Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/05/2015

Le numéro un du PCF à Sciences Po Poitiers

plaurentuni.jpg

Pierre Laurent a indiqué vouloir poursuivre son périple jusqu'à la fin de l'année… Donc jusqu'aux élections régionales.

Pierre Laurent secrétaire national du PCF a entamé en janvier un “ tour de France ”. Il a animé hier soir une conférence devant des étudiants de Poitiers.

Une quarantaine d'étudiants, une dizaine de responsables et militants du PCF 86, dont Paul Fromonteil. Hier en toute fin d'après-midi, la salle Simon-Bolivar du campus Sciences Po Poitiers affichait complet à l'occasion de la venue de Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français.

" Il s'agit de renouer avec le débat de fond qui passionne "

Journaliste, ancien directeur de la rédaction de l'Humanité, cet homme politique, sénateur de Paris, n'était pas en meeting comme l'a confié quelques minutes avant son arrivée, Tilman Turpin, directeur du campus euro-latino-américain de Poitiers. Il a animé une conférence sur le thème « Communisme(s) au XXIe » lors de cette première étape poitevine qui s'inscrit, a-t-il expliqué, dans un « tour de France » des régions qu'il a entamé en janvier.
L'objectif que poursuit Pierre Laurent est de « multiplier les rencontres de proximité. » « Il s'agit de renouer avec le débat de fond qui passionne, loin du spectacle médiatico-politique auquel on assiste aujourd'hui. Nous sommes à l'heure de grands enjeux de société. » Il était donc évident de rencontrer des jeunes de cette institution. « Le monde étudiant se pose des questions : quel sera le monde de demain ? Comment répondre aux défis contemporains. Peut-on réinventer ou inventer un monde de solidarité, de coopération, de partage, un monde poursuit-il qui invente un développement durable pour les hommes et pour la planète. »
Au cours de son propos, il a évoqué la nécessité « de dépasser le système capitaliste », l'idée de « blocs communs à protéger ». « Des blocs qui ne doivent pas être marchandisés comme l'eau par exemple ».

A Châtellerault et chez Itron

Il a rappelé la proposition faite par les communistes, celle, indique-t-il, « d'inventer une sécurité sociale professionnelle qui permettrait tout au long de sa vie professionnelle de passer de l'emploi à la formation pour éviter le chômage… » Après les étudiants, Pierre Laurent rencontrera ce matin des syndicalistes à Châtellerault, avant de passer une bonne partie de la matinée sur le marché d'Ozon avec les habitants et les militants associatifs. Il se rendra à Chasseneuil (Itron) cet après-midi avant d'échanger avec les acteurs de l'Education.

 
Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

30/03/2015

Pierre Laurent :"Une réponse politique nouvelle à gauche, c'est désormais l'urgence"

manifaust8.jpg

Dans un communiqué, Pierre Laurent appelle "toutes les forces citoyennes, politiques et sociales disponibles à la construction d'un mouvement de gauche alternatif ample et populaire, à vocation majoritaire pour ouvrir à nouveau l'espoir.

Communistes et autres composantes du Front de gauche, écologistes, socialistes refusant l'impasse actuelle, militants de Nouvelle Donne, citoyens, syndicalistes, militants de toutes causes… doivent converger pour construire ce nouvel espoir."

Les premiers résultats connus du second tour des élections départementales confirment que la droite va ce soir conquérir la majorité dans de nombreux départements. Pour la première fois, le Front national fait lui aussi élire de nombreux conseillers départementaux. Les populations de ces départements vont connaître des jours difficiles avec des attaques redoublées contre les politiques de solidarité, d'action sociale et d'éducation, les services publics départementaux, la culture. Je veux les assurer qu'elles pourront compter sur les communistes et leurs élus dans les combats qui les attendent.
 
Le Parti communiste a tout fait pour empêcher ces gains de la droite et de l'extrême droite. Au premier tour, en rassemblant partout pour des choix de gauche avec les candidats du Front de gauche et souvent d'autres forces, totalisant 9,4 % des voix. Au second tour, en mobilisant partout dans la clarté pour faire barrage à la droite et à l'extrême-droite.
 
Des centaines d'élus de gauche n'auraient pu gagner sans ce travail de rassemblement mené par les communistes. Ils agiront désormais dans des conseils départementaux à parité, seule véritable avancée démocratique de ce scrutin. Un grand nombre de conseillers départementaux communistes et du Front de gauche, même si leur nombre total sera en recul, sont élus ce soir, confirmant la place du PCF dans la vie politique. Déjouant tous les pronostics, le Val de Marne devrait garder une présidence communiste et l'Allier se joue dans un mouchoir de poche. Tous les élus communistes sont prêts dès ce soir à prendre leurs responsabilités dans les départements pour plus de justice et d'égalité.
 
Le Parti socialiste subit pour sa part une lourde défaite avec la perte de nombreux départements. Les électrices et les électeurs expriment une nouvelle fois leur rejet de la politique du gouvernement, et de son absence de résultat. La responsabilité de François Hollande et de Manuel Valls est grande dans le retour aux affaires de la droite dans une majorité de départements. A l'occasion des multiples initiatives et rencontres tenues par les militants communistes sur l'ensemble du territoire, nous avons constaté l'immensité de la défiance et du désarroi de millions de Français, qui confrontés à la violence du quotidien, se sentent totalement trahis. Continuer à rester sourd à ce qui sonne clairement comme un appel à un changement de cap politique serait engager la France dans le scenario du pire. Les communistes ne s'y résoudront jamais.
 
Les majorités départementales de droite et les élus du Front national, dont les connivences peuvent se développer dangereusement, vont s'attaquer partout aux politiques publiques en opposant les Français entre eux, en attisant les tensions racistes, communautaires, générationnelles, et en détournant le regard des Français des vraies responsables de la crise : les politiques d'austérité, les actionnaires et la finance. J'appelle l'ensemble des citoyens à la vigilance, à l'unité et à l'action commune pour la défense des services publics et des choix politiques de solidarité.
 
Nous pouvons déjouer le « coup monté » du tripartisme. Ce scénario mortifère pour la gauche sous-tend l'abandon des classes populaires à l'abstention et au Front national, et la marginalisation de toute politique alternative sociale et solidaire à l'austérité. Nous le refusons catégoriquement.
 
Au lendemain, de ce scrutin, rien n'est désormais plus urgent que de construire dans les luttes, dans l'action quotidienne et la solidarité concrète, dans le débat politique, une réponse politique neuve, clairement citoyenne et populaire, clairement à gauche.
 
J'appelle toutes les forces citoyennes, politiques et sociales disponibles à la construction d'un mouvement de gauche alternatif ample et populaire, à vocation majoritaire pour ouvrir à nouveau l'espoir. Communistes et autres composantes du Front de gauche, écologistes, socialistes refusant l'impasse actuelle, militants de Nouvelle Donne, citoyens, syndicalistes, militants de toutes causes… doivent converger pour construire ce nouvel espoir.
 
Nous y travaillons sans relâche depuis des mois. Je sais qu'il ne s’agit plus d’un vœu pieux. Ces convergences se sont affirmées à de nombreuses reprises au cours des derniers mois. Elles se mettent désormais en œuvre dans les premières réunions des Chantiers d’espoir et dans la préparation du forum européen des alternatives. Le retour de la loi Macron au Sénat à partir du 7 avril et la mobilisation intersyndicale et interprofessionnelle, le 9, leur donneront l’occasion de s’affirmer avec plus de force encore. Des initiatives nouvelles seront nécessaires. Avec les communistes, j' y travaillerai activement.
 
 Pierre Laurent secrétaire national du PCF

13/03/2015

Pierre Laurent veut donner de la force à la "nouvelle gauche"

pierre-laurent.jpgLe secrétaire national du Parti communiste français a appelé ce jeudi les Français à "donner plus de force" à cette "nouvelle gauche qui est en train d'émerger", regroupant communistes, écologistes et frondeurs, lors des élections départementales.

"J'invite les français à donner de la force, à travers nos candidatures aux départementales, à cette nouvelle gauche qui est en train d'émerger", a déclaré Pierre Laurent ce jeudi matin sur France Info.  Le secrétaire national du PCF veut construire une grande alliance avec les écologistes. "Il y a beaucoup de candidatures qui sont communes aux élections départementales. Sur la loi Macron il y a eu une convergence concrète", a-t-il assuré, comme "sur le soutien au nouveau gouvernement grec. Lire à ce sujet : Front de gauche et EELV font binômes communs.
Pierre Laurent invite au rassemblement, y compris avec les frondeurs du PS: "la Force que j'invite à construire et que d'autres maintenant à gauche invitent à construire veut aller au gouvernement, mais pour faire une autre politique. Ce n'est pas un débat entre ceux qui veulent (...) ou ne veulent par y aller. C'est un débat sur le cap qui doit être celui d'un vrai gouvernement de gauche".

« Une convergence de fond »

En toile de fond, outre les frondeurs, il y aussi une dynamique politique au sein d’EELV. Cécile Duflot a lancé dans Libération un appel au rassemblement d’une nouvelle gauche, souhaitant "une force politique avec un grand "P". Une force culturelle, sociale et civique. Pas un nouveau parti, ni une addition d’étiquettes. Il nous faut mobiliser tous ceux qui disent "la politique ne nous intéresse pas" mais veulent changer de monde".
Jean-Luc Mélenchon sur son billet de blog publié ce jeudi note avec elle une "convergence de fond". "Au plan idéologique et pratique : donner à la question de la survie de l’écosystème le rôle central. Celui d’organisateur de la vision du monde et du programme politique. C’est lui qui doit replacer la question du partage des richesses dans une nouvelle logique où la notion de richesse est elle aussi interpellée. C’est exactement ce que proclament, sous une forme concentrées, les thèses sur l’écosocialisme que nous défendons par monts et par vaux depuis la rédaction du manifeste de 2012. "

Cette dynamique qui peut se retrouver dans les urnes fait peur au premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis qui a déploré a qualifié de "suicide politique en direct" ces binômes Front de gauche-EELV.

"Ca ne m'intéresse plus, les dirigeants socialistes qui passent leur temps à parler de défaite, de suicide, d'enterrement, on a envie d'une gauche qui change de cap, et ces forces la commencent à se rassembler", a réagi à ce propos Pierre Laurent.

Il appelle "les forces qui ont commencé à travailler un peu partout ensemble dans le pays, les nôtres, celles des écologistes, des frondeurs, doivent continuer à travailler ensemble parce que ce changement de politique, il est plus incontournable que jamais". "J'invite à se rassembler dans ce sens positif là", a-t-il conclu.


Pierre Laurent : « Il va falloir changer de... par FranceInfo

17/02/2015

Décès Henri Martin. Pierre Laurent : "La France a perdu l'un de ses plus valeureux et généreux fils"

hmartin.jpgC'est avec une profonde tristesse que j'apprends la disparition d'Henri Martin. C'est une grande figure de la lutte anti-coloniale, de l'engagement et du combat pour l'émancipation qui s’éteint aujourd'hui.

Le PCF est en deuil et pleure la mort de celui qui donna un nom et un visage à son combat contre la guerre d'Indochine.

C'est à 17 ans, à peine sorti du maquis, qu'Henri, engagé dans la Marine, fut appelé en Indochine. La réalité coloniale qu'il découvre alors tourne résolument le jeune résistant aux côtés du peuple vietnamien dans la lutte contre le colonialisme et pour l'indépendance, et pour l'honneur de la France et de ses valeurs républicaines.
 
Son engagement lui valut la prison militaire de 5 ans de réclusion pour « agitation politique illégale ». Des centaines de milliers de Français parmi lesquels des grands artistes, d'Eluard à Picasso, ou de grands intellectuels comme Jean-Paul Sartre ont scandé « Libérez Henri Martin ! » et ce slogan a longtemps résonné en moi qui n'étais encore qu'un enfant.
 
Libéré après trois années d'emprisonnement, Henri Martin a continué à conjuguer sa vie avec son militantisme. Malgré des désaccords, il fut toute son existence fidèle à son engagement communiste.
 
Sa disparition provoque une profonde tristesse ; les communistes ont perdu l'un des leurs mais c'est d'abord la France, notre pays, qui a perdu l'un de ses plus valeureux et généreux fils, et le Vietnam l'un de ses plus fidèles et loyaux amis.
 
En cette triste journée, toutes mes pensées vont à sa famille et à ses proches. Avec les communistes, je m'incline devant la mémoire d''Henri Martin dont l'engagement aura donné voix et force à celui des générations de militants pour la paix, contre le colonialisme et pour l'amitié entre les peuples.
 
Le PCF a ouvert un livre d 'or dans ses locaux, place du Colonel Fabien, pour saluer la mémoire de ce grand militant.
 
Pierre Laurent, secrétaire national du PCF,
Paris, le 17 février 2015.

25/01/2015

Pierre Laurent : « Ce soir, l'espoir renaît »

syriza,pierre laurent,pcf

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, était hier soir aux côtés des soutiens français de Syriza, à Paris.

Pour lui, « cette victoire sans appel de Syriza change le cours de l'Europe, plus rien ne peut être comme avant.

Un pays qui veut rester dans l'Europe propose une sortie solidaire de la crise, c'est une victoire contre le chantage des marchés financiers, contre les réponses racistes et xénophobes, contre ceux qui veulent exclure de l'Europe les peuples du sud, une victoire de la solidarité pour relancer l'Europe du progrès social et du développement économique.

Syriza nous envoie un signal : tous ceux qui refusent les politiques d'austérité en France peuvent gagner. L'occasion d'ouvrir le débat européen a été gâchée par François Hollande en 2012, Syriza rouvre à nouveau la porte, il faut la pousser tous ensemble. Ce soir, l'espoir renaît en France ».

LES RESULTATS

Les résultats presque définitifs (99,81% des bulletins décomptés) sont tombés dans la matinée et SYRIZA remporte un large victoire pour les législatives, avec 36,34% le parti progressiste arrive en tête des élections. Il recueille plus de 2.224.000 suffrages, un score en net progression (1.655.000 en juin 2012) de +569.000 voix (+9,45 points).

Le parti membre de la Gauche européenne (PGE) remporte 149 sièges (sur 300) et rate de 2 sièges la majorité absolue nécessaire pour constituer un gouvernement, on notera que le groupe parlementaire de SYRIZA remporte 78 nouveaux sièges. Il devra donc passer un accord d'association avec un parti minoritaire : Le KKE (5,47% - 15 députés), To Potami (6,05% - 17 députés) ou avec les restes du PASOK (4,68% - 13 députés). DIMAR avec 0,49% des voix est exclue du parlement et perd ses 9 députés.

Dans les Périphéries (régions grecs) SYRIZA arrive en tête dans la majorité des régions. Dans l'Attique (région d'Athènes) SYRIZA recueille 37,07% des voix et 6 des 14 députés et 33,60% dans la capitale, Athènes. En Crète le parti progressiste remporte plus de 40% des suffrages et 8 des 15 députés. Dans la région de Thessalonique SYRIZA remporte 31,61% des voix et 2 des 8 députés en jeu.

14/01/2015

Pierre Laurent : « Contre la haine, nous visons l’unité populaire pour les libertés »

voeuxplaurent_0.jpg« Contre la haine, nous visons l’unité populaire pour les libertés » Le PCF a décidé de faire de ses traditionnels voeux une soirée d’hommage à Charlie Hebdo et à son esprit avec les familles de certains de ses caricaturistes.

Pierre Laurent devait y prononcer un discours invitant à « rester Charlie » en refusant l’union sacrée comme la guerre.

Place du Colonel-Fabien, à Paris, l’heure était encore au recueillement hier soir. Au siège du PCF, les traditionnels voeux de début d’année devaient ainsi se transformer en « une soirée placée sous le signe de la paix et de la fraternité », en un moment d’hommage aux victimes des attentats. Parmi eux, certains étaient des amis, des compagnons de route de longue date. C’est en présence des familles de Charb, Wolinski et Tignous mais aussi de membres de l’équipe de Charlie Hebdo comme Patrick Pelloux, que le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, devait prononcer son discours.

« Ce soir, nous les communistes, nous pleurons des amis proches, des camarades de combat, qui donnaient souvent par leurs dessins bien plus de force que n’en sont capables nos discours », devait-il saluer alors que les murs du conseil national du PCF avaient été couverts des toiles que Charb, Tignous, Coco avaient réalisées en direct au stand national des communistes de la Fête de l’Humanité 2013 avec Lardon, Louison, Lulu Inthesky et Duchemin. Et le dirigeant communiste de se remémorer l’un ou l’autre de ces souvenirs : « Je n’oublierai aucune de nos rencontres, Charb, mon camarade. Surtout pas celle, traditionnelle, de la Fête de l’Humanité, où tu voulais toujours qu’on fasse une photo, toi le poing levé, à côté du chef du parti, ton “patron” me charriais-tu, histoire que personne n’oublie où était ton coeur de combat », devait-il raconter.

« Et maintenant ? Si nous sommes Charlie, il faut que nous poursuivions l’esprit de Charlie Hebdo », prévenait l’invitation à cette soirée qui mêlait hommage et voeux d’avenir commun. Recueillement donc. Mais aussi détermination. Détermination à « nourrir l’émotion de la réflexion ». « Ce n’est pas Charlie qui sentait le soufre, c’est notre monde. Ne regardons pas ce qui s’est passé comme un événement isolé », a invité Pierre Laurent, citant quelques-uns des événements des « quinze derniers jours » : « un grillage qui cerne un banc public », les « bateaux de migrants » laissés à l’abandon, « le refus d’inhumer un bébé rom », la « médiatisation à outrance du livre de Houellebecq »… Autant d’éléments de ce « climat nauséabond » duquel il faudrait se « désintoxiquer » en conjuguant dans « la République la liberté avec plus de fraternité et de justice sociale ». « Ce que nous visons, c’est une “unité nationale des citoyens” » Au lendemain de « l’extraordinaire riposte du peuple français » avec les marches de ce week-end, il s’agit pour le sénateur de Paris de « conforter cet élan, car l’attaque contre les libertés va reprendre très vite ».

C’est cet élan populaire, entre « hommage », « attachement à la liberté de la presse » et « volonté de vivre ensemble », que le dirigeant communiste a tenu à saluer car cette mobilisation « n’allait pas de soi » dans un contexte où « les déclarations racistes de responsables politiques se banalisent ». Loin des tentatives « d’instrumentalisation déjà à l’oeuvre », le message de Pierre Laurent devait être clair : « Ce que nous visons, c’est une “unité nationale des citoyens”, une affirmation populaire commune pour les libertés, contre la haine, la violence, les racismes et les discriminations, et non “une union sacrée des partis”, qui n’existe d’ailleurs pas. Entre citoyens comme entre partis, nous voulons le libre débat démocratique, républicain. Ni l’union sacrée, ni la guerre. »

D’ailleurs, « l’attitude déshonorante qui a été celle du Front national » devait être fustigée par le secrétaire national du PCF. À l’heure où l’ancien président UMP Nicolas Sarkozy entonne le refrain de la « guerre de civilisations » et où le premier ministre actuel, Manuel Valls, évoque de plateau télé en studio de radio un « ennemi de l’intérieur », c’est à « rester Charlie » aujourd’hui et demain qu’a invité Pierre Laurent. Et « rester Charlie », devait détailler le sénateur PCF, c’est refuser « un Patriot Act dans lequel la République perdrait son âme », c’est apporter « les moyens (à la presse) de résister à cette dictature financière qui a démoli en quelques décennies nombre de titres de la presse française », c’est « défendre (la culture) contre les politiques d’austérité et contre le Medef » et « des services publics qui font eux aussi le ciment de notre République », « c’est accueillir les étrangers menacés dans leurs pays en accordant le droit d’asile »…

Alors que la marche de Paris a également réuni des « chefs d’État dont la responsabilité dans l’engrenage des guerres et du choc des civilisations est évidente », et tandis que le débat à l’Assemblée nationale doit s’ouvrir aujourd’hui sur la poursuite de l’intervention française en Irak, la question revêt également une dimension internationale pour Pierre Laurent. « Oui, nous devons stopper la menace. Ici en France, en Europe, et au Proche-Orient. Il faut aussi pour cela que la France change de politique extérieure – car en s’arrimant à l’Otan et aux États- Unis, en tergiversant devant les intérêts de puissances régionales comme le Qatar, l’Arabie saoudite, la Turquie et Israël, la France s’interdit de jouer le rôle qui devrait être le sien comme membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU », a-t-il déclaré.

Un rôle qui commencerait par « reconnaître sans plus tarder l’État palestinien » ou encore, à propos de l’Irak, à contribuer à préparer « une conférence régionale sous l’égide de l’ONU ». Choisir le chemin de la paix ou de la guerre. L’enjeu est à cette hauteur. « Dire que la France est confrontée à une guerre est extrêmement dangereux. C’est volontairement s’enfermer dans le piège tendu par les intégristes, a estimé Pierre Laurent. Eux veulent l’affrontement, nous voulons une société de liberté, de progrès, de paix. » 

Compte rendu L'Humanité


Hommage à Charlie-Hebdo - Maintenant, restons... par CN-PCF

14/12/2014

Pierre Laurent à Emmanuel Macron : "Votre loi est une loi pour la liberté d’exploiter"

plsenat.jpg

Au Sénat, Pierre Laurent, sénateur de Paris, secrétaire national du PCF, a interpellé le ministre de l'Economie. Il a appelé tous les sénateurs de gauche à faire échouer la loi Macron.

C'est une journée de combat pour le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, sénateur de Paris. Après avoir tenu un face-à-face avec le président du Mdef, Pierre Gattaz à l'Humanité, il a interpellé Emmanuel Macron, ministre de l'économie au Sénat.
 
Pierre Laurent n'a pas mâché ses mots pour dénoncer la "loi Macron" : Pourquoi une loi fourre-tout, sur laquelle d’ailleurs le Conseil d’Etat émet des réserves importantes, qui n’a en fait qu’un seul fil conducteur : la dérèglementation du code du travail et de la régulation publique.
 
Pourquoi plus d’asservissement encore des salariés aux exigences patronales avec la généralisation du travail du soir et du dimanche, car, vous le savez bien, le volontariat c’est de la blague?
 
Pourquoi libéraliser le transport en autocars contre le développement des petites lignes ferroviaires ? Pourquoi, alors que la rente autoroutière engraisse les grands concessionnaires du BTP depuis la privatisation, ne pas renationaliser les autoroutes ? Pourquoi privatiser les aéroports de Nice et Lyon après celui de Toulouse, et nos entreprises de défense GIAT et Nexter ? 
 
Je vous le dis, votre loi va diviser la France, les travailleurs, la gauche. Vous poursuivez sur la voie du reniement. Si vous continuez à trahir ainsi les électeurs, cela aura des conséquences graves dans tous les rendez-vous électoraux à venir.
 
(...) J'appelle tous les sénateurs de gauche, tous ceux qui ont l’égalité au cœur à ne pas accepter ce énième recul de civilisation. Après l'échec du CICE, du crédit impôt recherche, je vous dis arrêtez le massacre. Vous subventionnez les patrons à coup de milliards d’euros, et le MEDEF crache dans la soupe (...) 
 
Monsieur le ministre, je vous demande d’entendre la colère qui monte déjà dans toute la gauche et dans le monde syndical. Retirez votre projet de loi avant qu'il ne soit trop tard."
 
Fabrice Savel pour l'Humanité