Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2019

LETTRE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A L'OCCASION DE SA VENUE A EVRY COURCOURONNES

Diego manouchian.jpgMonsieur le Président à l'occasion de votre venue dans notre ville d'Evry Courcouronnes pour rencontrer des élus de l'Ile de France ce lundi, permettez moi de vous faire part de quelques réflexions, propositions, témoignages.

Notre ville est forte par le dynamisme, l'engagement de ses habitants. C'est un atout considérable. Nos associations, nos clubs sportifs, nos conseils citoyens, nos conseils de jeunes irriguent notre ville et sont forces de propositions, d'initiatives, d'actions et constituent un lien social irremplaçable.

Ecoutez-les, ne les méprisez pas, aidez les comme le fait notre collectivité.

Depuis le début de votre mandat, et bien avant, ce lien social est mis en cause avec la baisse des subventions, la quasi disparition des emplois aidés, des réformes sans concertation ne continuez pas ainsi.

Notre ville est une nouvelle agglomération construite en quelques années. Elle bénéficie de nombreux équipements, de nombreux parcs, de nombreuses voiries, qui sont un atout, mais qui aujourd'hui ont un besoin urgent de rénovation.

La baisse drastique des dotations aux collectivités est une catastrophe pour notre ville, pour ses habitants. Des gymnases, des écoles, des crèches, des rues, des trottoirs ont besoin d'être refaits, réaménagés, reconstruits, ou construits. C'est une nécessité absolue.

La mixité de notre ville est une préoccupation majeure. De trop nombreuses copropriétés sont en grande difficulté. Un plan d'aide urgent doit être mis en place pour les soutenir ici comme ailleurs. Nos locataires doivent aussi être écoutés, les hausses des loyers limités, les allocations logements augmentées.

En matière d'éducation beaucoup serait à dire, il faut écouter les syndicats, les associations de parents d'élèves.

Pour Evry Courcouronnes nous constatons que le dédoublement dans les écoles primaires est une bonne chose, mais pourquoi le limiter uniquement aux écoles qui sont dans des zones dites prioritaires ? C'est toute notre ville qui devrait être considérée comme prioritaire. Pourquoi les écoles dans des quartiers comme le Canal, le Champtier du Coq, le Parc aux Lièvres ne sont pas concernées alors que ce sont des populations en difficultés sociales qui y habitent.

Dans de nombreuses écoles de notre ville sont accueillis des enfants présentant des handicaps, et c'est une fierté pour nous de les accueillir dans les meilleures conditions, mais nous regrettons fortement que l'Etat ne s'engage pas également. De trop nombreux Auxiliaires de Vie indispensables pour l’accueil de ses enfants manquent. Ce n'est pas tolérable.

En matière d'éducation Evry Courcouronnes a la chance d'avoir aussi une université, une faculté des métiers, des lycées professionnels. Nous le disons clairement à ce sujet la réforme des lycées professionnels avec la réduction des heures de cours en particulier pour la formation générale est une aberration totale à cette époque où au contraire il est indispensable pour nos enfants d'avoir une formation initiale et citoyenne la plus élevée possible.

Monsieur le Président vous comprendrez qu'il y aurait beaucoup d'autres à dire en particulier sur le pouvoir d'achat des retraités, des actifs, sur l'emploi, et je sais d'autres vous le diront à l'occasion de cette rencontre.

Un souhait que je sais partagé, vous nous écoutez et nous vous en remercions mais nous entendrez-vous ?

 

La réponse à certaines questions ici posées serait un signe encourageant.

Diego élu.jpgDiaz Diego

Maire adjoint d'Evry Courcouronnes

Président du groupes des élus communistes et Républicains

09/01/2019

DECLARATION CM 08 JANVIER 2018 EVRY COURCOURONNES

élus pcf.jpgCe premier conseil municipal d'Evry-Courcouronnes est constitué de tous les élus d'Evry et Courcouronnes et aura en charge de gérer pendant une période transitoire d'un peu plus d'un an les affaires de cette nouvelle commune. Les électeurs donneront ensuite totale légitimité à une nouvelle équipe municipale plus resserrée issue du suffrage des urnes.

Ce nouveau conseil municipal mettra en œuvre un programme municipal commun longuement discuté et amendé par les deux anciennes équipes municipales.

Il a été établi à partir d'un dénominateur commun et d'une exigence commune : le plus élevé possible au service des intérêts de la population malgré les contraintes budgétaires imposées par l'Etat et qui soulève dans notre pays, dans ce domaine, comme dans d'autres, un très fort mécontentement actuellement.

Dans tous les secteurs ce programme respectera le choix des électeurs pour lequel les anciennes équipes municipales ont été élues et l'améliorera :

  • une politique sociale juste avec l'application de barèmes pour accéder aux services publics de la ville prenant en compte le revenu de chacun

  • un service public de proximité renforcé dans tous les domaines comme celui de l'enfance, de la jeunesse, des seniors, du sport, de la culture, de l'éducation, de la santé ; un nombre plus important de mairies annexes sur toute la ville pour être au plus près des habitants

  • la sécurité des personnes et des biens prise en charge avec une police municipale formée et active présente 24h sur 24h sur tout le territoire de la ville

  • le maintien à un très haut niveau de notre budget d'investissement indispensable pour rénover nos bâtiments, améliorer nos voiries et notre cadre de vie

  • le soutien à la vie associative qui est une richesse de notre ville commune et à la démocratie participative avec le fonctionnement des conseils citoyens et la continuité du budget participatif dont le succès en 2018 doit se poursuivre en l'amplifiant cette année.

Pour 2019 notre souhait est que notre municipalité participe pleinement à la consultation générale proposée par le gouvernement pour que les habitants puissent largement s'exprimer, sous les formes les plus diverses et sur tous les sujets.

Les équipes municipales qui constituent ce nouveau conseil municipal sont issues de majorités politiques différentes. Nous apprécions que cette diversité soit respectée, et écoutée. Notre groupe communiste et républicain continuera à s'exprimer en tant que tel pendant cette fin de mandat.

Nous remercions le nouveau Maire d'être le garant de cette liberté d'expression y compris au sein de cette nouvelle majorité municipale aux sensibilités politiques très larges mais à un intérêt commun, et unique : celui d'être au service exclusif des habitants, de tous les habitants.

Groupe des élus communistes et républicains d'Evry-Courcouronnes

17/03/2018

QUELLE DEMOCRATIE POUR DEMAIN ?

cmevry.jpg

Aujourd'hui une réforme constitutionnelle est en cours voulue par le Président de la République pour amoindrir tout contre pouvoir, toute expression démocratique et faire du Président un monarque certes Républicain mais de droit de plus en plus absolu.

La nouvelle loi de travail en a constitué une première étape avec un amoindrissement des protections sociales sans précédent depuis 1940, et l'affaiblissement voulu des syndicats. Ainsi cette loi impose la suppression de près de 100 000 délégués élus par les salariés et celle des comités d'hygiène et sécurité.

La réforme du parlement prévoit la suppression du tiers des parlementaires faisant de la France le pays d'Europe où en proportion à la population il y aura le moins d'élus nationaux. Un député représentant 170 000 habitants, est ce sérieux  ?

Quels liens aura t'il avec les électeurs de sa circonscription ?

Le pouvoir veut aussi imposer le regroupement des collectivités. 36 000 communes avec des dizaines de milliers de conseillers au plus près des habitants c'est un atout démocratique unique en Europe et insupportable pour le gouvernement aux 12 ministres millionnaires et qui baignent tant dans la finance et l'injustice.

Macron c'est le président des riches opposé à celui des hommes.

Sur notre territoire l'atout de notre agglomération Grand Paris Sud est mis en avant. Mais la puissance et la force de notre agglomération n'est pas l'agglomération en elle même, mais l'addition de ses 24 communes et des centaines d'élus qui les composent de Réau village rural de 1548 habitants à Evry avec ses 54 000 habitants en passant par Ris Orangis et ses 26 800 habitants ou Courcouronnes et ses 15 000 habitants.

Peut-on penser dans ses conditions que le regroupement d'Evry et de Courcouronnes avec à terme moins d'élus et un éloignement du Maire avec les habitants qui s'ajoutera avec celui du député sera pour les habitants un avantage et pour la démocratie un progrès ?

A chacun à avoir son opinion...

Le groupe des élus communistes et républicains d'Evry

Tribune publié dans le bulletin municipal d'Evry

31/12/2017

BONNE ET HEUREUSE ANNEE QUAND MEME...

voeux 2017,élus pcf evry

« C'est de l'enfer des pauvres qu'est fait le paradis des riches » Victor Hugo

En ce premier janvier 2018 une pluie de cadeaux fiscaux tombent pour les amis milliardaires du Président. Jamais les riches n'ont été aussi riches en France et dans le monde.

Les 500 personnes les plus riches du monde ont vu leur fortune augmenter de 23 % en un an pour atteindre plus de 5.400 milliards de dollars fin 2017. Le chiffre est vertigineux. Cela représente plus de 5 fois le budget total de la France. Et pendant ce temps 800 millions d’individus vivent toujours avec moins de 1,90 dollar par jour, le seuil d’extrême pauvreté. En France, le gouvernement accélère ce mouvement d'injustice avec la suppression de l'ISF, la diminution des impôts sur les société, le dégrèvement de l'imposition sur les actions et bien d'autres mesures.

C'est Chambord tous les jours pour le Président et ses amis.

pcf privileges.jpgEn ce premier janvier par contre pour les plus humbles, pour les salariés, les retraités l'addition sera lourde avec une cascade de hausses et de mesures anti sociales vertigineuses allant de l'augmentation de la CSG aux prix du gaz, des mesures contre le code du travail, contre les chômeurs en passant par la diminution de l'APL et même de sa suppression pour ceux qui veulent devenir propriétaires.

Une autre politique économique et sociale est possible c'est ce que propose le PCF et ceci pour imposer cette politique nouvelle, dans le cadre le plus large possible des forces politiques de progrès en France, en Europe et dans le Monde.

En 2018 à Evry le débat portera essentiellement sur une fusion éventuelle entre notre ville (53 000 habitants) et Courcouronnes (13 000 habitants). Nous le disons clairement nous sommes très réservés sur cette proposition qui n'apportera rien de clairement positif aux Evryens, bien au contraire. Nous reviendrons en 2018 plus longuement sur ce sujet.

En ce début de 2018 une pensée forte pour nos amis Palestiniens et les centaines d'enfants emprisonnés dans les geôles Israéliennes pour des raisons politiques et contre le droit international et plus particulièrement pour Ahed Tamini 16 ans qui en est le symbole parce qu'elle avait osé gifler un soldat Israélien occupant le territoire de Cisjordanie qui quelques jours avant avaient tiré à bout portant sur son cousin de 14 ans.

Nous vous invitons à signer le pétition ici en cliquant sur cette ligne, pour sa libération comme l'ont déjà fait plus de 250 000 personnes

Pour 2018, malgré tout cela nous vous souhaitons à tous une bonne et heureuse année où santé, bonheur, travail, culture prévaudront.

Les élus communistes et républicains d'Evry

10/12/2017

LOGEMENT SOCIAL EN DANGER

LOGEMENT-onglet1.jpgPlus de 50 % des Evryens habitent un logement social, les mesures prises par Macron et son gouvernement vont donc avoir un impact important pour ceux qui y vivent et aussi plus généralement pour toute la population.

Le gouvernement a annoncé des mesures d'économie drastiques sur le budget du logement social en réduisant globalement les aides de 1,7 milliard d'€ et en diminuant le montant des APL. Cela se traduira pour les bailleurs sociaux par une diminution des investissements, de l'entretien, du fonctionnement par la suppression de gardiens d'immeubles par exemple et pour les locataires par une détérioration des conditions de vie.

Le gouvernement veut également augmenter les surloyers et supprimer le droit au maintien avec une remise en cause systématique tous les six ans.

Disons le pour Evry qui se bat pour assurer une mixité sociale cette politique de l'habitat sera catastrophique en encourageant le départ massif des classes moyennes de la ville qui devront supporter en sus de cette politique le paiement injuste de la taxe d'habitation et pour les retraités une augmentation de la CSG et une diminution des pensions estimée à près de 10 % dans les années à venir.

Pour les plus précaires la mise en place de nouveaux bails prévus de 1 à 10 mois sera aussi dramatique.

Les élus locaux de toutes sensibilités politiques exceptés celle liées au clan présidentiel se mobilisent et demandent le retrait des ces mesures iniques. Ils vous proposent de signer pour cela une pétition consultable à l'adresse suivante  :

https://www.change.org/p/personne-sauvons-le-logement-social

Les élus communistes d'Evry à l'occasion de cette tribune publiée dans le bulletin municipal vous souhaitent de bonnes fêtes de fin d'année.

Les élus communistes et républicains d”Evry

Elise Yagmur, Christian Pigaglio, Diaz Diego

Notre site web : PCF Républicain Evry

Tribune publiée dans le bulletin municipal de Décembre

18/09/2017

A DROITE TOUTE

manif12092017.jpg

La politique menée aujourd'hui par Macron et son gouvernement s'inscrit dans la logique des politiques libérales mises en œuvre par les majorités qui se sont succédées à la direction du pays, qu'il s'agisse de celle de François Hollande ou de Nicolas Sarkozy.

Les réformes annoncées par ce gouvernement amplifient toutes les injustices, c'est le parti des riches qui gouverne. Ainsi pour la réforme fiscale annoncée les 10% de Français les plus riches capteront 46% des baisses d’impôts selon l'OFCE.

C'est cette politique que nous combattons parce qu'elle ne profite qu'aux plus favorisés, en premier lieu aux actionnaires des entreprises du CAC 40 dont les dividendes ont encore progressé de façon indécente au détriment de l'investissement et de la revalorisation des salaires.

Avec des mesures qui favorisent les nantis, telles la diminution de 3 milliards d'euros de l'Impôt Sur la Fortune, la baisse de 25% de l'impôt sur les sociétés assortie de nouvelles possibilités de dégrèvement, un changement de nom pour le C.I.C.E qui reste tout aussi nocif, tandis que le plus grand nombre de concitoyens sera frappé par l'augmentation de la CSG, la diminution des APL, par la précarisation de l'emploi résultant de la mal nommée "loi travail" ou encore par la suppression des emplois aidés alors qu'ils constituent souvent une passerelle vers l'emploi, sans compter que, sans eux, de nombreuses associations, certains de nos services et ceux d'autres collectivités auront des difficultés à fonctionner, voire même à continuer d'exister.

L'austérité continue aussi pour les communes avec l’annonce de la diminution des dotations aux collectivités de 13 milliards d'€ supplémentaires en cinq ans.

Les élus communistes et républicains d'Evry dénoncent cette dérive ultra libérale dangereuse pour le pays et notre ville et participeront aux actions et manifestations menées contre ces mauvais coups.

 

Les élus communistes et républicains d”Evry

Elise Yagmur, Christian Pigaglio, Diaz Diego

Notre site web : PCF Républicain Evry

Tribune publiée dans le bulletin municipal de Septembre

11/08/2017

Lettre ouverte au président de la république. Revenez sur l’annulation des crédits « politique de la ville » du budget 2017 de l’État

Monsieur le président de la République,

versailles manif PCF.jpg

Élus communaux et intercommunaux, nous sommes stupéfaits et atterrés par l’annonce de l’annulation des 46,5 millions d’euros de crédits du programme 147 du budget 2017 de l’État non encore engagés au 1er juillet, destinés aux programmes d’actions des associations intervenant, dans le cadre des « contrats de ville », en faveur des populations les plus fragiles du pays résidant dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV).

Ces actions concourent à rétablir l’égalité républicaine par la fraternité solidaire de la nation, s’appuyant sur une stratégie de « cohésion des territoires » à laquelle vous avez choisi de dédier un ministère. Elles se déclinent en programmes vers l’économie et l’emploi, la formation, la lutte contre l’illettrisme, l’éducation scolaire et des temps libres, l’accès aux sports et à la culture, la solidarité, la prévention sanitaire et la santé, le vivre-ensemble dans la cité, les mobilités, la vie sociale de l’habitat, la prévention de la délinquance et des radicalisations, l’accès à la justice et au droit, l’aide aux victimes, la citoyenneté, notamment celle des conseils citoyens, et la démocratie de proximité.

En plein milieu d’exercice budgétaire, les conséquences du décret 2017-1182 du 20 juillet du ministre de l’Action et des Comptes publics, conduisant à la perte de 11 % des crédits découlant de l’engagement contractuel de l’État, peuvent être catastrophiques pour la survie des associations qui garantissent la cohésion sociale, pour les bénéficiaires de leurs actions, et plus globalement pour les 5 millions d’habitants des QPV, ainsi que, par voie de conséquence, pour les populations des territoires urbains qui les abritent.

Elles risquent en outre d’entraîner, dans certains territoires, un désengagement de collectivités cosignataires des « contrats de ville » qui accroîtra le danger de rupture grave du climat urbain.

Nous sommes d’autant plus préoccupés que, outre le programme 147, le même décret annule dangereusement les crédits de nombre d’autres missions de l’État indispensables à la prévention de la fracture sociale : l’embauche dans les petites et moyennes entreprises (– 80 millions d’euros), l’intégration et l’accès à la nationalité française (– 40,5 millions d’euros), la police nationale, dont les réservistes volontaires (– 110 millions d’euros), les concours financiers aux communes, dont la « dotation politique de la ville » destinée à soutenir les villes pauvres abritant des populations pauvres (– 209 millions d’euros), l’amélioration de l’habitat (– 130,5 millions d’euros), l’accès au droit et à la justice (– 10 millions), la protection judiciaire de la jeunesse (– 16,8 millions d’euros), l’égalité entre les femmes et les hommes (– 7,5 millions d’euros), la prévention, la sécurité sanitaire et l’offre de soins (– 24,5 millions d’euros), les politiques sanitaires, sociales, du sport, de la jeunesse et de la vie associative (– 69,7 millions d’euros), les services de transport (– 194,7 millions d’euros), la démocratisation de la culture (– 39 millions d’euros).

En cette année 2017, où l’État a chargé le commissariat général à l’Égalité des territoires (CGET) de célébrer le 40e anniversaire de la politique de la ville, nous tenons à vous rappeler que, la seule année, 2005, en quatre décennies où les quartiers populaires ont eu à subir pareil désengagement de la puissance publique, a été celle qui les a vus s’enflammer et connaître les violences urbaines sans précédent qui demeurent dans les mémoires.

Nous vous demandons donc solennellement de faire revenir dans l’urgence le gouvernement sur sa décision d’annulation de ces crédits indispensables à l’équilibre républicain des territoires.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le président de la République, l’expression de notre haute considération.

Les signataires :

Gérard Allard, maire de Rezé, Marie-Hélène Aimable, maire de Bagneux, Catherine Arenou, maire de Chanteloup-les-Vignes, François Asensi, maire de Tremblay-en-France, Françoise Baud, maire de Valenton, Patrice Bessac, maire de Montreuil, Jean-Pierre Bosino, sénateur maire de Montataire, Philippe Bouyssou, maire d’Ivry-sur-Seine, Patrick Braouezec, conseiller municipal de Saint-Denis, Damien Carême, maire de Grande-Synthe, Alain Cazabonne, maire de Talence, Gérard Cosme, maire du Pré-Saint-Gervais, Meriem Derkaoui, maire d’Aubervilliers, Patrick Douet, maire de Bonneuil-sur-Marne, Driss Ettazaoui, conseiller municipal d’Évreux, Patricia Fernandez-Pédinielli, maire de Port-de-Bouc, Michel Fourcade, maire de Pierrefitte-sur-Seine, Patrick Jarry, maire de Nanterre, Jean-Claude Kennedy, maire de Vitry-sur-Seine, Bertrand Kern, maire de Pantin, André Laignel, maire d’Issoudun, Patrice Leclerc, maire de Gennevilliers, Gilles Leproust, maire d’Allonnes, Jean-Michel Longueval, maire de Bron, Françoise Marhuenda, maire des Ulis, J ean-Louis Marsac, maire de Villiers-le-Bel, Christian Métairie, maire d’Arcueil, André Molino, maire de Septèmes-les-Vallons, Jean-Marc Nicolle, maire du Kremlin-Bicêtre, Michèle Picard, maire de Vénissieux, Marie-Line Pichery, maire de Savigny-le-Temple, Gilles Poux, maire de La Courneuve, Bernard Pasciuto, maire de Cournon-d’Auvergne, François Pupponi, député maire de Sarcelles , Marjolaine Rauze, maire de Morsang-sur-Orge, Philippe Rio, maire de Grigny, Clément Rossignol-Puech, maire de Bègles, Christophe Rouillon, maire de Coulaines, Laurent Russier, maire de Saint-Denis, Nicolas Sansu, maire de Vierzon, Renzo Sulli, maire d’Échirolles, Azzédine Taïbi, maire de Stains , Rodolphe Thomas, maire d’Hérouville-Saint-Clair, Frédéric Vigouroux, maire de Miramas, Jean-Claude Villemain, maire de Creil, Marc Vuillemot, maire de La Seyne-sur-Mer, Gérard Weyn, maire de Villers-Saint-Paul.

Les élus communistes et républicains d'Evry s'associent totalement à cet appel