Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2018

Brésil : Plus que jamais aux côtés des progressistes

Brésil Avila.jpg

COMMUNIQUE DU PARTI COMMUNISTE FRANCAIS

Au terme de la séquence électorale au Brésil, c'est l'inquiétude qui est de mise après l'élection de Jair Bolsonaro (55% des voix contre 45% pour Fernando Haddad du Parti des travailleurs).
L'homme qui a dit tout au long d'une campagne agressive et violente vouloir gouverner « pour la majorité, pas pour la minorité », en pointant d'une manière affirmée les noirs, les femmes, les membres de la communauté LGBT, les militants de gauche, les Indiens, les membres du mouvement paysan des sans-terre (MST) et d’ONG, les défenseurs de l’environnement, les journalistes, plonge le pays dans une profonde fracture.


Ce résultat intervient dans un pays confronté depuis plusieurs années à la fragilité des institutions, avec le coup d'État contre Dilma Rousseff et la prison pour Lula, empêché d'enregistrer sa candidature, contrairement aux recommandations de l'ONU.

Brésil drapeau.jpgAprès les États-Unis, l'Europe de l'Est et les Philippines, l'arrivée de Bolsonaro, adepte de la dictature marque un nouveau tournant inquiétant dans un mouvement mondial d'expansion des nationalismes de droite.
Depuis l’annonce des résultats, les messages de félicitations à Bolsonaro des néolibéraux latino-américains et du monde occidental (Trump et Marine Le Pen en tête) ne cessent de tomber. Et pour cause, sa ligne de conduite épouse un recours massif à la police militaire pour gérer les problèmes de criminalité urbaine, une économie clairement néolibérale avec un programme caressant le marché dans le sens du poil : réforme des retraites, indépendance totale de la Banque centrale, privatisations et réduction de la taille de l’État, suppression des droits des travailleurs, renoncement à l'alphabétisation et aux enseignements fondamentaux dans les zones rurales éloignées où les institutions scolaires seraient « trop chères à entretenir » ainsi que soutien à l'agrobusiness qui met en péril la biodiversité du pays.

En promettant « un grand nettoyage du pays des marginaux rouges, des hors-la-loi gauchistes », se profilent une purge comme jamais le Brésil n'en a connue et un risque de basculement vers un régime anti-démocratique, répressif, sans contre-pouvoir, aux couleurs d'un « fascisme rampant ».
La communauté internationale, européenne notamment, qui n'a eu de cesse de brandir le flambeau de la démocratie de part et d'autre de la planète, est restée bien muette ces derniers mois face à la situation brésilienne et porte une lourde responsabilité. Au-delà d'être une menace pour les seuls Brésiliens, c'est un risque d'instabilité pour toute la région où les forces de droite extrême sont à l'offensive, mais également à l'échelle internationale.
Les forces progressistes brésiliennes, loin de baisser les bras comme l'a déclaré Fernando Haddad, vont rester mobilisées. Le PCF, fidèle à ses valeurs et à son soutien permanent, sera à leurs côtés. Il en appelle à la communauté internationale et lui demande de se ressaisir contre la menace de la « peste brune », encouragée par ce résultat, en prenant des mesures politiques humanistes, sociales et solidaires, volontaristes d'émancipation humaine. Cela nécessite pour nous, forces communistes et progressistes, des efforts considérables de solidarité et des propositions claires au service des libertés fondamentales, de la justice sociale de la démocratie et de la préservation de la planète.

16:12 Publié dans ACTUALITES, International, PARTI COMMUNISTE FRANCAIS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brésil, pcf | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

25/10/2018

APPEL DE MICHEL NOUAILLE ET JOELLE CAILACHON

Nouaille caillachon.jpgBonjour,

Dans 25 jours, dimanche 18 novembre, le 1er tour de l’élection législative partielle.

Après avoir déposé ce matin notre candidature, nous commençons la campagne sur le terrain avec notre 1er matériel.

Cette page vous informera du déroulement de notre campagne. Pour y participer, utilisez là.

La dégradation du contexte politique (affaiblissement continu de Macron et dérives autoritaires, montée du populisme à droite en France, en Europe, « tentations populistes » de certaines composantes de la F.I., gauche toujours divisée,….tensions internationales croissantes…désordres climatiques toujours plus violents…) nous demande de mener une campagne de très haut niveau.

Il nous faut construire rapidement une gauche rassemblée et crédible au regard des enjeux économiques et financiers, sociaux, environnementaux, démocratiques. Il y a urgence !

Dans notre circonscription, historiquement de gauche, nous pouvons tous ensemble y contribuer !

Le groupe des élus communistes et républicains d'Evry apporte son total soutien à Michel Nouaille, Joëlle Caïlachon, PCF-Génération Hamon, le duo gagnant des élections partielles des législatives d'Evry - Corbeil et peut être des prochaines élections Européennes

18/10/2018

Européennes : Ian Brossat écrit aux responsables de gauche

brossat1300.jpg

Vous trouverez ci-dessous le courrier que Ian Brossat, chef de file des communistes pour les Européennes a envoyé à Benoît Hamon, Olivier Besancenot, Jean-Luc Mélenchon, David Cormand et Emmanuel Maurel.

« Cher ,
Chef de file du Parti communiste français aux élections européennes, je tenais à t’écrire pour renouveler ma proposition de rencontre entre nos deux forces politiques.

Dans notre pays, la défiance à l’égard d’Emmanuel Macron n’a jamais été aussi grande. Le gouvernement choisit de l’ignorer et de poursuivre à marche forcée sa politique de démantèlement de nos services publics et de notre protection sociale.

Privatisations, réformes des retraites, attaque contre la Sécurité sociale : c’est l’identité de notre pays et notre modèle de société qui sont remis en cause.

À l’échelle européenne, le rejet des politiques libérales engendre une montée inquiétante de l’extrême-droite qui instille partout son venin raciste et xénophobe.

Dans ce contexte lourd de menaces, il nous appartient de dépasser l'état de dispersion qui est celui de la gauche aujourd’hui.

Une telle situation me paraît d’autant plus regrettable qu’un nombre croissant de nos concitoyens se mobilisent partout à travers notre pays. Dans les marches pour le climat, les mobilisations en faveur des réfugiés, les mobilisations sociales, ils nous disent leur aspiration grandissante à une issue progressiste.

Nous nous retrouvons d’ailleurs très régulièrement ensemble lors de ces mobilisations.
Des débats nous traversent, c’est vrai. Pour autant, je suis profondément convaincu que nous avons beaucoup à gagner à nous parler pour construire des perspectives communes.

Dans ce but, je souhaite te convier à une rencontre bilatérale qui se tiendrait à une date à fixer ensemble.

Reçois l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Ian Brossat »

Paris, le 18 octobre 2018

07/10/2018

Congrès PCF. Le « Manifeste » arrive en tête du vote

pcf congres.png

Les adhérents du PCF étaient invités jusqu’à ce samedi à choisir parmi quatre textes leur base commune de discussion, en vue de leur congrès de novembre. Pour la première fois, ils se sont prononcés pour un texte dit « alternatif » à celui proposé par leur Conseil national. 30 833 militants ont participé au vote, soit 62,65 % des inscrits.
 
Selon la commission en charge du suivi du scrutin qui s’est clos ce samedi, les résultats sont les suivants : 
 
-       La proposition de base commune adoptée par le Conseil national, « Le 
communisme est la question du XXIe siècle », a obtenu 11 461 suffrages, 
soit 37,99 % des exprimés.
 
-       Le texte alternatif « Se réinventer ou disparaître ! Pour un printemps 
du communisme » a réuni 3 607 suffrages, soit 11,95 % des exprimés.
 
-       Le texte alternatif « Pour un manifeste du Parti communiste du XXIe 
siècle » totalise 12 719 suffrages, soit 42,15 % des exprimés.
 
-       Le texte alternatif « PCF : Reconstruire le parti de classe, priorité au 
rassemblement dans les luttes » a, quant à lui, atteint 2 385 suffrages, 
soit 7,90 % des exprimés.
 
« En application de nos statuts, le texte « Pour un manifeste du Parti communiste du XXIe siècle » devient donc la base commune de discussion dont tou·te·s les communistes doivent désormais se saisir pour la travailler, l’enrichir de tous les débats et contributions jusqu’au terme du congrès, avec l’impératif d’une construction collective », précise la commission dans son communiqué. « Le vote des communistes n'a pas placé la proposition de base commune du Conseil national en tête. J'en prends acte », a réagi Pierre Laurent notant que « les résultats sont très partagés » et qu’il n’y a « pas de majorité à ce stade pour avancer ». « Nous avons donc devant nous un immense débat à poursuivre sur nos choix et un immense défi à relever pour la construction commune, l'unité et le rassemblement des communistes jusqu'au congrès », a ajouté le secrétaire national du PCF.
 
Julia Hamlaoui, l'Humanité

30/09/2018

SALAH HAMOURI : ENFIN LIBRE !

salah Hamouri libre.png

DECLARATION DE PIERRE LAURENT

C'est d'abord de la joie. Salah est sorti de prison! De la joie pour sa famille, ses proches, ses ami.e.s, ses camarades. De la joie que je partage avec les communistes, les participant.e.s de la fête de l'Humanité, les militant.e.s du mouvement de la jeunesse communiste, des centaines de milliers de jeunes et moins jeunes qui se sont mobilisé.e.s dans tout le pays pour sa libération.

Après plus de 400 jours de détention administrative, sans jugement ni motif, si ce n'est l'illégitime arbitraire de Benyamin Netanyahou et de son ministre de la défense Avidgor Liberman, notre compatriote Salah Hamouri a enfin été libéré!
Avocat franco-palestinien, il fait, comme beaucoup d'autres, l'objet d'un harcèlement des autorités israéliennes qui entendent briser les voix qui dénoncent la colonisation, les arrestations et les massacres, notamment à Gaza.
Mais c'est aussi de la vigilance! Salah Hamouri, par son engagement, est un militant de la paix qui doit désormais pouvoir rentrer chez lui à Jérusalem, recouvrer sa complète liberté de circulation et de déplacement, y compris à l'étranger. Aucune entrave ne doit lui être imposée pour pouvoir vivre avec sa famille, sa femme et son fils.

Encouragées par la politique de Donald Trump qui a transféré l'ambassade américaine à Jérusalem, supprimé les aides financières à l'UNRAW et aux Palestiniens, la droite et l'extrême droite israéliennes multiplient les lois discriminatoires, amplifiant, par la loi d'"apartheid" dite loi "Etat-nation", le caractère religieux, identitaire et raciste du régime.

Des voix s'élèvent, plus nombreuses, pour dénoncer ceux qui tentent de nier l'existence du peuple palestinien et son droit à disposer d'un État.

Après la libération de Salah Hamouri nous appelons à la libération de tous les prisonniers politiques, dont Marwan Barghouti. C'est un encouragement à amplifier la solidarité avec le peuple palestinien en constituant un front large, sans exclusive, avec toutes les forces démocratiques qui rejettent l'expansionnisme colonial et l'ultranationalisme.
Aucune paix ne sera possible dans la région sans le règlement de la question palestinienne.

Pierre Laurent
Secrétaire national du PCF - Parti Communiste Français,
Le 30 septembre 2018

13:09 Publié dans ACTUALITES, PARTI COMMUNISTE FRANCAIS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salah hamouri, libre | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

24/09/2018

Budget 2019 : Président des riches et Roi du bonneteau

Budget des riches.jpg

Le budget 2019 confirme les véritables priorités du « Président des riches » en s’attaquant pour la deuxième année consécutive au pouvoir d’achat des Français et en faisant de nouveaux cadeaux à la finance :

Une nouvelle baisse de pouvoir d’achat annoncée en 2019, avec :
- Gel des pensions et des prestations sociales : -3,4 milliards d’euros ;
- Hausse des taxes sur les carburants : - 1,9 milliard d’euros ;
- Diminution du dispositif pour la rénovation thermique : - 800 millions d’euros ;
- Hausse des taxes sur le tabac : - 400 millions d’euros ;
- Gel du SMIC et du point d’indice des fonctionnaires.

A ces mesures gouvernementales, il faut ajouter la hausse du prix des mutuelles (800 millions d’euros en 2018), de l’électricité, du gaz et des assurances.

Adepte du jeu de bonneteau, l’exécutif ose même présenter la baisse de cotisations sociales comme une mesure favorable au pouvoir d’achat alors qu’elle vient à peine compenser la hausse de la CSG, à l’œuvre depuis le 1er janvier 2018, et qui a frappé durement nos concitoyens.

Les mesures annoncées, portant sur la taxe d’habitation et sur la CSG versée par les retraités, ne compenseront pas non plus ces multiples attaques contre le pouvoir d’achat.

Enfin, ce budget fait encore la part belle aux grandes entreprises. 2019 verra se cumuler le CICE, la baisse de cotisations sociales patronales et la diminution du taux de l’impôt sur les sociétés. Coût total pour l’État : environ 42 milliards d’euros ! Une faveur, une nouvelle fois accordée sans condition ni ciblage.

La majorité se targue de baisser fortement la dépense publique mais oublie qu’elle est le principal levier de redistribution des richesses. Face aux coups portés au plus grand nombre, les députés communistes se battront contre un budget empreint d’une idéologie dépassée, injuste et inefficace.

Groupe des députés communistes

17/09/2018

Fête de l’humanité. « Un coup de boost pour un an de luttes »

fete huma 2018 foule.jpg

Ce week-end, le peuple de la Fête, aux premières loges des coups qui pleuvent en Macronie, a rechargé ses batteries pour mieux se préparer à une nouvelle année de riposte. Un rendez-vous que toute la gauche a honoré.

Dès l’ouverture de ses portes, l’édition 2018 de la Fête de l’Humanité commence sous de bons auspices. Vendredi, la jeune Ahed Tamimi, « devenue véritable symbole de la lutte du peuple palestinien », selon les termes du directeur du journal, Patrick Le Hyaric (voir page II), est parvenue à venir, en dépit des tentatives du gouvernement israélien de l’en empêcher. Au fil des allées, l’émotion règne à son passage. Quelques heures plus tôt, c’est Josette, veuve de Maurice Audin, qui est accueillie par une standing ovation sous l’Agora de l’Humanité, au lendemain de la reconnaissance par le président de la République du crime d’État : 61 ans de lutte récompensés.

« À bas la macronarchie ! »

De quoi donner du baume au cœur à ce peuple de la Fête venu très nombreux. « Ça donne un coup de boost pour repartir pour un an de luttes », se réjouit une militante parisienne du PCF. « Signez la pétition pour que Macron nous rende notre pognon de dingue ! » scande derrière elle un communiste séquano-dionysien. Et ça marche, le ras-le-bol est là. Il faut dire que ceux qui fréquentent la Fête sont bien souvent aux premières loges pour apprécier les conséquences de la politique antisociale du gouvernement. « Ça craint pour nous tout simplement parce qu’on n’a pas assez de salaire ! » s’indigne une Lorraine qui ajoute son nom au bas de la pétition « À bas la macronarchie ! », avant de repartir avec un tee-shirt « Gaulois réfractaire » sous le bras. « Heureusement qu’il y a le collectif, parce que tout seul, c’est dur », souffle-t-elle, croisant sans la connaître Marion, qui vient de finir ses études. « Ce qui m’a le plus choquée, c’est Benalla.

On n’est plus dans une démocratie », assène-t-elle. À tel point qu’elle a décidé, samedi, de rejoindre les rangs communistes. Laurette, elle, a fait le voyage depuis Aubagne. « Je serai à la retraite au 1er octobre, je ne dépasserai pas les 1 350 euros alors que j’ai travaillé 44 ans comme aide-soignante », raconte-t-elle. Alors, évidemment, quand on lui parle de la hausse de la CSG, du gel des pensions… elle voit rouge.

« Ah, ça ! ça ruisselle dur, mais jamais dans le bon sens ! Toujours du bas vers le haut ! » constate Pierre Laurent, le secrétaire national du PCF lors de son discours, samedi, devant des personnalités politiques, associatives et syndicales. Et de proposer, alors que se prépare une nouvelle réforme rétrograde des retraites, de « remettre sur le métier la grande œuvre d’Ambroise Croizat, pour une Sécurité sociale universelle ». « Et qu’on arrête de nous dire que l’argent manque quand il coule à flots », ajoute-t-il, citant « les revenus financiers des entreprises et des banques, l’année dernière : 342 milliards d’euros ». Le communiste a aussi mis l’écologie à l’honneur : « L’humain et la planète ont leurs sorts désormais totalement liés. Penser l’un sans penser l’autre, c’est se condamner à de dramatiques impasses. » « Il y a vraiment une maturation du système de pensée communiste avec un prisme écolo », apprécie Julien Bayou, porte-parole d’EELV après le discours. Lui continue de plaider pour l’unité d’une gauche pour l’heure en ordre dispersé : « Quand on est d’accord sur l’essentiel, on a une responsabilité – déjà de ne pas s’insulter – et éventuellement même de faire ensemble. » Et dans la Fête, toute la gauche est bien présente malgré un communiqué des députés de la France insoumise annonçant leur boycott du discours du patron des communistes. Éric Coquerel, Clémentine Autain et François Ruffin ont parcouru les allées.

« Notre adversaire est à l’Élysée, et il est évident qu’il faut grouper nos forces contre mais il y a une clarification nécessaire si on veut gouverner ensemble demain ! » lance ce dernier à l’intention des socialistes lors d’un débat à l’Agora avec Pierre Dharréville (PCF) et Valérie Rabault (PS). Affichant la même volonté de contrer un gouvernement qui « avance masqué », la présidente du groupe socialiste de l’Assemblée en appelle, pour sa part, « aux causes communes », déjà défendues par le premier secrétaire de son parti, Olivier Faure. Du côté de l’aile gauche du PS, tentée par un rapprochement avec FI, Emmanuel Maurel prêche pour « se retrouve(r) très vite dans les assemblées et dans la rue ». Également présent, Benoît Hamon, dont le mouvement Génération.s doit se décider à l’automne en vue de l’élection de mai, plaide pour que la gauche fasse sienne la devise européenne : « In varietate concordia, c’est-à-dire l’unité dans la diversité. On ne demande à personne de cesser d’être ce qu’il est et de renier son identité. Mais la question c’est : veut-on faire famille ou pas ? »

Des dividendes de dingue

« Ce n’est pas au Palais-Bourbon que va se faire la révolution, estime ailleurs dans la Fête Pierre Dharréville. Ce qui est décisif, c’est qu’émergent dans la société des mouvements populaires. » Ces mouvements, justement, ont été les invités d’honneur ce week-end. Non seulement à l’Agora avec le « gouvernement des luttes » (lire page VI), mais aussi dans de multiples stands ou encore au Forum social. « Le gouvernement reste sur une logique de premiers de cordée qui consiste à dire aux Français : “Si vous êtes pauvres, c’est de votre faute !” On est l’un des premiers pays au monde pour le versement de dividendes distribués aux actionnaires : c’est là qu’il faut aller chercher l’argent », y insiste Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT. Dans les allées, le souffle est le même : « C’est la première fois qu’on vient et on vient autant pour la musique que pour découvrir les luttes qui ont rendez-vous ici », explique Amandine, travailleuse sociale pour les réfugiés à Sens. Dans ce domaine aussi, le jugement est sévère mais mérité à l’égard d’un « faux-semblant de politique humaniste qui ne l’est pas du tout ».

Ici, une chose est sûre en tout cas, beaucoup espèrent, comme Jeannette Vanderschooten, qui fêtait ses 100 ans à la Fête, avoir « apporté (sa) pierre » au « triomphe, un jour, de la paix, de la liberté, de la fraternité ».

 
Le pcf lance trois chantiers

Lors de son discours devant les personnalités politiques, syndicales et associatives, samedi, dans le stand national du PCF, Pierre Laurent a lancé « trois propositions » pour l’année à venir : « construire partout, dès maintenant, les grandes lois sociales et écologiques dont notre pays a besoin », à l’instar d’une autre réforme des retraites ; tenir « des états généraux du progrès social et écologique en Europe début 2019 », et se lancer dans « la préparation des élections municipales, qui seront l’occasion d’une grande bataille pour une République de l’égalité et des services publics ».

16:46 Publié dans ACTUALITES, PARTI COMMUNISTE FRANCAIS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fête humanité 2018 | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!