Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2017

Prix Nobel de la paix 2017 à ICAN

nobel_prix.jpgL'attribution du prix Nobel de la paix à Ican – Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires – est une récompense considérable pour toutes celles et tous ceux qui luttent pour un monde de paix où la solidarité entre les peuples et les nations est centrale.

Je me réjouis fortement du choix du jury car cela encourage par là même toutes les organisations partenaires de cette campagne, parmi lesquelles le PCF, pour leur engagement pour une sécurité humaine mondiale.

Face à la montée des tensions ces derniers mois en Asie et aux propos belliqueux du président des États-Unis qui ont fait renaître le risque d’un conflit nucléaire, la remise du prix Nobel de la paix à Ican traduit l'aspiration des peuples à un monde de paix, de solidarité, de liberté, un monde délivré de ces armes de destruction massive.

A présent, il est grand temps que la France, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, ratifie le Traité international d’interdiction des armes nucléaires qui a été adopté le 7 juillet dernier à l’initiative de l’ONU par 122 pays. La France doit également s'engager avec les 115 pays déclarés « zones exemptes d’armes nucléaires » dans un processus mondial de destruction des armes nucléaires.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

02/10/2017

Le Macronisme, c’est l’insécurité de vie

macron signant.jpg

Patrick Le Hyaric, député Européen, directeur de l'Humanité

Vous pouvez écouter cet éditorial sur notre radio Chansons Rouges Mosaik Radio}}}

En convoquant micros et caméras pour permettre au « bon peuple » d’assister en direct à la démolition du contrat social français par simple signature du monarque, M. Macron met en scène sa propre arrogance et affiche son mépris envers la majorité de français qui refuse ses ordonnances. Il indique ainsi qu’il ne compte rien lâcher de sa violente offensive antisociale, sûr du soutien pressant des milieux financiers et patronaux.

Non contents de ce qui leur a été offert durant les deux quinquennats précédents, les forces d’argent et le MEDEF appellent à donner l’assaut final contre l’Etat social républicain. Ils  comptent, à la faveur de la décomposition du paysage politique et du début de mandat de leur protégé,  imposer un nouvel (dés)ordre social profondément inégalitaire  et ambitionnent de redéfinir la fonction du travail humain en le pliant aux injonctions financières, alors que c’est le capital lui-même et sa rémunération qui sont à l’origine des crises actuelles. La bataille est rude.

C’est un combat de classe de haute intensité. Tout est attaqué en même temps : du droit du travail à celui au logement, du système des retraites à la sécurité sociale, en passant par les collectivités territoriales et l’université. Il n’y a pas d’accord majoritaire de nos concitoyens pour un tel projet destructeur, en lien direct avec les injonctions des institutions européennes et la fuite en avant dans le libre-échange destructeur. Ainsi en est-il du traité avec le Canada que M. Macron fait appliquer sans accord du Parlement français. La mobilisation sociale prend racine et se développe. La manifestation organisée par Jean-Luc Mélenchon aura été un franc succès qui témoigne de la recherche par des dizaines de milliers de nos concitoyens d’une issue politique de progrès à la confrontation qui s’amplifie entre le capital et le travail.
Face au projet global de destruction du système social français au profit du marché, c’est une riposte globale de la France en résistance qui doit s’affirmer.

C’est ce qui commence à poindre dans le monde du travail où après la mobilisation des routiers à l’appel de trois syndicats lundi dernier, la fonction publique annonce une journée de mobilisation le 10 octobre. Jeudi 28 septembre, les retraités se sont mobilisés contre la ponction par la hausse de la CSG de leurs maigres pensions et contre l’opération cynique qui consiste à les opposer aux nouvelles générations.
Ces indispensables ripostes doivent encore s’élargir en misant sur la diversité et la complémentarité des organisations et forces disponibles. Entrons dans une logique de dynamique, additionnons les volontés et les forces à partir d’un dialogue franc et loyal  pour l’unité populaire dans l’action pour faire front et d’ouvrir d’autres perspectives. Des millions de nos concitoyens n’attendent que cela et parmi eux tant de jeunes qui n’en peuvent plus d’être sacrifiés sur l’autel du veau d’or.

Réunis en conclave, les députés macronistes ont prétendu vouloir faire la « pédagogie » de la casse sociale en cours. Peut-être faudrait-il leur expliquer qu’il n’y pas meilleure pédagogie que l’expérience du réel. Celle de ces retraités amputés de plusieurs centaines d’euros chaque année après une vie dédiée à l’effort collectif.  Celle de ces salariés, souvent parmi les plus précarisés, revenus au travail grâce aux contrats aidés dans le milieu associatif ou dans les collectivités locales et auxquels on promet un retour à pôle emploi. Celle de ces élus locaux qui ne peuvent déjà plus assurer la continuité du service public dans leur commune et qui vont devoir faire face aux 13 milliards d’euros d’économie imposés en cinq ans.

Celle encore de ces locataires qui subissent, faute d’investissement, la vétusté de leurs logements et auxquels on annonce 685 millions d’euros en moins pour les organismes HLM alors que l’impôt sur la fortune est allégé de 2 milliards. Celle des étudiants, qui vivent pour un quart d’entre aux sous le seuil de pauvreté et auxquels on annonce une amputation des aides au logement et de nouveaux baux précaires de 1 à 10 mois.
Rien ne dit que nos concitoyens acceptent une société « d’insécurité de vie ». Déjà les élus locaux ont manifesté leur désapprobation du projet macroniste en refusant massivement de voter pour les listes présidentielles aux sénatoriales.

Les mobilisations sociales, si elles convergent et les forces politiques de progrès social, si elles s’entendent dans le respect de leurs singularités et s’appuient sur leur groupes parlementaires au Sénat comme à l’Assemblée, peuvent obtenir une victoire retentissante sur le gouvernement en contestant l’adoption définitive du projet de loi de précarisation du travail et en lui opposant le projet d’une sécurité sociale du travail et de la formation. L’enjeu est de taille. Aider aux convergences, relier les protestations et les actions, montrer et démontrer l’autre voie au service de toutes et tous, n’est-ce pas le plus urgent à accomplir dans les jours et les semaines qui viennent ? Nous comptons bien y contribuer.

12:11 Publié dans Patrick Le Hyaric sur Radio Orient | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

30/09/2017

Pierre Laurent face au Chrétiens

Pierre Laurent face aux chrétiens.jpg

Émission créée en 1997 par le quotidien La Croix en partenariat avec le réseau Radios Chrétiennes de France (RCF) et Radio Notre Dame, Face aux chrétiens est le forum politique des médias chrétiens. Chaque semaine une personnalité de la vie politique, économique, sociale, intellectuelle ou religieuse est interrogée pendant une heure par les journalistes représentants les rédactions partenaires, offrant une véritable mise en perspective de l’actualité.

Exceptionnellement cette émission sera diffusée en différé sur Chansons Rouges Mosaik Radio le dimanche 01 octobre dans le Top Magazine de midi, 18h, 23 h, le 02 octobre à 8h, dans le Magazine Reportage-Débat le mardi 03 octobre à 10h, mercredi 04 octobre à 20h }}}.

Attentif aux réactions syndicales contre les ordonnances, notamment du côté des fonctionnaires, Pierre Laurent estime que « ça va aller grandissant » . Face à cette vague, il estime que le PCF « doit entreprendre des changements importants et refonder sa capacité à accompagner les initiatives visant à transformer la société. » Quitte, éventuellement, pour le PCF, à changer de nom…
« Les migrations vont faire partie du monde du XXIème siècle » estime Pierre Laurent. Il appelle de ses voeux une « politique positive à l’échelle européenne », sachant qu’à ses yeux « ce sont les inégalités mondiales qui nourrissent les migrations. »
Attentifs aux militants et électeurs communistes qui l’ont quitté pour le FN, Pierre Laurent estime que « l’avenir est à la reconstruction d’une société de développement social partagé pour tous, et pas les uns contre les autres ». Pour lui, l’adversaire à combattre n’est pas le migrant, mais « l’accumulation des richesses de plus en plus inégalitaire ».

Migrants : « Accord avec le pape François »

« Les migrations vont faire partie du monde du XXI ème siècle » estime P. Laurent. Il appelle de ses voeux une « politique positive à l’échelle européenne », sachant qu’à ses yeux « ce sont les inégalités mondiales qui nourrissent les migrations. »

Populismes : « Ce n’est pas un phénomène allemand »

Attentifs aux militants et électeurs communistes qui l’ont quitté pour le FN, P. Laurent estime que « l’avenir est à la reconstruction d’une société de développement social partagé pour tous, et pas les uns contre les autres. » Pour lui, l’adversaire à combattre n’est pas le migrant, mais « l’accumulation des richesses de plus en plus inégalitaire ».

26/09/2017

Allemagne, Espagne, tristes images de l’Europe

josé fort.pngLa chronique de José Fort sur Radio Arts Mada en direct tous les lundi à 19h que vous pouvez retrouver en différé le lundi suivant sur Chansons Rouges Mosaik Radio à 12h, 18h, 23h et 8h}}}

Au lendemain des élections en Allemagne, avant le référendum en Catalogne et les incroyables opérations policières à Barcelone et dans toute la région, une constatation : l’Europe est malade, gravement malade.

Dans le premier pays, l’extrême droite pour la première fois depuis la Seconde guerre mondiale fait son entrée au Parlement fédéral, dans le second, arrestations, perquisitions, interdictions rappelant la période franquiste se déroulent sans la moindre protestation de l’Union européenne si friande pourtant d’interventions sur d’autres continents notamment au sud des Amériques.

Avant d’aller plus loin, souvenez-vous de la plupart des commentaires entendus ces derniers jours à propos des élections allemandes. Mme Merkel allait remporter une nouvelle fois un grand succès basé sur les excellents résultats de sa politique. C’était comme ça et pas autrement.

Je n’ai pas pour habitude de me référer au journal « Le Figaro » mais je ne peux m’empêcher de le citer. Ce matin, il titrait sur « l’amère victoire » de Mme Merkel, s’inquiétait de « l’ombre sur une victoire étriquée » et poursuivait sur le score « au goût amer » de la chancelière. La plupart des « spécialistes » de la politique allemande et autres commentateurs ou trices des « grands » médias se sont plantés. Une fois de plus.

Voici les résultats définitifs : CDU/CSU : 33% ; SPD :20,5 ; AFG (extrême droite) :12,6 ; FDP (ultra libéraux) :10,7 ; Die Linke ( communistes et alliés) :9,2 ; Verts :8,9.

CDU/CSU et sociaux démocrates subissent un net recul, l’extrême droite enregistre une forte percée, les ultra libéraux du FDP reviennent dans le jeu politique. Quant à Die Linke et les Verts, il résistent plutôt bien au grand chamboulement.

De nombreux commentaires attribuent le score non attendu de Mme Merkel à la xénophobie. C’est une des raisons du résultat de l’extrême droite mais pas seulement. La colère se nourrit actuellement en Allemagne de la politique d’injustice sociale, de précarité et de misère que les sociaux démocrates ont mis en place des 2002 lorsqu’ils étaient au pouvoir. Mme Merkel a poursuivi et amplifié cette politique d’austérité pour les plus faibles avec le zèle qu’on lui connaît. Résultat ? Les fascistes s’installent au Bundestag.

Alors que les extrêmes droites européennes fleurissent ici et là, il était courant de brandir « l’exception allemande ». C’est terminé. La tragédie est toujours suspendue au-dessus de la tête des hommes et il faut toujours s’attendre à la voir ressurgir.

Du côté de l’Espagne, on croit faire un mauvais rêve, un retour à la période noire du franquisme. La ministre de la Défense vient de déclarer : « Le gouvernement empêchera par terre, air et mer le référendum » annoncé en Catalogne. Rien de moins après le débarquement de 4000 gardes civiles en renfort de ceux déjà sur place et le déferlement répressif de la semaine dernière.
Loin de moi l’idée de formuler une opinion définitive sur le thème de l’indépendance de la Catalogne, tellement des forces contradictoires s’expriment sur ce sujet, de la droite la plus conservatrice toujours prête à s’allier avec la droite de Madrid, aux forces de gauche annonçant un nouvel espace de liberté. Ce que je sais par contre c’est que le droit à l’autodétermination figure dans la Constitution espagnole et qu’on ne règle jamais un problème politique en utilisant la force.

Franco s’était déjà illustré en Catalogne en allant jusqu’à interdire la langue catalane provoquant une résistance massive. Quant à Rajoy, l’homme au pouvoir à Madrid, plus il crache sa haine et sa violence, plus il entraîne de nouveaux partisans dans le choix de l’indépendance.

Les temps sont sombres pour l’Europe. La chanson de Michel Fugain « La bête immonde» est plus que jamais d’actualité. Ecoutons.
José Fort

24/09/2017

SENAT : LE GROUPE COMMUNISTE MAINTENU

senat.jpg

sénat,pcf,groupe communiste,eliane assasiLa liste des sénateurs communistes élus ou réélus : Eliane Assasi, Fabien Gay Seine St Denis ; Pierre Laurent, Paris ; Cécile Cukierman, Loire ; Dominique Watrin, Pas de Calais ; Eric Bocquet, Michelle Gréaume, Nord ; Laurence Cohen, Pascal Solvedelli, Val de Marne ; Pierre Ouzoulias Haut de Seine et 2 sénateurs communistes qui n'étaient pas renouvelables : Thierry Foucaud, Seine Maritime et Christine Prunaud Côte d'Armor.

Dans l'Essonne la Droite rafle pour la première fois dans l'histoire du département la totalité des 5 sièges (2 UDI, 2 Républicains, 1 Macroniste). En voix l'UDI obtient 728, les Républicains 494, Macroniste 272, liste rassemblement de gauche menée par le communiste Bernard Vera 213, liste PS 185, Ecologistes 50

Éliane Assassi : « Soit on renforce Macron, soit on vote pour le seul groupe d’opposition » Entretien réalisé par Aurélien Soucheyre, L'Humanité

La moitié des 348 sièges du Sénat a été renouvelée dimanche. Éliane Assassi, présidente du groupe CRC, estime que les communistes ont été les seuls à s’opposer à Emmanuel Macron et les seuls à défendre les collectivités locales.

Que retenez-vous de la campagne des sénatoriales sur le point de s’achever ?

Éliane AssassiPrésidente du groupe communiste au SénatÉliane Assassi Elle a été rythmée par les coups du gouvernement. Le sort réservé aux collectivités locales inquiète les élus. Emmanuel Macron veut retirer 13 milliards d’euros à des territoires déjà asphyxiées par Hollande. À cela s’ajoutent la coupe par décret de 300 millions d’euros pour 2017, l’attaque sur la taxe d’habitation qui menace l’autonomie fiscale et donc la libre administration des communes, et enfin le jeu de massacre mené contre les contrats aidés. Il y a une vraie colère sur le terrain, une grande préoccupation car tout ce qui touche aux collectivités touche au service public et à la mission même des élus locaux. Mercredi, lors d’une réunion à Saint-Denis, le projet de loi logement de Macron était au centre des débats, car il constitue une violente attaque contre la définition même du logement social, contre les villes populaires, les classes moyennes et les familles modestes.

La réforme du Parlement inquiète-t-elle les élus locaux ?

Éliane Assassi Le sujet qui revient systématiquement, et c’est nouveau, est de ne pas élire des sénateurs qui permettront à Macron d’obtenir les 3/5es des voix lors d’un congrès. Les grands électeurs se rendent compte que le président pourrait alors modifier la Constitution et réduire le nombre de parlementaires et d’élus locaux. Il s’attaque à tous les échelons de la démocratie, de la commune jusqu’au pouvoir législatif. Il veut faire voter la loi en commission, à huis clos entre technocrates. Le Sénat a déjà essayé de le faire. J’ai à chaque fois mis mon droit de veto en tant que présidente de groupe. Il faut à l’évidence réformer nos institutions qui souffrent d’un déficit démocratique, changer le scrutin du Sénat et ouvrir cette chambre aux syndicats et au monde associatif pour être en symbiose avec la société. Mais le but doit être de renforcer le Parlement et les collectivités locales, au lieu de les attaquer.

Comment est perçue l’action des élus PCF ?

Éliane Assassi Tout le monde fait campagne contre l’asphyxie des communes. Mais la très grande majorité de ceux qui poussent des cris d’orfraie chez LR et au PS ont voté toutes les lois d’austérité précédentes, ainsi que les lois de réforme territoriale qui ont éloigné les citoyens des centres de décision. Les seuls qui ont résisté sont les élus communistes. Notre constance dans le combat pour la démocratie locale, les collectivités et les services publics est reconnue sur le terrain. Nous sommes aujourd’hui le seul groupe d’opposition à Macron au Sénat et il en sera de même, demain, en cas de renouvellement du groupe. Je préviens que, sans le PCF, les débats risquent d’être monocordes. Le président du groupe LREM, François Patriat lui-même, a annoncé qu’il pourra compter sur les voix d’En marche ! et du Modem, mais aussi sur celles des constructifs et d’une partie du PS, voire de certains LR. Seul le PCF s’opposera aux mauvais coups qui vont pleuvoir.

Que permet la création d’un groupe ?

Éliane Assassi D’être audible et d’exister. Cela assure une intervention dans l’Hémicycle : explications de vote, motions de rejet et propositions de lois. Nous avons, par exemple, défendu le droit de vote des étrangers aux élections locales, la lutte contre le contrôle au faciès, la renationalisation des autoroutes, la suppression du verrou de Bercy, le retour d’une police de proximité… Nous sommes en tête des sénateurs les plus actifs, selon le site Nossénateurs.fr. Avoir un groupe permet aussi de créer des missions d’information et des commissions d’enquête. Nous l’avons fait sur la fraude fiscale, qui coûte 80 milliards d’euros par an à l’État, et sur l’arnaque du Cice et du CIR. Nos révélations montrent que les richesses ne sont pas utilisées pour répondre à l’intérêt général, mais qu’elles sont accaparées par quelques-uns avec la complicité des derniers gouvernements.

La recomposition politique en cours peut-elle bousculer le Sénat ? 

Éliane Assassi Le vote n’est pas fléché. La situation politique est cette année très différente. Les années Sarkozy et Hollande ont amené à une décomposition de la droite et à une implosion du PS. Au milieu de tout cela, Macron, qui méprise et insulte les Français, s’est aussi mis les maires à dos. Cette élection ne va pas se gagner avec la calculette. Nous menons une grande campagne de proximité et nombre de grands électeurs nous disent ne plus s’y retrouver avec le PS. Ils disent avoir besoin d’une vraie gauche de combat, que nous incarnons. Des maires de droite ont le sentiment d’avoir été abandonnés par les gouvernements successifs et sont sensibles à notre constance pour la survie et le développement des communes et des services publics. Nous allons chercher chaque voix avec les dents. À la fin, le choix est simple : soit on renforce le pouvoir du président de la République, soit on soutient l’action du seul groupe d’opposition à Macron au Sénat.

20/09/2017

Le goujat, la tambouille et la plus grande fête populaire de France

fete huma 2017a.jpg

(La chronique de José FORT)

Le mal élu à la présidence de la République française, 8 Français sur 10 n’ont pas voté pour lui, le déjà défraichi  Macron, peut être assuré au moins d’une chose : il figurera au Guinness des records de la muflerie.

Souvenez-vous de quelques-uns de ses bons mots :

« Si j’étais chômeur, j’essaierai de me battre d’abord » ;

«  Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires » ;

Et encore «  femmes illettrées  », « libéralisme valeur de gauche », «  je n’aime pas ce terme de modèle social », «  la meilleure façon de se payer un costard c’est de travailler » et plus récemment « faignants et  cyniques ». Avec une petite dernière sur les «  grincheux ».

J’en arrive à penser qu’en sortant du ventre de sa mère, la première chose que Macron s’est demandé c’est combien de gens il pourrait emmerder au cours de sa vie. Macron est un expert en matière de goujaterie. Pas seulement.

 Il est aussi le produit de ces « gagneurs », ces «  compétiteurs », bref cette génération accouchée par les banques et la grande bourgeoisie qui lui ont confié trois objectifs : casser les conquêtes sociales au nom de la «  réforme » et du « modernisme », installer durablement l’ultra libéralisme, tenter une opération rassemblant les ventres mous du spectre politique français dans une formation « en Marche » qui bat, déjà, sérieusement de l’aile.

 Il est aussi le produit d’une stratégie du spectacle de la communication contrôlée au millimètre près frisant le ridicule comme récemment sur l’ile ravagée de Saint Martin. Son entourage avait laissé croire que le président avait dormi sur un lit de camp et s’était lavé avec un seau d’eau, alors qu’il avait  été hébergé et avait dormi dans la chambre d’ami d’une gendarmette.

  Il y a aussi les copains et les coquins à recaser. Dernier exemple, la nomination de  Stéphane Bern à la défense du patrimoine national. Un bouffon de la télévision venu du « Figaro », comme s’il n’y avait pas des spécialistes notamment les architectes des bâtiments de France pour assurer une telle fonction. Mais peut être existe-t-il un lien entre le lourd endettement contracté par M. Bern après l’achat d’un château en Eure et Loir et sa nouvelle mission.

Au beau milieu de ce marigot, un moment de fraternité : la fête de « l’Humanité ». Un beau succès cette année, malgré le temps incertain et des mesures d’organisation obligatoires par ces temps troublés. Du monde partout à La Courneuve le week-end dernier. La foule devant la scène centrale, la foule dans les avenues  de la fête, la foule aux dizaines et dizaines de débats. Et retenez bien un fait prometteur : une foule jeune, très jeune.

 Comment expliquer le succès de la fête de l’Huma  que certains veulent inscrire au patrimoine national. Il s’agit en fait d’un cocktail mêlant la lutte contre les injustices, pour le progrès social et la solidarité internationaliste ; un cocktail aux multiples ingrédients allant de l’envie de faire la fête aux besoins de se retrouver, de dialoguer, de confronter, de s’aimer. Bref, une folle envie de communisme, au sens plein du terme.

Avez-vous remarqué que dans ce rassemblement à plusieurs centaines de milliers de personnes aucun incident n’est à déplorer ? Avez-vous noté que le succès de cette fête repose sur le bénévolat de milliers de militants communistes ? Avez-vous observé que les sans-grades deviennent harangueurs de foules tandis que les intellos s’agrippent aux fourneaux des cuisines ? Avez-vous aussi regretté que d’une phrase banale de Pierre Laurent  sur le thème « personne n’a le monopole de la vérité », une vague médiatico-politico-mélenchoniste ait voulu réduire la fête à leur sport préféré : la tambouille politicienne ?

  Le succès de la plus grande fête populaire de France donne des couleurs aux communistes et plus généralement à toute la gauche. Ce qui aurait ravi un de ses fidèles, le regretté Jean Ferrat, dont on ne se lasse pas d’écouter la chanson  « Camarade ». Ecoutons.

 José Fort, sur Radio Arts-Mada tous les lundi en direct à 19h et sur Chansons Rouges Mosaik Radio en différé dans le Top Magazine du lundi de 12h, 18h, 23h et mardi à 8h

18/09/2017

A DROITE TOUTE

manif12092017.jpg

La politique menée aujourd'hui par Macron et son gouvernement s'inscrit dans la logique des politiques libérales mises en œuvre par les majorités qui se sont succédées à la direction du pays, qu'il s'agisse de celle de François Hollande ou de Nicolas Sarkozy.

Les réformes annoncées par ce gouvernement amplifient toutes les injustices, c'est le parti des riches qui gouverne. Ainsi pour la réforme fiscale annoncée les 10% de Français les plus riches capteront 46% des baisses d’impôts selon l'OFCE.

C'est cette politique que nous combattons parce qu'elle ne profite qu'aux plus favorisés, en premier lieu aux actionnaires des entreprises du CAC 40 dont les dividendes ont encore progressé de façon indécente au détriment de l'investissement et de la revalorisation des salaires.

Avec des mesures qui favorisent les nantis, telles la diminution de 3 milliards d'euros de l'Impôt Sur la Fortune, la baisse de 25% de l'impôt sur les sociétés assortie de nouvelles possibilités de dégrèvement, un changement de nom pour le C.I.C.E qui reste tout aussi nocif, tandis que le plus grand nombre de concitoyens sera frappé par l'augmentation de la CSG, la diminution des APL, par la précarisation de l'emploi résultant de la mal nommée "loi travail" ou encore par la suppression des emplois aidés alors qu'ils constituent souvent une passerelle vers l'emploi, sans compter que, sans eux, de nombreuses associations, certains de nos services et ceux d'autres collectivités auront des difficultés à fonctionner, voire même à continuer d'exister.

L'austérité continue aussi pour les communes avec l’annonce de la diminution des dotations aux collectivités de 13 milliards d'€ supplémentaires en cinq ans.

Les élus communistes et républicains d'Evry dénoncent cette dérive ultra libérale dangereuse pour le pays et notre ville et participeront aux actions et manifestations menées contre ces mauvais coups.

 

Les élus communistes et républicains d”Evry

Elise Yagmur, Christian Pigaglio, Diaz Diego

Notre site web : PCF Républicain Evry

Tribune publiée dans le bulletin municipal de Septembre