Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/05/2014

FONCTIONNAIRES RASSEMBLES AVEC LEURS SYNDICATS / SOUTIEN DES ELUS COMMUNISTES !

Reportage publié par l'Humanité, photos E-Mosaïque.

manif153.jpgIls se sont donné rendez-vous, à Denfert-Rocherau, ce 15 mai, pour dénoncer le plan d’austérité annoncé par le gouvernement Valls. A l’initiative des sept organisations syndicales (CGT, CFDT, CFTC, FA-FP, FSU, Solidaires et UNSA), le pas des milliers de fonctionnaires, durant la marche contre l’austérité, s’est voulu « ferme et déterminé ».

« Non à l’austérité ! Oui, à la sécurité de l’emploi ! ». Les manifestants de la CFDT Fonction publique territoriale comptaient bien se faire entendre aujourd’hui. Et qu’importe si la ministre de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, confirmait ce matin sur FranceInfo le gel du point d'indice des fonctionnaires, « le gouvernement va être obligé de revenir sur sa position sinon la démocratie française n’a plus aucun sens », optimise un cantinier, présent dans le cortège Solidaires des Yvelines. Sur la place Denfert-Rocherau, « l’unité syndicale fait plaisir à voir. Pour que l’on soit tous d’accord à ne faire qu’un aujourd’hui, c’est bien que le sujet est incontournable. Ensemble, nous serons plus fort pour lutter contre le plan d’austérité mais aussi pour refuser la réforme territoriale, complètement absurde », explique Julien Léger, coordinateur départemental (94) des services publics territoriaux, en voyant passer Thierry Lepaon, secrétaire général CGT accompagné des six autres organisations syndicales mobilisées, CFDT, CFTC, FA-FP, FSU, Solidaires et UNSA .

Presque 14h, et une odeur de merguez grillée se faufile entre les cortèges déjà bien copieux. « Mangez, faut prendre des forces pour gagner cette bataille politique », prévient ce retraité parisien, militant communiste du 93. Plus tard peut-être, en attendant le regard perdu du personnel hospitalier de l’Hôtel-Dieu, le plus vieux hôpital de Paris, laisse perplexe. « On ne comprend pas qu’ils puissent sanctionner un hôpital au cœur de Paris, riche d’un patrimoine historique, qui a toujours assuré un service de qualité », raconte avec mélancolie Marc Cordeau, membre de la CGT Hôtel-Dieu.

Des sanctions terribles, telles que la suppression des urgences en novembre dernier et un plan de restructuration drastique, « vidant à 80% notre établissement, devenu un véritable désert sanitaire ». Quant aux lits d’hospitalisation, ils se font de plus en plus rares car « garder un patient plus de 24h revient trop cher maintenant », détaille Marc Cordeau avec amertume. Alors pour retrouver un hôpital digne de présenter les compétences d’un service public de qualité, « nous demandons la réouverture des urgences pour avoir des malades couchés et non debout. Non à la bobologie », conclut-il.

manif152.jpgAu loin, sous un beau soleil qui illumine le visage des fonctionnaires les plus attristés par la situation économique et politique du pays, flotte un énorme ballon rouge. C’est celui du parti communiste français. Boulevard Raspail, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, profite de la grande mobilisation, avec d’autres élus communistes de la région parisienne, pour soutenir son acolyte Patrick Le Hyaric, candidat Front de Gauche de la liste Île-de-France aux élections européennes, le 25 mai prochain.

« Cette manifestation est un premier signal de réaction face à l’annonce du plan d’austérité. Il faut ouvrir des perspectives de rassemblement pour une vraie politique de gauche, qui valorise les services publics au lieu de les casser. Il n’y aura pas de sortie de crise sans services publics », argue Pierre Laurent, en distribuant au passage un tract Front-de-gauche à Clément Lorillec. Clément Lorillec, c’est un agent contractuel, catégorie B, de la mairie de Bagneux.

Assistant de conservation du patrimoine, il souhaitait être présent aujourd’hui pour crier à qui voudra l’entendre que « c’est nous, petits fonctionnaires que nous sommes, qui faisons vivre votre société, NOTRE société ». Contre le modèle libéral du marché de la concurrence, ce jeune archiviste « offre un service public à l’usager et non au client, c’est toute la différence », précise t-il. Avant de laisser la parole à Anne-Marie Laspougeas, secrétaire CGT, « administratif et lycées », qui souhaite pousser « une gueulante à François Hollande » : « en 2013, 1000 collègues ne sont pas encore titularisés sur 8000 en Île de France. La précarité est à son paroxysme avec des contrats de six mois non renouvelés. Etre agent dans un lycée est un métier difficile, où la moyenne d’âge est de 48 ans. Il serait temps de les aider au lieu de leur abaisser leur pouvoir d’achat ».

manif154.jpgUne colère ressentie dans les trois versants de la fonction publique, ne demandant qu’à être entendue. Parce qu’ « on est en train d’assister au plus grand plan social de l’histoire en France. Ce sont des milliers d’emplois qui sont menacés, et qu’il faut aujourd’hui défendre, tous ensemble », se permettra de conclure Fabien Guillaud Bataille, secrétaire départemental 94 du PCF, en regardant filer la marche des fonctionnaires vers les Invalides.

RENCONTRE INSOLITE

manifestation,syndicats,pcf,cgt,fsuRencontre insolite en marge de cette manifestation lorsque les employés communaux de la ville de Grigny dans l'Essonne en manifestant sont passés devant la délégation des élus communistes et surpris ont constaté que leur Maire, Philippe Rio, brillamment élu au premier tout contre trois autres listes dont deux de Droite et communautaires, et une de socialistes dissidents soutenu par le député socialiste,  était là présent avec le secrétaire national du PCF Pierre Laurent.

"Monsieur le Maire vous êtes là présent, nous sommes ravis, vous savez que j'ai voté pour vous ?" s'exclame une jeune employée. Pouvons nous prendre une photo avec vous Monsieur le Maire ajoute t-elle ?

Bien sûr répond t-il heureux de cette rencontre avec les employés de sa ville...

22/10/2013

AT BONDOUFLE : UN SCANDALE QUI DOIT CESSER !

La situation des 35 d’AT France est insupportable. Le groupe des élus communistes d’Evry apportent leur total soutien à ces salariés et à la CGT dans cette lutte pour la dignité humaine.

COMMUNIQUE DE LA CGT

Ils sont 35, Egyptiens et Marocains « détachés » chez AT France à Bondoufle depuis près de 2 ans par la maison mère italienne.

35 salariés sans contrat de travail français, sans fiche de paye, payés soit en liquide par chèque ou virement…

35 salariés qui ont reçu la même lettre recommandée leur enjoignant de regagner l’Italie du fait qu’ils seraient « aujourd’hui » sans titre valable de séjour en France !

Mais s’ils sont là depuis près de deux ans, pourquoi aujourd’hui devraient-ils rentrer ?

En fait cela fait suite à des demandes de régularisation déposées par 2 de ces salariés auprès de la Préfecture et qui ont vu rejeter leur demande au motif que cette entreprise, bien connue des services de la DIRECCTE, ne respecte pas le code du travail…

Entre parenthèse, s’il nous fallait protéger les salariés en leur interdisant l’accès à l’entreprise lorsque celle-ci ne respecte pas le code du travail… Nous serions aujourd’hui 20 millions de chômeurs !

Alors plutôt que de mettre dans l’illégalité des milliers de salariés que le simple code du travail soit respecté.

C’est d’ailleurs ce qu’a imposé le tribunal administratif de Versailles concernant un des demandeurs en annulant l’obligation de quitter le territoire et imposant à la préfecture que lui soit remis un titre de séjour en bonne et due forme.

De plus, ces 35 salariés sont tous détenteurs d’un titre de travail de 10 ans italien et d’une carte d’identité italienne.

Alors qu’aujourd’hui ils n’ont droit à aucune couverture sociale, qu’ils n’existent administrativement pour personne ici, ils vivent et travaillent bien pour notre pays puisque leur entreprise est l’unique sous-traitant de Carrefour !

Ils occupent donc leur entreprise pour que leur situation soit reconnue et régularisée.

AT France 1/3 rue Pierre Josse 91070 Bondoufle

12:11 Publié dans ACTUALITES, ELUS COMMUNISTES, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bondoufle, at, cgt, pcf, élus, evry | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

30/05/2013

MANIFESTATIONS : PROJET ACTE III DE LA DECENTRALISATION ET DEMOCRATIE

100_9743.JPGPlusieurs centaines d’élus communistes et républicains ont manifesté devant le Sénat contre le projet sur la décentralisation qui se traduirait en cas de vote par une atteinte à la démocratie municipale et citoyenne et la perte de moyens financiers considérables pour les collectivités.

Plusieurs maires et sénateurs ont rappelé les enjeux de cette loi, dont André Chassaigne président des députés Front de Gauche (voir vidéo) et Dominique Adenot, maire de Champigny et président de l’Association Nationale des Elus communistes et républicains.

deccgt.jpgPlusieurs milliers de salariés ont ensuite manifesté à l’appel de la CGT et FO pour s’opposer également à ce projet.

CE PROJET

Les collectivités jouent un rôle essentiel pour développer les droits de tous à se former, à se loger, à se déplacer, à se soigner, à se cultiver. Elles contribuent à relever les défis économiques, industriels, ceux de la transition énergétique. Il faut une réforme qui permette de combattre les fractures territoriales béantes, les inégalités sociales, une réforme qui réponde aux besoins humains, sociaux, écologiques d’aujourd’hui, tant dans les grandes agglomérations que dans le secteur rural. Il faut une réforme qui permette aux citoyens d’être enfin au centre des enjeux et des décisions.

Les regroupements forcés en grandes intercommunalités se poursuivent sous la houlette des préfets. L’« acte III de décentralisation » ne rompt pas avec cette logique. Aux cotés de mesures d’intégration spécifiques pour Paris, Lyon et Marseille, il crée d’autres métropoles dans des territoires si nombreux que cela impacte près de 40% de la population …

décentralisation,loi,andré chassaigne,dominique adenot,pcf,sénat,cgtLe gouvernement programme une réduction des dotations d’État aux collectivités pour les trois ans à venir de 4 milliards et demi : du jamais vu ! A cela s’ajoute deux milliards de charges imposées : relèvement du taux de TVA, réforme du temps scolaire, hausse des cotisations à la CNRACL, cofinancement des politiques nationales, …

Une nouvelle RGPP se met en place avec un autre nom : la Modernisation de l’Action Publique… Les collectivités deviendraient des variables d’ajustement au nom du remboursement de la dette publique, alors qu’elles n’en sont pas responsables. L’acte III prévoit l’encadrement et le contrôle de la dépense publique, mettant en œuvre la baisse des investissements publics des collectivités. C’est leur capacité à contribuer à une relance de l’activité économique en répondant aux besoins des habitants qui est mise en cause. Il n’y aura pourtant pas de sortie de crise sans les collectivités territoriales qui génèrent 70% de l’investissement public.

 

Pour un renouveau démocratique dans une république unie et solidaire !

La réponse aux défis d’aujourd’hui passe par un renouveau démocratique profond de nos institutions, à 100_9734.JPGcontrario de tous les processus qui, à tous les niveaux, ont organisé la mise à la marge des citoyens, le dessaisissement progressif de leur pouvoir. C’est pourquoi, l’instauration de la proportionnelle, la citoyenneté de résidence avec le droit de vote des étrangers aux élections locales, et l’institutionnalisation de la démocratie participative à tous les niveaux, sont des changements à décider sans délais.

Un État qui s’engage et joue son rôle !

Les Services Publics nationaux doivent se décliner dans une gestion partagée avec les collectivités territoriales, ces coopérations se menant ainsi avec des garanties nationales d’accès égal pour tous. Toute leur place aux coopérations volontaires !

Indissociablement, la réforme doit se hisser à la hauteur du niveau de coopération volontaire aujourd’hui rendu nécessaire entre les différentes institutions de notre République.

Vidéos, photos exclusifs E-Mosaïque, CP.


ACTE lll DE LA DECENTRALISATION : MANIFESTATION... par E-Mosaique

 

01/05/2013

PREMIER MAI EN FRANCE ET DANS LE MONDE

grèce, espagne, europe, austérité, manifestations, cuba, 1er mai, chômage, austérité, cgt, fsu, solidaires, fo, 1er mai, bernadette groison, thierry lepaon, christian mahieux, EN FRANCE

Près de 160.000 personnes ont manifesté dans le pays. La CGT, la FSU et Solidaires, épaulés localement par FO et la CNT, ont organisé près de 280 rassemblements dans tout le pays. Un mot d'ordre : il est plus que jamais urgent de sortir de cette politique d'austérité.

"Solidarité internationale et paix dans le monde. Refus de l'austérité et de la précarité pour une véritable sécurité de l'emploi", dit la banderole derrière laquelle marchent en première ligne le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon et la secrétaire générale de la FSU, Bernadette Groison à Paris.

EN EUROPE

Partout en Europe, les travailleurs défilent contre l'austérité. Ils sont des milliers en Grèce et en Espagne, avec des slogans qui font échos à ceux des cortèges français. Ils sont aussi un demi-million à Cuba à défiler pour "un socialisme prospère et durable".

Les travailleurs européens ont tous les mêmes préoccupations. Emploi et lutte contre l'austérité. "6.200.000 chômeurs, non à l'austérité", "Plus de démocratie, moins d'austérité", "Cette austérité ruine et tue", proclamaient les pancartes brandies par les milliers de manifestants espagnols.

grèce, espagne, europe, austérité, manifestations, cuba, 1er mai, chômage, austérité, cgt, fsu, solidaires, fo, 1er mai, bernadette groison, thierry lepaon, christian mahieux, Le défilé, dans une nuée de drapeaux rouges et blancs, aux couleurs syndicales, a traversé le centre de Madrid derrière une banderole barrée des mots: "Cela n'a pas de limites", dénonçant les coupes budgétaires d'une ampleur historique menées par le gouvernement de droite. Les deux grands syndicats espagnols, UGT et Comisiones obreras (CCOO), ont appelé pour ce 1er mai à 82 manifestations dans le pays pour réclamer "un changement radical dans les politiques économiques" et "mettre en évidence l'échec total des politiques d'austérité qu'imposent les institutions européennes".

Mêmes mots d'ordre en Grèce, où les cortèges étaient majoritairement constitués de communistes et de travailleurs de la fonction publique, branche qui va subir une coupe de 15000 emplois.

Quelques violences ont éclatées à Istanbul où les autorités avaient voulu interdire le défilé pour cause de travaux dans le centre ville. Plusieurs dizaines de manifestants ont bravé l'interdit aux cris de "Mort au fascisme", "longue vie au 1er mai"et se sont heurtés aux forces de l'ordre qui ont largement utilisé leur gaz lacrymogène.

EN AMERIQUE LATINE

grèce, espagne, europe, austérité, manifestations, cuba, 1er mai, chômage, austérité, cgt, fsu, solidaires, fo, 1er mai, bernadette groison, thierry lepaon, christian mahieux, A Caracas, au Vénézuela des centaines de milliers de personnes ont manifesté pour défendre la révolution Bolivarienne avec à la tête du cortège le Président du Vénézuala Nicolas Maduro, premier président ouvrier élu dans ce pays.

A La Havane, le chef de l'Etat Raul Castro a présidé un défilé enjoué et coloré de plusieurs centaines de milliers de personnes de tous horizons, au cours duquel un hommage particulier a été rendu à Hugo Chavez, mort le 5 mars dernier. Le défunt président vénézuélien a été "le meilleur ami qu'a eu le peuple de Cuba", a affirmé l'ex-président du syndicat unique cubain et membre du bureau politique du Parti communiste de Cuba (PCC), Salvador Valdés.

Des délégations syndicales de plus de 70 pays ont également participé à la manifestation qui s'est déroulée comme d'habitude très tôt pour éviter l'ardent soleil. Des manifestations ont également été organisées dans les quinze capitales provinciales.

01/04/2013

Des mesures alternatives existent pour protéger les salariés et les emplois

	pierre laurent, cgt, Licenciements, intérim, grande distribution, unedic, flexibilité, marie-noëlle lienemann, dialogue social, emploi précaire, ce, sécurisation de l'emploi, crédit d'impôt, ANI, Et si l’on voulait sécuriser l’emploi pour de vrai  Des propositions existent déjà, issues des syndicats, des partis, des inspecteurs du travail... En voici quelques-unes, alors que l'Assemblée nationale débat ce mardi du projet de loi sur l'accord national interprofessionnel (ANI) sur l'emploi.

  • Un bonus-malus 
sur tous les contrats précaires

C’est une proposition que portait le PS avant d’arriver au pouvoir et que la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann continue de défendre parce que « ce n’était pas délirant, ce n’était pas de la démagogie, c’était ce que l’on pensait ». Le principe en est simple : un système qui module la fiscalité des entreprises en fonction des contrats qu’elles utilisent. Tous les contrats précaires (CDD, intérim et contrats atypiques) entraîneraient une pénalité pour l’employeur, alors qu’avec l’ANI, selon Lienemann, les entreprises auront parfois « presque intérêt à faire appel à l’intérim plutôt qu’à un CDD court » pour ne pas avoir à payer la surtaxe Unedic.

  • Conditionner les 20 milliards d’euros

Les entreprises bénéficieront de 20 milliards d’euros de crédit d’impôt pour la compétitivité... sans aucune condition. Même des entreprises ne souffrant d’aucun problème de compétitivité, particulièrement dans les services, comme la grande distribution ou le nettoyage, en bénéficieront alors que, par essence, elles ne craignent pas la concurrence mondiale. « On n’était pas chaud pour les 20 milliards pour aider la compétitivité, mais à partir du moment où ils sont là, il faudrait les négocier », explique Lienemann.

  • Un droit de veto suspensif pour les CE

C’est une revendication de la CGT et du PCF. Quand une entreprise annonce un plan de licenciements, le comité d’entreprise peut dire son désaccord. Mais la direction peut passer outre. L’idée serait de donner la possibilité aux représentants des salariés de stopper la procédure pour se donner le temps de construire des propositions alternatives.

  • Redéfinir 
le licenciement économique

Tout licenciement qui n’est pas pour motif personnel est réputé pour motif économique. C’est-à-dire que cette appellation s’applique aux plans collectifs, y compris dans des entreprises ne connaissant pas de réelles difficultés, voire bénéficiaires. « Les patrons utilisent de manière abusive des possibilités qui sont ouvertes par la loi pour placer sous le vocable de licenciement économique des licenciements qui visent en réalité à maintenir à très haut niveau les taux de rentabilité financière », explique Pierre Laurent, sénateur et secrétaire national du PCF. Sa redéfinition est l’objet d’une proposition de loi que les sénateurs de gauche, à l’exception des radicaux ont déjà votée et qui vient d’être redéposée dans une nouvelle version par les députés communistes à l’Assemblée nationale. Une proposition de loi dont certains articles pourraient bien aussi devenir des amendements portés dans le débat parlementaire sur l’ANI.

  • Un observatoire 
pour suivre l’application de l’ANI

Et si finalement l’ANI devait être entériné par le Parlement ? Ses opposants pourraient bien alors se retrouver derrière la proposition portée par Europe Écologie de mettre en place un observatoire indépendant, contradictoire et permanent sur l’application de l’accord afin d’alerter sur tout abus.

05/03/2013

200 000 manifestants crient la "régression sociale, ça suffit"

régression sociale,luttes,front de gauche,cgt,flexisécurité,fsu,solidaires,fo,compétitivité-emploi,négociation syndicats-patronat,sécurisation de l'emploi,pierre laurent

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants, salariés actifs, retraités et privés d’emploi, ont battu le pavé mardi à Paris et bien d’autres encore dans plus de 170 villes, à l'appel de la CGT, FO, FSU et Solidaires, épaulés par le Front de gauche. Ils appellent les députés et sénateurs à ne pas adopter en l'état le projet de loi sur l'emploi, "l'accord de la honte". "Un véritable succès" estime la CGT.

"Tous les paragraphes de l'accord consistent à fragiliser les salariés, à remettre en cause le contrat de travail", a affirmé Bernard Thibault, secrétaire national de la CGT, devant plusieurs milliers de personnes rassemblées au départ du cortège parisien place du Châtelet en direction de l'Assemblée nationale. "On veut influencer la réflexion des parlementaires. C'est un premier rendez-vous. On ne va pas laisser ce texte en l'état". "Nous allons continuer notre pression sur les parlementaires", a renchéri Jean-Claude Mailly, de FO, aux côtés de son homologue de la CGT.

"Régression sociale, ça suffit", "Ayraullande trahissent le peuple", lisait-on sur des pancartes tandis que des manifestants reprenaient un des principaux slogans: "Avec FO et la CGT, sénateurs et députés, dites non à l'accord Medef-CFDT".

"Notre mobilisation pèsera sur les parlementaires"

Une forte délégation de salariés PSA ouvrait le vaste cortège parisien de la CGT. A Marseille, des salariés d'Arcelor Mittal, des Moulins Maurel, d'Air France et des Fralib ont bravé le mauvais temps avec plus de 20000 manifestants. Ils étaient 7000 à Lyon ce matin, dont de nombreux ouvriers de Renault, 5000 à Toulouse pour dénoncer "l'accord scélérat du 11 janvier", où le cortège a été rejoint non seulement par des militants du Front de gauche, mais aussi du NPA et de LO. estime Serge Cambou, responsable FO. A Bordeaux, ils étaient 6000 personnes dans le centre-ville, 3000 à Rennes comme au Mans ou à Rouen et plus de 5000 à Nantes…

Le futur secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, ouvrait le cortège de Lille long de 5000 personnes, derrière une banderole unitaire proclamant "Non à la régression sociale". Des salariés des entreprises ArcelorMittal à Dunkerque (Nord), PSA à Valenciennes (Nord), mais aussi Toyota, Conforama et Fraisnor, un fabricant de lasagnes fraîches du Pas-de-Calais menacé de redressement judiciaire à la suite du scandale de la viande de cheval, étaient présents dans le cortège.

Les leaders du Front de gauche étaient aussi présents à Paris. "On n'a pas élu des députés pour avaliser les écrits du Medef", a tonné Jean-Luc Mélenchon, accompagné, entre autres, de Martine Billard et de François Delapierre. Pierre Laurent était aussi présent, avec Didier Le Reste animateur du Front des luttes du Front de gauche.

Des parlementaires de l'aile gauche du PS étaient également mobilisés, dont la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann venue dire son "soutien à ces organisations qui représentent plus de salariés que les signataires de l'accord. Un accord en absolu déséquilibre en faveur du patronat". "Nous proposons de l'amender". "Je respecte l'accord conclu mais je ne serai pas un greffier. Je veux pouvoir rééquilibrer le texte", a renchéri le député PS Jérôme Guedj.

Le projet de loi sur "la sécurisation de l'emploi", transcription fidèle par le gouvernement d'un accord paraphé le 11 janvier par le patronat et trois syndicats dont la CFDT, sera présenté au Conseil des ministres ce mercredi. Le débat à l'Assemblée s'ouvrira début avril en procédure d'urgence et se poursuivra au Sénat fin avril. "Début mai ce texte sera applicable", selon le ministre du Travail Michel Sapin.

La CGT comme FO promettent que la lutte va continuer. "La CGT sera fortement présente le 14 mars à Bruxelles dans le cadre de la journée d’action à l’appel de la CES pour dire non à l’austérité et oui à l’emploi des jeunes. La CGT va poursuivre sa campagne d’information et de mobilisation en vue du prochain débat parlementaire en avril pour gagner des mesures favorables aux salariés." annonce le syndicat dans un communiqué.

Publié par l'Humanité

11/10/2012

RETRAITES EN COLERE DANS LA RUE

retraites1.jpgPlusieurs dizaines de milliers de personnes ont manfifesté à Paris et dans plusieurs villes de province pour indiquer colère, inquiétude et revendications à l'appel de plusieurs syndicats dont la CGT, la CFDT, la FSU. A Paris Bernard Thibault le secrétaire général de la CGT avait tenu à être parmi les manifestants.

thibault.jpgLe pouvoir d’achat, l’accès aux soins (la question du prix des mutuelles, notamment) et la prise en charge de la perte d’autonomie. Telles sont les revendications des retraités . « Concernant l’accès aux soins, on s’aperçoit aujourd’hui que de nombreux retraités n’ont plus de complémentaire et se soignent mal. Certains doivent choisir entre la nourriture, les loisirs ou les soins. On constate aussi qu’ils sont de plus en plus nombreux aux portes des CCAS, pour demander des aides pour le chauffage, par exemple », précise François Thiery-Cherrier, secrétaire général de l’UCR-CGT. Selon lui, il devient aussi urgent de préparer une loi sur l’aide à l’autonomie : « Roselyne Bachelot avait lancé un chantier qui n’a pas abouti. Et aujourd’hui, 
Michèle Delaunay (ministres aux Personnes âgées) envisage une loi pour 2014. Mais on ne peut plus attendre. »

retraites.jpgQuant à la question du pouvoir d’achat, elle est plus que jamais d’actualité. « Nous demandons un rattrapage immédiat de 300 euros, lâche François Thiery-Cherrier. C’est une revendication que nous portons en parallèle avec celle d’aucune retraite complète en dessous du Smic, soit 1 700 euros. » Le gouvernement va en effet instaurer un nouveau prélèvement sur les retraites de 0,15 % en 2013 (puis de 0,3 % en 2014) pour renflouer les comptes de la Sécurité sociale. Au total, plus des deux tiers des retraités la paieront, soit 10 millions de personnes.

De fait, il s’agit de soumettre certains retraités à la contribution solidarité autonomie (CSA), créée en 2004 pour financer la dépendance des personnes âgées, alors qu’ils en sont actuellement exemptés. Les retraités assujettis à la taxe 
seront ceux qui sont imposables à la CSG au taux réduit de 3,8 % (qui ne payent pas l’impôt sur le revenu mais s’acquittent de la taxe d’habitation), soit 15 % des retraités ; ainsi que les retraités imposables à la CSG au taux de 6,6 % (qui payent l’impôt sur le revenu), soit 55 % d’entre eux, a-t-on indiqué dans l’entourage de la ministre.

17:15 Publié dans ACTUALITES, Société | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : retraités, manifestation, cgt, fsu, bernard thibault | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!