Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2012

MAI DE LUTTE ET D’ESPOIR : PLUSIEURS CENTAINES DE MILLIERS DE MANIFESTANTS EN FRANCE

mai20121.jpgPlusieurs centaines de milliers de manifestants ont défilé ce premier mai dans près de 300 villes de France. A Paris ils étaient près de 200 000.

La mobilisation était 7 fois supérieure à celle de l'an passé selon les syndicats mais selon aussi les chiffres de la police.

L'intersyndicale (CFDT, CGT, FSU, Solidaires et Unsa) organisatrice de ces manifestations étaient en tête de ces défilés avec à Paris les présences de Bernard Thibault (CGT), François Chérèque (CFDT), Annick Coupé (Solidaires) Bernadette Groison (FSU) et Luc Berille (Unsa).

Les revendications syndicales mises en avant concernaient essentiellement l’emploi, les salaires, les garanties sociales particulièrement mises en cause par Nicolas Sarkozy et son gouvernement.

mai20123.jpgDerrière le carré de tête, des salariés de l'usine PSA d'Aulnay, menacée de fermeture, étaient venus manifester en nombre et en famille.

Comme il est de tradition le premier mai de nombreuses associations féminines, de lutte pour les sans papier, ou internationales s’étaient jointes aux cortèges.

Cette année, à quelques jours du deuxième tour de l’élection présidentielle la présence des militants des partis de gauche était importante.

Le Front de Gauche était représenté notamment par Jean Luc Mélenchon, Clémentine Autain, Marie George Buffet, et le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent.

premier mai,front de gauche,cgt,pcf,mélenchon,thibaultLe matin dans de nombreux villages et villes de France les militants communistes étaient présents pour vendre le traditionnel muguet « rouge » et également engager le débat pour un vote à gauche dimanche et se débarrasser du président des riches. L’accueil a été particulièrement favorable.

29/02/2012

TROP C’EST TROP ! MANIFESTATIONS DANS TOUTE L’EUROPE A L'APPEL DES SYNDICATS

manif290212b.jpgDes manifestations et arrêts de travail contre l'austérité se sont déroulés en France, mais aussi dans toute l’Europe, à l’appel de la Confédération syndicale européenne (CES), sur le thème "trop, c'est trop !"

Refus de l’austérité, refus des nouveaux traités européens, cette journée marque une vraie rupture entre l’Europe sociale et l’Europe de la finance.

manif290212a.jpgEn France à l’appel de l’ intersyndicale (CGT, CFDT, FSU, Unsa, Solidaires) 160 rassemblements et manifestations interprofessionnelles se sont déroulés simultanément avec la participation de plusieurs dizaines de milliers de personnes.

A Paris entre la Bastille et la Nation des milliers de manifestants ont défilés notamment à l’appel de la CGT et la présence de Bernard Thibault.

pl09.jpgLes militants du NPA et du Front de Gauche avaient tenu à saluer le défilé avec la présence remarqué de Marie George Buffet et Pierre Laurent pour le PCF et celle de Jean Luc Mélenchon candidat du Front de Gauche.

Le Parti socialiste dont les parlementaires en s’abstenant ont permis le vote à l’assemblée nationale du Mécanisme Européen de Stabilité dont l’application est, et sera désastreuse pour les peuples de l’Europe à l’image de la Grèce était totalement absent de ses manifestations.

La Confédération Européenne des Syndicats a décidé de poursuivre ce mouvement sous d’autres formes pour empêcher que l’austérité devienne la règle générale dans le vieux continent.

manif290212.jpg

Texte et photos exclusifs E-Mosaïque

14/02/2012

EVRY : LYCEE PROFESSIONNEL AUGUSTE PERRET : REVOLTE ET INDIGNATION

lp1.jpgUne quarantaine de professeurs du lycée professionnel Auguste-Perret d'Evry spécialisé dans les métiers du bâtiment occupe l'établissement, et une vingtaine dorment sur place, pour protester contre des diminutions d'heures et suppressions de postes.

La situation est extrêmement préoccupante dans cet établissement, où 10 postes d''enseignants sur 54 seront supprimés à la prochaine rentrée et où surtout les conditions d'étude des 450 élèves seront particulièrement dégradées, en raison de l'augmentation des effectifs par classe et de la suppression des dédoublements.

lepauguste2.pngLe Bac des élèves a été ramené en même temps à 3 ans, alors qu’il était de 4 années : 2 ans de BEP et 2 ans de Bac Pro, deux classes de formation en CAP (plombiers-chauffagistes) très demandés fermées pour favoriser le développement de l'apprentissage privé.

Les organisations syndicales notent que la suppression des éducateurs qui compose actuellement une équipe stable en capacité d’apaiser les conflits et d’assurer un suivi pédagogique de qualité sera catastrophique pour cet établissement classé Zone Sensible et Violence.

Organisés dans une intersyndicale large (CGT, FSU, FO, CFDT, UNSA, SUD), les enseignants sont soutenus par les parents et les élèves, et par des élus notamment communistes et le Front de Gauche.

12/02/2012

FACULTE DES METIERS D’EVRY : 68 SUPPRESSIONS DE POSTES ANNONCEES

facmetiers.jpgAlors que le Président de la République annonce que la formation et l’apprentissage sont des priorités comme en écho la direction de la faculté des métiers d’Evry propose au comité d’entreprise la suppression de 68 postes sur les 342 actuels dont 48 concernent les postes administratifs, 15 des formateurs d’enseignement généraux et 5 la section de formation au tourisme.

Créé en 2004 cette faculté devait accueillir 3100 apprentis, elle en accueille aujourd’hui 2460 et vient d’enregistrer une baisse de 400 apprentis.

Financé de manière opaque à partir de subventions croisés et sans projet pédagogique solide et prévisionnel le déficit pour 2011 s’est établi à 4,3 millions d’€ compensé exceptionnellement par la Région, la chambres consulaires, l’Etat. Le climat social est délétère avec déjà la succession de 2 plans sociaux janvier et décembre 2011 et un troisième aujourd’hui.

Les organisations syndicales notamment la CGT considèrent que cette situation dramatique démontre que la délégation du service public de la formation à des structures du droit privé est une erreur économique et sociale. Elles demandent à ce que la gestion de la Faculté des métiers d’Evry relève du domaine public.

Le Parti communiste et le Front de Gauche soutiennent cette proposition mais considèrent que de manière globale c’est le principe de l’organisation de la formation des apprentis qui doit être revu.

La référence permanente à l’Allemagne qui compte 1,2 millions d’apprentis est faussée. A la fin de leur contrat 40 % ne sont pas embauchés et se retrouvent sans emploi. Sans formation initiale solide ils se retrouvent dans la précarité et le chômage.

En France les 400 000 contrats d’apprentissage ne permettent pas aux jeunes qui pour l’écrasante majorité proviennent des couches sociales les plus défavorisées, le plus souvent, de réelles perspectives professionnelles.

place.jpgLe Front de Gauche propose un pilotage unique des enseignements professionnels sous l’autorité de l’Etat qui permettra à un jeune de pousser le plus loin possible son niveau de qualification sanctionné par des diplômes d’Etat, moyen de reconnaissance dans les conventions collectives, et de paiement dans le cadre des grilles de salaire.

Il propose que la formation initiale en particulier à partir d’une formation allant jusqu’au bac professionnel puisse permettre aux futurs salariés une capacité d’évolution et de promotion permanente.

07/02/2012

50 ANS APRES - CHARONNE, LES MORTS QU’ILS VEULENT OUBLIER !

" Il faut faire parler les silences de l'Histoire " - Michelet

charonne5.jpg1962 - 2012 : LA TUERIE DU METRO CHARONNE

En 1962, la guerre coloniale en Algérie dure depuis huit ans déjà. L'Organisation armée secrète (O.A.S.), groupuscule fasciste, sème la terreur par des attentats tant à Alger qu'en métropole. Le 7 février, ses militants posent dix charges plastiques dans la capitale, visant des hommes politiques et des écrivains. Les domiciles de R. Guyot, membre du bureau politique du PCF, de l'écrivain Vladimir Pozner, du professeur de droit international R. Pinto, du professeur Vedel, de l'acteur P Meurisse, du journaliste S Bromberger etc... étaient visés.

Attentat aussi contre le domicile d'A. Malraux . Il ne fut pas atteint, mais une fillette de quatre ans est défigurée et grièvement blessée aux yeux.

charonne1.jpgLe Parti Communiste appelait à une réaction immédiate «pour demander le châtiment des assassins ». La CGT, la CFTC, l'UNEF, la JC, la FEN, le SNI, le PSU se joignaient à l'appel.

Une manifestation est organisée le lendemain à la Bastille, réclamant des mesures contre l'OAS. La préfecture l'interdit, mais les organisations la maintiennent, et le rassemblement commence dans le calme. A 19h30, les soixante mille manifestants commencent à se disperser.

Au moment de la dislocation de la manifestation qui se déroulait pacifiquement, la police donna l'assaut réprimant au niveau du boulevard Voltaire les participants, avec une violence insensée.

Certains militants tentent de se réfugier dans le métro Charonne. Les policiers leur jettent bombes lacrymogènes et grilles d'aération en fonte, pesant près de trente kilos. Sous les coups de matraque et les grilles, huit manifestants perdent la vie. Certaines sont mortes étouffées ; dans d'autres cas, le décès semble dû à des fractures du crâne sous l'effet de coups de matraque administrés par les meurtriers.

Telle sera encore la cause d'un neuvième décès, intervenu, plusieurs mois plus tard, à l'hôpital, des suites de ces blessures.

charonne2.jpgToutes les victimes étaient syndiquées à la CGT et, à une exception près, membres du Parti communiste : Jean-Pierre Bernard, 30 ans, dessinateur, Fanny Dewerpe, 31 ans, secrétaire, Daniel Féry, 16 ans, apprenti, Anne-Claude Godeau, 24 ans, employée PTT, Édouard Lemarchand, 41 ans, menuisier, Suzanne Martorell, 36 ans, employée à L'Humanité, Hippolyte Pina, 58 ans, maçon, Raymond Wintgens, 44 ans, typographe

Maurice Pochard (décédé à l'hôpital), 48 ans.

Plusieurs dizaines (centaines ?) de blessés sont par ailleurs dénombrés.

charonne8.jpgLe lendemain, une grève nationale est lancée contre la répression. Près d'un million de personnes se rendent le 13 février aux obsèques des victimes.

Il apparaît très vite que les assassins n'ont pas agi de leur propre initiative : ils devaient charger pour tuer. Les ordres venaient directement de la préfecture de police, dirigée alors par Maurice Papon, qui s'était rendu célèbre en raflant des juifs durant la guerre.

Le gouvernement du général De Gaulle s'empresse de mentir, attribuant les meurtres à des émeutiers ou à des agents de l'OAS. Longtemps, une rumeur prétendra que les grilles du métro étaient fermées, et que les militants se seraient écrasés dessus.

Naturellement, aucun des policiers assassins ne fut condamné, aucune enquête n'eut lieu.

charonne4.jpgLe 12 février 1962, le Premier ministre Michel Debré se rend dans les locaux de la police parisienne, pour « apporter le témoignage de sa confiance et de son admiration » ; puis, le 13 avril de la même année, il écrit une lettre à Maurice Papon, rendant « un particulier hommage à [ses] qualités de chef et d’organisateur, ainsi qu’à la façon dont il a su exécuter une mission souvent délicate et difficile ».

Aujourd'hui, les amis de l'OAS sévissent toujours. Dans le Sud de la France, des nostalgiques de l'Algérie française élèvent des stèles à la mémoire de ces terroristes.

Mais l'oubli volontaire des crimes de l'armée française et de l’organisation fascisante l’OAS rassemble hélas bien au-delà de ces groupuscules pour des raisons le plus souvent purement électorales et politiques. Pourtant l’histoire est un bien commun que personne ne peut faire taire et ne fera taire.

18/01/2012

SOMMET SOCIAL : DE L’ESBROUFE !

manifcgt2012.jpgDes dizaines de milliers de salariés et de retraités en participant dans des dizaines de villes de France à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la FSU avaient déjà donné leurs appréciations à ce « sommet social » convoqué par le Président de la République : sommet de l’esbroufe pour un chef d’Etat en perdition et tentant sur sa dernière ligne droite de satisfaire encore les plus riches.

REACTIONS POLITIQUES

Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à la présidentielle, a qualifié de "comédie insupportable" les résultats du sommet social, fustigeant un président qui "brasse du vent" et est "en train de se noyer"."C'est une comédie absolument insupportable: voir tous ces gens réunis pour faire dire par le président de la République ce que le Medef aurait pu dire tout seul", a déclaré M. Mélenchon en déplacement à Metz. "C'est une agitation sans cohérence pour essayer de faire passer deux ou trois idées éculées comme la TVA sociale", a-t-il ajouté devant la presse.

manifcgt2012c.jpgIl a ironisé sur la création de 1.000 emplois à Pôle Emploi "en CDD": "C'est très intéressant, il en a supprimé 1.800 l'année d'avant. C'est de la politique de gribouille". "On jette à la figure des gens des chiffres, on ne les compare à rien", a-t-il ajouté sur les 430 millions annoncés pour les jeunes, le chômage partiel et la formation professionnelle. "Il ne se saisit de rien, il brasse du vent, il est en train de se noyer", a conclu le candidat au sujet du chef de l'Etat.

manifcgt2012b.jpgPierre Laurent, secrétaire national du PCF: "Comme prévu il n'y a aucune mesure véritable de lutte pour l'emploi" mais "des annonces du programme de campagne de Nicolas Sarkozy avec de nouvelles attaques contre des piliers du code du travail". "Ce sommet est un épisode dans la campagne pour mettre sur orbite des propositions dans la lignée de la destruction des politiques sociales au cours du quinquennat"

Martine Billard, co-présidente du Parti de Gauche : "La réunion a été excellente selon Mme Parisot: c'est mauvais signe pour les travailleurs. Nicolas Sarkozy en appelle à la nécessité urgente de répondre à la crise, mais ne propose rien de concret contre les plans sociaux, les délocalisations et la précarité". "Ce n'est qu'un début, il nous promet une fin de mois difficile lorsqu'il nous présentera l'addition de ses mesures d'austérité et de régression des droits sociaux".

Photos exclusives E-Mosaïque

manifcgt2012a.jpg

 

 

21/12/2011

Transport aérien : « nouvelle attaque contre le droit de grève »

sureté,syndicat,répression,cgt,pcf,front de gaucheAlors que le conflit entre les salariés des entreprises de sécurité aérienne et leurs directions prend de l’ampleur, le gouvernement ne trouve rien de plus urgent que de s’en prendre à un droit constitutionnel : le droit grève. C'est tout bonnement une remise en cause de ce droit dans les transports aériens que l'assemblée veut voter le 24 janvier prochain.

Voilà près d'un mois que les salariés en lutte ont annoncé une mobilisation pour satisfaire leurs légitimes revendications. Les grévistes réclament l'ouverture de négociations par branche pour obtenir la revalorisation des salaires, l'amélioration des conditions de travail et la reconnaissance de la pénibilité de leur travail.

Le patronat et le gouvernement, culottés, accusent maintenant les grévistes de prendre les voyageurs en otage alors que ce conflit, si la direction avait dénié entamer les négociations, aurait pu être évité.

Les salariés, attachés à leurs conditions de travail, ne sont pas coupables. Les directions des entreprises concernées, soutenues par le gouvernement sont les véritables responsables de cette situation.

pcf.pngLe PCF et ses partenaires du Front de gauche exigent le respect du droit de grève et appellent les directions des entreprises concernées à négocier sur les revendications des salariés.

Parti communiste français