Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2016

ENFIN LIBRE !

wafaa.jpg

COMMUNIQUE

La détenue politique Wafa Charaf vient de quitter la prison de Larache ( nord du Maroc) où elle a purgé une peine de deux de prison. Wafa, fatiguée , amincie mais souriante a été accueillie par des dizaines de soutiens.

l'association Ailes- femmes du Maroc se réjouit de cette libération, elle salue son combat et présente ses félicitations à Wafa, sa familles, ses amies et camarades.

Nous profitons de cette heureuse occasion pour remercier et saluer toutes les personnes et toutes les organisations qui ont répondu présentes à la campagne internationale de soutien à Wafa Charaf.

vive la solidarité internationale
Solidarité avec Wafa Charaf et tous les prisonniers politiques au Maroc
Vive la luttes des femmes marocaines
à Paris le 10 juillet 2016


Ailes femmes du Ailes Femmes du Maroc

PS - Rappelons que les élus communistes d'Evry avaient participé activement aussi à l'action collective de solidarité pour qu'elle puisse être libérée.

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish Traduire français en Greek

09/05/2015

La Russie fête sa victoire de 1945, Hollande et Merkel boycottent: un affront à l'histoire

poutine1.jpg

Par 
Adjoint à la Mairie de Paris

De nombreux dirigeants mondiaux ont annoncé qu’ils allaient bouder la cérémonie du soixante-dixième anniversaire de l’armistice de 1945 sous prétexte qu’elle était présidée par Vladimir Poutine. C’est une honte et une injure.

N'oublions pas les victimes soviétiques.

Cette parade en hommage aux millions de victimes soviétiques et en l’honneur des 2,5 millions de vétérans de la "Grande guerre patriotique" me tient à cœur. Mon grand-père Marcus Klingberg, communiste comme moi, s’est porté volontaire comme médecin militaire commandant de 3e rang dans l’Armée rouge le 22 juin 1941, jour où a débuté l’offensive du IIIe Reich contre l’URSS.

Dans les combats qui ont permis la défaite de l’Allemagne nazie, on souligne à juste titre le sacrifice des soldats nord-américains. Mais on oublie de plus en plus celui, décisif, des soviétiques et de l’Armée rouge. 27 millions de morts, c’est le tribut civil et militaire – de loin le plus important – payé par les citoyens des différentes républiques de l’URSS lors de la seconde guerre mondiale.

Cela représente presque les deux tiers de la population de la France de l’époque ! Des hommes et des femmes victimes de la barbarie.

Cameron, Merkel et Hollande font un affront à l'histoire

 Je n’ai aucune sympathie pour Vladimir Poutine.

Mais il n’en est pas moins scandaleux de boycotter les cérémonies du 70e anniversaire de l’armistice. Que David Cameron, Angela Merkel et leur allié obéissant, François Hollande, fassent passer leurs préoccupations géopolitiques conjoncturelles avant le respect dû aux morts laisse pantois. Sous prétexte de faire un pied-de-nez à Poutine, ils font un affront à l’histoire.

Cette désinvolture vis-à-vis de l’histoire est d’autant plus choquante que le rôle des soviétiques dans la libération de l’Europe est aujourd’hui fortement minimisé. Ainsi, lorsque l’Ifop a demandé par sondage en mai 1945 quelle nation avait le plus contribué à la défaite de l’Allemagne, l’URSS arrivait en tête avec 57% et les États-Unis ne récoltaient que 20%.

Des décennies de propagande fumeuseSoixante ans plus tard, en juin 2004, le même institut réalise le même sondage, mais les réponses se sont inversées : les États-Unis sont cités par 58% des répondants et l’URSS par 20%. Entre les deux, des décennies de propagande, de relectures partiales des événements et de déformations à visée idéologique.

Mon grand-père m’a confié sa fierté et son émotion d’avoir vu, le 9 mai 2005, le soixantième anniversaire de la victoire des Alliés sur les nazis, où étaient présents, sur la place Rouge, des centaines d’anciens combattants soviétiques :

"Ce sont les vrais héros du XXe siècle !"

S’ils persistent dans leur inacceptable projet de boycott, ce sont à ces héros que les dirigeants européens tourneront le dos.

Publié dans le Nouvel Obs

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

21/08/2014

COMMEMORATION DE LA LIBERATION D'EVRY

 

pattonpont.jpg

Le 23 août 1944, date considérée depuis comme le jour de la libération de la ville les troupes du général Patton passent par Evry.

Avant de libérer Paris le 25 août, les unités françaises « représentées par la 2e division blindée » et anglo-américaines contournent la capitale par le sud.

À Évry, bloqués sur la rive gauche de la Seine, les Américains conduits par le général Patton doivent improviser un pont de bateaux pour remplacer la passerelle, qui permettait de communiquer avec la rive gauche, et avait été détruite par les troupes allemandes dans leur retraite.

cygne6.jpgUne plaque commémore ce passage des troupes du général Patton lors de la libération du territoire français en août 1944.

Placé à l'endroit supposé de ce pont de fortune, ce monument commémoratif fait l'objet chaque année, au mois d'août, d'un dépôt de gerbe officiel. La plaque est gravée du texte suivant : « Ici, le 23 juin 1944, l'armée libératrice commandée par le général Patton a franchi la Seine ».

cygne9.jpgPar un curieux hasard en face de cette plaque un monument a été érigé par la municipalité d'Evry en mémoire à Manouchian et son groupe.

Le 16 novembre 1943 Missak Manouchian, résistant communiste responsable de la MOI, a été arrêté en gare d’Evry petit-bourg, près du pont provisoire constuit pas les troupes du général Patton 18 mois après. Il sera fusillé en février 1944.

LA VAGUE LIBERATRICE DE LA FRANCE

 

evry,libération,1944,partton,manouchian

Elle a commencée le 06 juin et a durée 8 mois. Bayeux est libéré le 08 juin 1944, Colmar le 02 février 1945.

Souvenons nous, Cherbourg tombe le 26 juin, Caen le 07 juillet, St Malo le 10 août, Orléans le 15, Toulouse le 19, Paris le 25.

Les meilleures divisions allemandes sont pendant ce temps neutralisées en Union Soviétique par l’armée rouge au prix de sacrifices énormes. Le Japon et les Etats-Unis sont en guerre totale rendant ce conflit universel.

En France, les troupes alliées sont puissamment soutenues, certes de manière inégale mais avec force par la résistance intérieure, les FFI. Le Figaro titre ainsi : « 25 000 FFI bretons ont libéré eux même 19 de leurs villes ».

liberationparis.jpgA Paris sous le commandement de Henri Rol Tanguy les Forces Françaises de l’Intérieur se soulèvent et libèrent la capitale permettant l’entrée victorieuse de la 2 ème division blindée placée sous le commandement du Général Philippe Leclerc de Hautecloque, futur Maréchal de France.

Ce sont des centaines de milliers de résistants qui contribuent à libérer notre Pays et aident les armées alliés . Elles accélèrent la jonction de la 2 ème DB du Général Leclerc et de la première armée du Général de Lattre de Tassigny venant des côtes de Ste Maxime dans le Var le 12 septembre 1944 à Nod sur Seine en Côtes d’Or.

Avec le concours de la Résistance elles vont parcourir 700 kilomètres en 27 jours avec des pertes relativement minimes (187 morts).


VIDEO - Évry célèbre les 70 ans de sa... par EvryFr

19:55 Publié dans ACTUALITES, ELUS COMMUNISTES, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : evry, libération, 1944, partton, manouchian | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

24/08/2013

Interview Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, défend une critique du gouvernement moins frontale que celle de Jean-Luc Mélenchon.

plaurentestivales.jpgPar LILIAN ALEMAGNA
Libération
Cet été, votre parti n’a pas lâché l’exécutif. Sur quoi l’attendez-vous ?

Puisqu’il a décidé de préparer la France de 2025, le gouvernement doit rompre avec deux grandes impasses : sa politique d’austérité qui étouffe l’activité ; le dogme de la compétitivité qui ne sert qu’à renforcer les revenus financiers des actionnaires. Si le gouvernement ne s’y attaque pas, son antidéclinisme ne sera que de belles paroles.

Votre visite à l’Elysée avant vos congés ne vous a pas rassuré ?

Le chef de l’Etat reste sur les mêmes rails. La France n’est pas un bouchon au fil de l’eau qui devrait s’adapter aux grands flots de la mondialisation. Nous sommes un grand pays capable de désarmer la finance, relancer notre économie et les services publics. Ces ambitions restent absentes.

L’été a été rythmé par Manuel Valls

L’été de Manuel Valls a été calamiteux. Que ce soit sur la sécurité, l’islam, la réforme pénale ou le regroupement familial, ses déclarations sont à l’opposé des valeurs de la gauche. Ses propositions sont aussi d’une grande pauvreté. Sur la loi pénale, Christiane Taubira a raison : il faut remettre en cause le tout-prison. C’est un échec qui nourrit la récidive. Et pour développer des peines alternatives, il faut des moyens. Preuve supplémentaire que la politique d’austérité actuelle est un obstacle à une politique de gauche ambitieuse.

Vous êtes loin du ton de Jean-Luc Mélenchon pour qui Valls a été «contaminé» par Le Pen…

Le Front de gauche a un diagnostic partagé sur l’impasse politique gouvernementale et la nécessité de construire une alternative. Mais nous avons des approches différentes sur la manière d’avancer. Pour moi, les maîtres mots doivent être «mobilisation citoyenne», «rassemblement» et «construction». Face aux échecs et au dégoût de la politique qui menace, nous devons aider au rassemblement sur des solutions de gauche. Pour convaincre, nous ne devons pas confondre la colère et la radicalité nécessaire avec la provocation et l’invective.

La rentrée du PCF se fera aussi sur les retraites ?

La gauche doit avoir un autre choix de société que la droite qui s’est attaquée à notre niveau de protection sociale. Jusqu’à ses 25 ans, l’homme doit pouvoir s’éduquer, se former et avoir accès à la culture. Jusqu’à ses 60 ans, chaque individu doit pouvoir bénéficier d’un emploi de qualité, sans temps partiel contraint. Et enfin, chacun doit avoir droit à une retraite, être en bonne santé, avec un autre rythme de vie, pour être utile à la société.

Avec quel argent ?

Allonger la durée de cotisations abaissera le niveau des pensions. Ce serait une nouvelle injustice. Il nous faut trouver de nouvelles ressources, en développant l’emploi, en remettant en cause certaines exonérations de charges sociales et créer une cotisation sur les revenus financiers des entreprises. Ce serait beaucoup moins injuste qu’une augmentation de la CSG.

Le rebond de la croissance ne vous convainc pas ?

Cela reste un chiffre très faible et éphémère. Les fondamentaux de notre économie montrent que nous restons sur une mauvaise pente…

Dans un tel contexte, pourquoi cherchez-vous à faire alliance avec les socialistes aux municipales ?

L’objectif doit rester de faire élire des majorités de gauche en rassemblant communistes, Front de gauche, écologistes, socialistes et forces citoyennes pour empêcher droite et extrême droite de conquérir des villes. Nous savons que ces majorités seront traversées par des débats, c’est pourquoi cette construction d’alliances au premier ou au second tour doit passer par des projets locaux et de la place pour les élus PCF et Front de gauche.

Vos militants ne vont pas devenir schizophrènes à faire campagne avec le PS en mars puis avec Mélenchon aux européennes en mai ?

Il y a des différences d’appréciation au Front de gauche sur les municipales. Sans dramatiser, nous pensons qu’une stratégie d’union dès le premier tour est possible dans une série de communes pour créer des dynamiques. Pas le PG.

A Paris par exemple ?

A la fin de l’été, nous ferons le point. Puis à la Fête de l’Humanité, nous présenterons dix priorités pour la future mandature à Paris.

Vous demanderiez 15 sièges au PS…

S’il y a accord, il doit prendre en compte la progression du Front de gauche à Paris depuis 2008.

Mais cette différence stratégique avec le PG ne risque-t-elle pas d’affaiblir le Front de gauche ?

Nous sommes une construction politique inscrite dans la durée. Elle est traversée de débats, mais la nécessité d’une alternative aux politiques d’austérité est plus forte. Vous le verrez aux européennes. Nous travaillerons à un non massif à l’austérité et à un oui tout aussi massif à une Europe de solidarité.

Pourquoi refuser à Mélenchon la tête de liste en Ile-de-France ?

Nous n’avons pas encore entamé la discussion sur les listes. Nos députés européens sortants ont vocation à être candidats dans les circonscriptions où ils ont été élus en 2009.

Y a-t-il une chance de voir des communistes au gouvernement avant la fin du quinquennat ?

Une entrée dans un gouvernement supposerait une refonte essentielle des objectifs de la politique gouvernementale.

03/07/2008

LIBERATION DE INGRID BETANCOURT

buffetaltis.jpgRéaction de Marie-George Buffet

"J’apprends à l’instant la libération d’Ingrid Bétancourt. Si faits sont avérés, je veux dire mon immense joie en ce moment. Le long calvaire d’Ingrid, de ses proches prend fin. C’est une délivrance. Je veux saluer ici l’immense mobilisation de tant de personnes, d’anonymes qui a permis d’aboutir à cette issue positive."

Parti communiste français

Paris, le 2 juillet 2008

15:28 Publié dans PARTI COMMUNISTE FRANCAIS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pcf, betancourt ingrid, libération | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!