez-vous vous servir de cette expérience pour la campagne ?

Audrey Prieto
: " Moi je rencontre beaucoup de jeunes en tant qu'ambassadeur du sport. On a une jeunesse qui est motivée, qui est ambitieuse mais d'un autre côté on a une jeunesse qui manque de confiance. Quand j'interviens dans des zones difficiles et que des jeunes filles me disent qu'elles ne peuvent  pas faire de sport parce que dans leur famille on leur dit que le sport rend stérile....Vous vous rendez-compte!

Je ne lâcherai pas l'affaire là-dessus. Pour faire grandir le citoyen de demain, il faut leur donner confiance en eux. Les jeunes ne savent même pas ce dont ils sont capables. Ils ont tellement peur de la société. Ils ont tellement pas confiance, même quand on leur dit grâce au sport vous allez créer des valeurs. Vous allez voir le mérite, le respect.

A la Ratp, je vois les contrat pro, les contrats d'avenir pour l'embauche. Les jeunes, ils arrivent la tête baissée tellement, ils n'ont pas confiance en eux. On ne leur a pas dit que la société comptait sur eux. Il faut aller vers eux. On peut compléter l'éducation des parents. Quand je vois des adultes dire à un jeune "non non ton rêve abandonne le, tu n'y arriveras jamais". Comment on peut dire cela à des jeunes ?

Comment voulez-vous qu'ils grandissent qu'ils ne deviennent pas haineux, qu'ils ne pensent pas que tout est noir ? Je renvoie cela au sport. Un entraîneur il doit faire croire à son athlète qu'il peut devenir champion olympique que ce soit vrai ou pas. On doit dire à ces jeunes qu'ils sont capables de réaliser leur rêves. C'est énorme de ce se dire qu'on peut réussir par le sport.


Soutenez-vous la candidature de Paris aux Jeux Olympiques ?

Audrey Prieto : "Bien sûr malgré quelques réticences. Comme tout le monde. Sur la construction du village olympique. Que vont devenir les infrastructures après les JO ? Ne va pas t-on se retrouver avec des dettes mirobolantes à payer ? Les Jeux Olympiques, je les ai vécu. Pour Pékin par exemple, on savait que le village olympique allait raser des quartiers entiers. Nous, on était là les sportifs de haut-niveau, on ne pouvait rien dire. Y a cela aussi. La moralité des sportifs de haut niveau.

Moi j'ai été choqué parce que si on disait quelque chose aux médias, on pouvait être pénalisé et ne pas participer aux JO. On a du choisir entre des habitants de Pékin et nous et notre rêve olympique. C'était horrible. Comment imposer cela à des sportifs ? On était endoctrinés. Pendant toute ma carrière de sportive, je n'aime pas dire cela, je me suis senti comme un mouton. Si tu rentres dans le schéma tout va bien se passer pour toi, si tu sors de ce schéma, tu vas être mis de côté. Le Front de gauche ces choses là,il veut les changer. Je me retrouve dans les idées qu'il défend au niveau du statut des sportifs de haut-niveau. 

Publié par France Télévision FR3 IDF

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

01/10/2015

Régionales 2015 : Accord des forces du Front de gauche en Île-de-France

fgidf.jpg

Pierre Laurent sera la tête de liste régionale du Front de gauche en Île-de-France, dans le cadre d'un trio avec Clémentine Autain, tête de liste en Seine-Saint-Denis et Eric Coquerel, tête de liste à Paris.

Les forces du Front de gauche en Île-de-France ont adopté une base commune d'accord pour l'élection régionale. Elle sera présentée ce soir à la première assemblée régionale représentative.
Des forums départementaux, une assemblée représentative régionale et des initiatives citoyennes contribueront en effet tout au long de la campagne à l'enrichir pour construire une liste de large rassemblement citoyen, écologiste et de gauche qui résiste à l’austérité et aux politiques néfastes à l’environnement.
 
Cet accord des forces du Front de gauche repose sur un socle programmatique commun ainsi que sur une démarche citoyenne, basée sur la co-construction entre forces citoyennes et forces politiques. Il prévoit également la construction d'une charte éthique et démocratique. Notre objectif est de faire prévaloir une alternative sociale, écologique et démocratique pour l'Île-de-France en rupture avec la logique d’austérité et de compétitivité portée par le gouvernement et l'orientation majoritaire du Parti Socialiste ce qui est le moyen le plus sûr de battre la droite conduite par Valérie Pécresse et l’extrême-droite.
 
Pierre Laurent sera la tête de liste régionale dans le cadre d'un trio avec Clémentine Autain, tête de liste en Seine-Saint-Denis et Eric Coquerel, tête de liste à Paris. Ils seront présents avec de nombreux candidat-e-s lundi 5 octobre à 19h à la Bellevilloise à Paris pour présenter l'ambition de notre liste.
 
Front de gauche Île-de-France,
Paris, le 1er octobre 2015.
 
Philippe Rio maire communiste de Grigny sera tête de liste Front de Gauche dans l'Essonne
 
Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

06/09/2015

PIERRE LAURENT A EVRY

plevry.jpg

Début septembre une réunion publique s'est déroulée dans le cadre des élections régionales, à Evry avec Pierre LAURENT, Secrétaire national du PCF, chef de file régional, Philippe RIO, Maire de Grigny, Michèle KAUFFER syndicaliste, chefs de file essonniens.

Près de 300 personnes y ont participé, militants politiques, syndicalistes, associatifs… citoyens-nes engagés-es ou pas au sein d’organisations.

Cette soirée-rencontre a été marquée par de nombreuses interventions très diverses. Chacun-une était venu-e apporter son expérience, son vécu, des propositions, embrassant un large panel d’activités, dans une ambiance conviviale et studieuse, de grande écoute.

C'était à cent lieues des tractations politiciennes, marquées par la culture du chef, que d’autres partis ne cessent de cultiver et qui éloignent les citoyens-nes du politique.

Une belle diversité générationnelle, territoriale, quartiers populaires, péri-urbain villages du Sud-Essonne avec beaucoup de témoignages, parfois émouvants, de situations vécues, conséquences des politiques d’austérité, de renoncement, menées par le gouvernement.

Beaucoup d’idées et des propositions : transports, santé, emploi et formation professionnelle, l’université en banlieue, lutte contre l’embrigadement des jeunes, pour la Culture, une Economie Sociale et Solidaire (SCOPS), les migrants, l’Europe, la solidarité avec la Grèce, la solidarité internationale, la réussite des jeunes, la navigation par voies fluviales, l’agriculture, la construction de logements, la répression syndicale dans les entreprises...

Une véritable Fabrique Coopérative essonnienne se construit, pour élaborer ensemble un projet, des listes, pour une région solidaire, construire une « Ile de France en commun ». Il y avait aussi de l’espoir en cette soirée.

 

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

13:02 Publié dans ACTUALITES, ELUS COMMUNISTES | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pierre laurent, evry, ile de france | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

29/06/2015

Pierre Laurent proposé candidat en Île-de-France

pcfidf.jpg

Île-de-france Les communistes ont désigné leur secrétaire national comme chef de file d’une liste anti-austérité rassemblant à gauche les forces politiques et citoyennes.

«Construire une nouvelle majorité régionale » avec tous ceux qui à gauche « contestent l’austérité et la mainmise de la finance ». C’est avec cet objectif que les communistes d’Île-de-France, réunis vendredi et samedi place du Colonel-Fabien à Paris, ont finalement désigné le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, comme leur chef de file pour les élections régionales, par un vote unanime moins 2 voix contre et 4 abstentions.

Cette décision n’était pas acquise il y a quelques semaines. Fin mai, Pierre Laurent avait déclaré sur France 3 qu’il ne serait pas candidat pour se « consacrer » à son mandat de sénateur. Changeant d’avis du fait « de la discussion des communistes et de la situation politique », il a annoncé ce week-end que, s’il était élu président de la région, il quitterait les bancs du Palais du Luxembourg. Cependant les délégués de la conférence régionale du PCF ont laissé « ouverte la question de la tête de liste pour donner la priorité à la construction du rassemblement le plus large possible », indique le bulletin de vote sur lequel ils se sont prononcés.

« Il s’agit de réunir toutes les forces disponibles pour une politique ambitieuse de gauche refusant la logique d’austérité », a expliqué Pierre Laurent, hier, dans le Parisien. À cette fin, les communistes franciliens ont proposé samedi à Clémentine Autain, d’Ensemble, une autre composante du Front de gauche, de former un duo avec le dirigeant du PCF.

Ils ont également fait part de leur intention de continuer à s’adresser aux autres partis du Front de gauche (le Parti de gauche ayant lui élu comme chefs de file Catherine Fayet et Éric Coquerel, et désigné ce dernier pour « éventuellement solliciter la tête de liste régionale »), mais aussi à « Europe Écologie-les Verts, à Nouvelle Donne, aux militants socialistes qui partagent cette ambition ».

Au-delà, ils organiseront mille rencontres pendant l’été pour proposer ce rassemblement à tous « les militants progressistes, féministes, associatifs, antiracistes, syndicaux, les artistes, les étudiants, les jeunes, les salariés et les citoyens » susceptibles de partager leur démarche.

Pour le PCF, si battre la droite et faire barrage à l’extrême droite est un préalable, il s’agit également de créer un rapport de forces à gauche pour porter au mieux dans la région « un nouveau mode de développement écologique, social, et dont le moteur serait le combat pour l’égalité ». « Se contenter de mesures “raisonnables”, qui restent dans le cadre institutionnel actuel, ne serait pas à la hauteur des enjeux : nous avons besoin d’inventer ensemble des réponses innovantes et concrètes », écrivent-ils dans une résolution adoptée ce week-end.

Pour joindre la parole aux actes, le PCF entend construire avec les forces politiques et citoyennes qui partagent cette ambition un programme d’ici l’automne. Dès lundi prochain, le 6 juillet, il les invite à un « grand forum régional ».

J. H. L'Humanité

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

29/12/2014

BUDGET REGION ILE DE FRANCE / LA POSITION DES ELUS COMMUNISTES-FRONT DE GAUCHE

idf.png

Nous avons abordé cette séance avec deux questions : le budget 2015 de la Région va-t-il ou non contribuer à améliorer la situation des Franciliennes et des Franciliens et donner confiance dans l’intervention publique ?

Va-t-il aider, ou non, ceux qui se battent pour réorienter les politiques publiques ?

C’est parce que nous apportons des réponses positives à ces questions que nous avons voté ce budget face à une politique gouvernementale contaminée par le libéralisme, le dogme de l’austérité et la casse sociale.

Face à une déferlante anxiogène qui culpabilise nos concitoyens nous sommes de ceux qui voulons recréer de la confiance, de l’espoir, de l’idéal d’une vie meilleure possible dans un nouveau modèle de développement social, solidaire, écologique.

Avec les mesures d’extension de la tarification sociale dans les cantines, la création du pass Navigo unique à 70€ et d’Imagine-R à 35€; avec l’action en faveur de la rénovation thermique dans les lycées, la création de 56 nouveaux emplois dans les services de la Région et dans les lycées. Et avec des investissements amplifiés en utilisant l’emprunt, le budget régional fait la démonstration que nous pouvons encore agir utilement pour les territoires et les populations.

Notre démarche constante à la fois combattive, constructive et rassembleuse est de n’être jamais résignés devant les contraintes affichées et d’être toujours exigeants sur les transformations à apporter. La majorité régionale a fait le bon choix en restant fidèle à son mandat et au discours qu’elle avait su construire avant 2012.

Les débats et le travail réalisé entre les groupes de gauche ont permis de remettre à sa juste place la démagogie politicienne de l’UMP et l’UDI et de consolider des politiques régionales qui, contrairement aux choix nationaux, contribuent à conforter la dépense publique comme moteur essentiel d’une politique de sortie de crise.

massou.jpgNous sommes aujourd’hui confrontés à trois défis majeurs : dégager des nouvelles ressources publiques ; construire le nouveau modèle de développement ; l’urgence démocratique en matière de réorganisations institutionnelles ans où la Région doit s’affirmer comme un élément moteur des transformations territoriales et métropolitaines.

Gabriel Massou, président du groupe communiste-Front de Gauche au Conseil Régional Ile de France

 

06/04/2011

POUR LA GESTION PUBLIQUE DE L'EAU / UN ESPACE PUBLIC REGIONAL DE L'EAU

canada3.JPGLe Conseil régional d’Île-de-France a adopté un rapport du groupe Front de Gauche (PCF-GU-AC) dans lequel Philippe Camo et ses collègues du groupe proposent la création d’un « Espace public régional de l’eau ». Cette délibération constitue un véritable pas en avant dans la construction d’une politique régionale de l’eau visant à faire de l’accès à cette ressource un droit universel, fondamental et inaliénable.

L’eau représente un enjeu à la fois environnemental, économique, social et démocratique.  Les activités de production, de distribution et d’assainissement font l’objet de fortes convoitises du secteur privé. Elles sont sources d’immenses profits pour les multinationales, avec de lourdes répercussions sur les factures des usagers.

Un immense effort d’investissement pour l’amélioration de la qualité environnementale de la production d’eau est par ailleurs nécessaire. Face à ces enjeux, les questions du contrôle citoyen, de l’indépendance vis-à-vis des intérêts privés, et donc de la maîtrise publique de l’eau, se posent avec acuité.

La création de cet Espace public régional de l’eau accompagnera les collectivités qui le souhaitent dans le choix d’un mode de gestion publique de l’eau. Elle leur apportera une aide en matière d’expertise ou financière ainsi qu’un appui sur l’ingénierie. Elle favorisera  la coopération entre les opérateurs publics déjà existants. Une mission doit être dès à présent confiée aux organismes associés de la Région (IAU, ARENE), en lien avec le syndicat mixte d’études Paris Métropole, pour étudier la forme et les modalités d’action de cet Espace.

Cet Espace public régional de l’eau sera un lieu d’échanges entre tous les acteurs concernés, élus, collectifs et mouvements citoyens, associations, chercheurs, techniciens, pour contribuer à la sortie de la marchandisation, à la création d’un service public de l’eau et à sa réappropriation citoyenne. Sans régler ce qui relève aussi largement des responsabilités nationales, il permettra à la Région d’assumer pleinement son rôle pour relever le grand défi de la gestion publique de l’eau.

10:20 Publié dans ACTUALITES, ELUS COMMUNISTES | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : région, ile de france, eau, pcf | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!