Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/05/2021

PALESTINE : DECLARATION DE FABIEN ROUSSEL

Palestine3.jpg« Stop à la colonisation, stop à l'escalade guerrière, la France doit reconnaître l'Etat de Palestine » (déclaration de Fabien Roussel)
 
Les informations qui me parviennent de mes amis israéliens et palestiniens m'alertent sur la gravité de la situation au Proche-Orient.
Après la colonisation accélérée de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie qui prive les Palestiniens de leur droit à un État indépendant et viable, les ratonnades et les manifestations de haine déclenchées par l'extrême droite israélienne sur l'Esplanade des mosquées, l'intrusion de la police israélienne dans la mosquée al-Aqsa, plusieurs villes israéliennes sont en train de s'embraser. Des lynchages s'y produisent, contre des citoyens arabes ou juifs.
Tel est le résultat de la politique belliciste et criminelle du gouvernement de Monsieur Netanyahou, poursuivi devant les tribunaux de son pays pour des actes de corruption et contre lequel des manifestations sont régulièrement organisées demandant son départ.
Prenant pour prétexte des tirs de roquettes sur des villes israéliennes, c'est pourtant ce gouvernement qui déclenche des raids criminels sur Gaza, faisant des dizaines de victimes parmi la population civile, notamment de nombreux enfants.
C'est aussi lui qui menace de déclencher une opération terrestre contre Gaza, au risque de provoquer un nouvel embrasement de toute la région et de rendre plus incertain encore toute perspective de paix.
Je suis stupéfait de l'attitude du président de la République et du gouvernement français, qui ont choisi de s'aligner sur la politique du président des États-Unis, lequel s'oppose à toute intervention du Conseil de sécurité et des Nations unies. C'est dans un soutien à la politique des dirigeants israéliens, qui ne cessent de bafouer le droit international, que Monsieur Macron engage ainsi notre pays.
Plus grave encore, en interdisant dans l'ensemble du pays toute initiative en faveur d'une paix juste entre Palestiniens et Israéliens, le gouvernement crée les conditions de tensions communautaires, de violences et de provocations racistes. Il doit au contraire faire respecter la liberté d’expression et de manifestation des partisans de la paix.
Il faut mettre un terme à l'escalade meurtrière en cours. La France doit s'exprimer clairement en faveur du droit et de la justice : la colonisation de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie doit immédiatement prendre fin, les prisonniers politiques palestiniens doivent être libérés, à commencer par Marwan Barghouti, les Palestiniens doivent disposer de leur État dans le frontières de 1967 et pouvoir vivres libres aux côtés de l'État d'Israël, les discriminations doivent enfin cesser au sein de l'État d'Israël.
La communauté internationale, et particulièrement les États-Unis, l'Union européenne et la France doivent faire respecter toutes les résolutions des Nations unies en ce sens. Des sanctions doivent être prises contre le pouvoir israélien actuel, tant qu'il bafouera le droit international.
Le peuple palestinien doit, dans ce cadre, bénéficier d'une protection internationale. Et, conformément au vote de l'Assemblée nationale voici déjà plusieurs années, notre pays doit reconnaître l'État de Palestine.
L'urgence est à présent d'empêcher une intervention militaire terrestre à Gaza, véritable prison à ciel ouvert, déjà meurtrie par des mois de bombardements quotidiens et des conditions de vie catastrophiques pour les Palestiniens.
Fabien Roussel, député du Nord, secrétaire national du PCF,
Paris, le 14 mai 2021.
 

A l'initiative d’Évry Palestine, Rassemblement le  Samedi 15 mai  à Evry Courcouronnes devant la Mairie, place des Droits de l’Homme, avec l’Olivier-AFPS Corbeil-Essonnes, de 14h30 à 16h.
Les Palestiniens ont besoin de notre soutien ! Le rassemblement a bien lieu avec déclaration à la Préfecture .
- Contre la répression meurtrière des Palestiniens de Jérusalem, contre les bombardements de Gaza, contre la politique d'Apartheid d'Israël, rejoignez-nous.
  Les Palestiniens commémorent chaque année le 15 mai 1948 la Nakba, l’expulsion de plus de 750 000 Palestiniens de leur terre et de leurs villages par les troupes sionistes. Aujourd’hui, cette dépossession se poursuit sous nos yeux.

- Pour que le France sorte de son silence, agisse en faveur de la protection du peuple palestinien et condamne les violations du droit international commises en toute impunité par Israël.

Cette action se prolongera à Corbeil-Essonnes, devant la Mairie, à partir de 16 h.

Signez la lettre-pétition au Président de la République :Protéger les Palestiniens de Jérusalem, la France doit agir (de nombreux premiers signataires dont des élus nationaux et européens, des responsables associatifs et des personnalités): https://www.france-palestine.org/Petition-Proteger-les-Pa...

19:11 Publié dans ACTUALITES, International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fabien roussel, pcf, palestine | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

29/01/2020

« Deal » / Trump : Mépris du peuple palestinien

Trump 2.jpg

COMMUNIQUE DU PCF - Parti Communiste Français

Trump vient d’annoncer son « deal du siècle ». Comment Trump et son gouvernement peuvent-ils être aussi irresponsables en qualifiant de plan de « paix » un projet dont la seule issue présentée aux Palestiniens est la création de « bantoustans » sans aucune continuité territoriale et sans souveraineté – une reproduction sinistre de l’apartheid aboli par le peuple sud-africain il y a près de trois décennies.

Le gouvernement de M. Macron ose affirmer qu’il « salue les efforts du président américain Donald Trump et étudiera avec attention [ce] plan de paix ». Ces propos, outre leur allégeance à l’hégémonie de la Maison Blanche, sont une négation de la Charte des Nations unies. Ils sont indignes de la France et de sa vision de la paix au Moyen-Orient.

Devant cette proposition d’annexion de la vallée du Jourdain, d’annexion des colonies qui deviennent des terres d'Israël, d’annexion des routes y conduisant depuis l'Ouest, c’est-à-dire une coupure de fait en au moins trois parties de la Cisjordanie, et, bien sûr, de maintien du "statut" carcéral actuel de la Bande de Gaza, sans liaison avec l'autre partie de la Palestine, la France s’honorerait de proclamer fermement qu’aucune paix ne peut se faire si le droit international et les résolutions de l’ONU ne sont pas respectés.

Seule la reconnaissance de l’État de Palestine – que le Parlement français a exigée - dans ses frontières de 1967 et avec Jérusalem Est comme capitale, peut permettre la construction d’un avenir pour les deux peuples, israélien et palestinien.

Le PCF apporte tout son soutien et sa solidarité au peuple palestinien méprisé dans son intégrité et aux progressistes israéliens qui luttent pour la paix, la démocratie et la justice en véritables acteurs de l’avenir de leur pays.

Parti communiste français
Paris, le 29 janvier 2020

24/07/2018

L'Apartheid institutionnalisé en Israël

Palestine reconnaissance.jpg

Israël vient de s'engager dans une voie dangereuse et antidémocratique. En effet, son gouvernement, en votant ce jeudi 19 juillet par 62 voix contre 55 et 3 abstentions la loi fondamentale faisant d'Israël l'Etat-nation du peuple juif, enterre tout espoir de paix.

Le rapporteur de cette loi, le député du Likoud Avi Dichter n'a laissé planer aucun doute en déclarant: « Nous avons fait cette loi fondamentale pour empêcher la moindre velléité ou tentative pour transformer l'Etat d'Israël en une nation de tous ses citoyens. »

Au bout de sept ans, la lutte menée sous la pression des extrémistes nationalistes et religieux a abouti. Israël s'affirme dorénavant comme un état d'apartheid, où ne seront plus reconnus les mêmes droits aux citoyens juifs et aux citoyens palestiniens d'Israël.

Parmi les conséquences de cette nouvelle situation, seuls les Juifs ont droit à l'autodétermination; la langue arabe n'est plus la deuxième langue officielle d'Israël , Jérusalem est totalement annexée , et « le développement des communautés juives », considérées comme « valeur nationale »..

En 1948, dans la déclaration d'indépendance qui proclamait « la fondation de l'Etat juif dans le pays d'Israël » il était écrit: " il [l’État] assurera une complète égalité de droits sociaux et politiques à tous ses citoyens, sans distinction, de croyance, de race ou de sexe".

Soixante dix ans après, ces principes sont trahis et l'apartheid est officiellement légalisé. 

La France comme signataire de la convention internationale contre le crime d'apartheid doit agir ! Le Parti Communiste Français en appelle instamment à Emmanuel Macron, président de la République, de ne plus se contenter d'une prudente réserve. Il en va de l'avenir de deux peuples; un avenir préservant le droit et la justice, seuls garants de la paix

Le PCF continue d'exiger  la reconnaissance de l’État de Palestine avec Jérusalem-Est comme capitale et la suspension de l'accord d'Association Union européenne/Israël.

Parti Communiste Français, le 23 Juillet 2018

31/03/2018

PALESTINE : ARRETONS LES EXACTIONS ISRAELIENNES

Palestine journée de la terre.jpg

Gaza : le PCF demande une intervention immédiate pour que cessent les exactions du gouvernement Israélien.

Chaque 30 mars lors de la grande marche du retour pour la Journée de la terre, les Palestiniens commémorent la mort, en 1976, de six arabes israéliens tués lors d'une manifestation contre la confiscation de leur terre par Israël.

Ils se mobilisent pour faire droit au retour des réfugiés palestiniens.Cet année ils étaient plus de 30 000 sur la bande de Gaza a manifester pacifiquement alors que des tireurs d'élite de l'armée israélienne avaient l'autorisation de tirer sur eux à balles réelles. Vendredi 30 mars, on compte 16 palestiniens assassinés et plus de 500 blessés.

Ce massacre intervient dans un contexte où le gouvernement d'extrême droite Israélien se sent pousser des ailes. Aidé par les décisions mortifères de Trump, il s'attaque aux « arabes israéliens », c'est à dire les palestiniens restés en Israël après 1948, en adoptant à la Knesset La loi sur “l’État-nation”, qui va constitutionnaliser le caractère exclusivement juif de l’État et l 'apartheid.Jusqu'où ira cette politique qui fait feu de tout bois des lois internationales et des droits humains des Palestiniens ?

Le PCF, à la fois indigné et très inquiet de cette escalade dangereuse et meurtrière, demande au président Macron et à l'ensemble de la communauté internationale d'intervenir immédiatement pour que cessent les exactions du gouvernement Israélien.

21/03/2018

Libération de tous les enfants palestiniens

enfants-palestiniens-emprisonnes-par-israel.jpg

Appel : Libération de tous les enfants palestiniens dans les prisons de l’occupation israélienne

Du 17 avril au 27 mai 2017, plus de 1 600 prisonniers politiques palestiniens ont fait la grève de la faim pour dénoncer leurs conditions de détention inhumaines ainsi que la détention administrative. Ce mouvement de grève a reçu un important soutien en France et au niveau international. Les récentes prises de position de Donald Trump concernant le statut de Jérusalem et le plan de paix qu’il entend imposer aux Palestiniens ne peuvent qu’alimenter la colère et la frustration de ces derniers. La seule réponse de l’armée israélienne aux manifestations de dénonciation de ces prises de position est la répression, qui a déjà causé la mort de plusieurs personnes. Des centaines d’autres ont été arrêtées et condamnées. Parmi elles, des enfants mineurs, dont certains risquent des peines très lourdes pour s’en être pris à des soldats israéliens.

Chaque année, environ 700 enfants palestiniens âgés de moins de 18 ans de la Cisjordanie occupée sont poursuivis par les tribunaux militaires israéliens après avoir été arrêtés, interrogés et détenus par l’armée israélienne. L’accusation la plus répandue contre les enfants est le jet de pierres, un crime passible de vingt ans de prison. Depuis 2000, plus de 12 000 enfants palestiniens ont été arrêtés et ils sont aujourd’hui plus de 300 à être détenus dans les prisons israéliennes, dans des conditions intolérables et en totale violation de la convention internationale des droits de l’enfant.

Dans la pratique, devant les tribunaux militaires, il n’y a pas de procédure d’interrogatoire spéciale pour les enfants détenus par l’armée israélienne, ni d’avocat, ni même de membre de la famille lorsqu’un enfant est interrogé. La majorité des enfants déclarent avoir subi des mauvais traitements et avoir été contraints de faire des aveux lors de leurs interrogatoires. Les mauvais traitements utilisés par les soldats israéliens lors de l’arrestation et de l’interrogatoire d’un enfant incluent généralement des gifles, des coups, des coups de pied et des poussées violentes. Les enfants palestiniens sont également régulièrement maltraités verbalement. Malgré les recommandations du Comité des Nations unies contre la torture de mai 2009 selon lesquelles les interrogatoires devraient être enregistrés sur vidéo, aucune disposition n’a encore été promulguée.

Alors que la convention des Nations unies sur les droits de l’enfant définit un « enfant » comme « tout être humain âgé de moins de 18 ans », selon l’ordre militaire israélien 132, les tribunaux israéliens ont déjà jugé et condamné des enfants palestiniens âgés de 16 ans et plus en tant qu’adultes. En comparaison, la législation juvénile définit les enfants israéliens comme âgés de 18 ans ou moins. Qui plus est, la peine d’un enfant palestinien est décidée en fonction de son âge au moment de la condamnation, et non au moment où l’infraction alléguée a été commise. Ainsi, un enfant qui est accusé d’avoir commis une infraction alors qu’il avait 15 ans sera puni comme un adulte s’il a atteint l’âge de 16 ans lors de son jugement.

Les forces d’occupation israéliennes poursuivent leur politique d’arrestation d’enfants palestiniens, refusant la protection qui leur est reconnue par plus de 27 conventions internationales.

Les forces d’occupation israéliennes arrêtent systématiquement les enfants palestiniens et mènent une politique de punition collective en organisant des campagnes d’arrestation. Elles exploitent l’arrestation des enfants dans le but de les recruter comme informateurs et afin de racketter leur famille financièrement en les forçant à payer de lourdes amendes pour obtenir leur libération. L’arrestation d’enfants a un impact destructeur sur le niveau de santé mentale des enfants, entraînant souvent l’abandon scolaire de ceux-ci.

Nous, associations, organisations politiques, syndicats, citoyens, dénonçons la poursuite par l’occupant israélien de l’emprisonnement, de la torture et des mauvais traitements envers les enfants palestiniens. Le gouvernement français doit intervenir auprès du gouvernement israélien pour mettre fin à cette situation. Nous exigeons la libération immédiate de tous les enfants palestiniens emprisonnés dans les geôles israéliennes.

Appel à l'initiative de la Coordination des associations palestiniennes : Forum Palestine Citoyenneté ; Association de Palestiniens en Ile-de-France ; GUPS ; Comité pour le respect des droits de l'Homme en Palestine.

30/11/2017

LIBEREZ SALAH HAMOURI

salah Hamouri.jpg

Au terme de la centième journée d’emprisonnement du jeune avocat Français 56 députés européens de divers pays appellent à la libération de Salah Hamouri. 

Nous, soussignés, députés européens de diverses opinions politiques, 
 
Protestons contre le sort injuste fait à un jeune citoyen français, arrêté le 23 août dernier, Monsieur Salah Hamouri, devenu avocat au cours de ce mois d’août 2017, aujourd’hui placé en détention administrative dans la prison israélienne d’Al naqab sur la base d’un dossier prétendument secret.  
 
Réclamons des autorités israéliennes sa libération immédiate.
 
Demandons aux institutions européennes, au nom des valeurs qui fondent l’Union européenne, d’intervenir auprès du gouvernement israélien pour faire cesser cette injustice.
 
--------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
We, Members of the European Parliament from various opinions,
 
Protest against the unfair treatment of Salah Hamouri a young French citizen, lawyer since August 2017, arrested on August 23 and now in administrative detention in the Israeli prison of Al Naqab based on an allegedly secret file.
 
Call the Israeli authorities to immediately release him.
 
Call on the European institutions to intervene with the Israeli government to put an end to this injustice, in the name of the values that underpin the Européen Union.
 
Les signataires :
Patrick Le Hyaric,  Vice-président GUE/NGL ; membre de la délégation du parlement européen chargé des relations avec La Palestine (France - GUE/NGL) ; Philippe Lamberts,  Coprésident VERTS/ALE (Belgique - GREENS/ALE); Gabi Zimmer, Présidente du groupe de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (Allemagne - GUE/NGL); Tania González Peñas, Vice-présidente GUE/NGL (Espagne - GUE/NGL); Maria Arena, (Belgique - S&D); Paloma López Bermejo, (Espagne - GUE/NGL); Bart Staes, (Belgique - GREENS/ALE); Nikolaos Chountis, (Grèce - GUEN/NGL) ; Miguel Viegas, (Portugal - GUE/NGL); António Marinho e Pinto, Vice-président Délégation Brésil (Portugal - ALDE); Eleonora Forenza, Vice-présidente Délégation Chili (Italie - GUE/NGL); Pascal Durand, Vice-président VERTS/ALE (France - GREENS/ALE); Angela Vallina, (Espagne - GUE/NGL); Karima Delli, Présidente Commission des transports et du tourisme (France - GREENS/ALE); Sofia Sakorafa, Présidente Délégation pour les relations avec les pays d'Amérique centrale (Grèce - GUE/NGL); Ernest Urtasun, Vice-président Assemblée EUROLAT (Espagne - GREENS/ALE); Younous Omarjee, Vice-président Commission du développement régional (France -GUE/NGL); Javier Nart, Vice-président ALDE - Vice-président Assemblée paritaire ACP-UE (Espagne - ALDE); Marina Albiol, (Espagne - GUE/NGL); Edouard Martin, (France - S&D); Neoklis Sylikiotis, Président Délégation Palestine - Vice-président GUE/NGL - Président délégation Palestine (Chypre - GUE/NGL); Margrete Auken, Vice-présidente Délégation Palestine (Danemark - GREENS/ALE); Lola Sanchez Caldentey, (Espagne - GUE/NGL); Michèle Rivasi, Vice-présidente Assemblée paritaire ACP-UE (France - GREENS/ALE); Josu Juaristi, (Pays Basque - GUE/NGL); Ivo Vajgl, (Slovénie - ALDE); Joao Ferreira, (Portugal - GUE/NGL); Sergio Cofferati, (Italie - S&D); Marie-Pierre Vieu, (France - GUE/NGL); Jean-Marie Cavada, Vice-président Commission des affaires juridiques  (France - ALDE); Marc Tarabella, Vice-président Délégation pour les relations avec les pays de l'Asie du Sud-Est et l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est  (Belgique - S&D); Marie-Christine Vergiat, (France - GUE/NGL); Josep María Terricabras, Vice-président Verts/ALE (Espagne - GREENS/ALE); Barbara Spinelli, Vice-présidente Commission des affaires constitutionnelles (Italie - GUE/NGL); Yannick Jadot, Vice-président Commission du commerce international (France - GREENS/ALE); Javier Couso Permuy, Vice-président Commission des affaires étrangères - Vice-président délégation pour les relations avec l'Iraq (Espagne - GUE/NGL); Eva Joly, Vice-présidente Commission d'enquête chargée d'examiner les allégations d'infraction et de mauvaise administration dans l'application du droit de l'Union en matière de blanchiment de capitaux, d'évasion fiscale et de fraude fiscale (PANA)  - Vice-présidente Délégation pour les relations avec l'Afghanistan (France - GREENS/ALE); Marisa Matias, Présidente Délégation pour les relations avec les pays du Mashrek (Portugal - GUE/NGL); José Bové, (France - GRENS/ALE); Lidia Senra, (Espagne - GUE/NGL); Patricia Lalonde, (France - ALDE); Martina Anderson, (Irlande du Nord - GUE/NGL); Julie Ward, (Royaume Uni - S&D); Matt Carthy, (Irlande - GUE/NGL); Ana Maria Gomes, Vice-présidente Commission d'enquête chargée d'examiner les allégations d'infraction et de mauvaise administration dans l'application du droit de l'Union en matière de blanchiment de capitaux, d'évasion fiscale et de fraude fiscale (PANA) - (Portugal - S&D); Lynn Boylan, (Irlande - GUE/NGL) ; Hilde Vautmans, (Belgique -ALDE); Liadh Ní Riada, (Irlande - GUE/NGL); Keith Taylor, (Royaume Uni - GREENS); Joao Pimenta, Vice-président Commission des droits de la femme et de l'égalité des genres - Vice-président Délégation à l'Assemblée parlementaire euro-latino-américaine - (Portugal (GUE/NGL); Miguel Urbán, (Espagne - GUE/NGL); Xabier Benito Ziluaga, Vice-président Délégation pour les relations avec le Mercosur - (Espagne - GUE/NGL); Estefanía Torres Martínez, (Espagne - GUE/NGL); Merja Kyllönen, (Finlande - GUE/NGL); Curzio Maltese, (Italie - GUE/NGL); Stelios Kouloglou, (Grèce - GUE/NGL).

23/08/2017

Salah Hamouri arrêté sans « aucun motif » par l’armée israélienne

salah hamouri,palestine,prisonnier

Laurence Mauriaucourt, Humanite.fr

Le jeune franco-palestinien a été arrêté dans la nuit par l’armée israélienne. Sa compagne, le député Alain Bruneel, la présidente du groupe des sénateurs communistes, Eliane Assassi, Pierre Laurent secrétaire national du PCF enjoignent au Président de la République d'intervenir très rapidement.

L’information a été diffusée ce mercredi 23 août sur Facebook par sa compagne, Elsa : « Salah Hamouri a été arrêté cette nuit à notre domicile de Jérusalem-Est par l'armée d'occupation venue en grand nombre le cueillir dans son sommeil. Comme souvent, les autorités militaires ne donnent aucun motif à cette arrestation et nous n'avons que peu d'informations au sujet de sa détention, il n'a pu contacter personne. Nous demandons à la France d'agir avec conviction pour protéger et obtenir la libération de notre concitoyen qui subit une fois de plus l'arbitraire israélien ». Les internautes, souvent soutiens de longue date du militant, s'emploient à partager cette information inquiétante.

Salah Hamouri est depuis des années et sans cesse dans le collimateur du pouvoir israélien. Il avait fallu une mobilisation internationale pour qu’il soit libéré de prison en 2011. Le jeune homme, qui a déjà passé sept années dans les geôles israéliennes, avait alors été accueilli dans de nombreuses villes de France et notamment dans le Douaisi. Ainsi, immédiatement après cette annonce de nouvelle arrestation arbitraire, le député PCF du Nord, Alain Bruneel a réagit en sollicitant l’intervention du Président de la République.  « L’acharnement n’a que trop duré. », argumente le député. «  Israël ne peut continuer à confondre le légitime combat politique pour les droits nationaux du peuple palestinien avec la criminalité ou le terrorisme », tempête l’élu nordiste, dans sa lettre adressée à l’Elysée ce mercredi en milieu de journée. Exigeant du Président de la République qu’il « œuvre dès aujourd’hui », au nom de la France pour la libération de Monsieur Salah Hamouri ».

Revoir l'intervention de Salah Hamouri à la Fête de l'Humanité en 2012.