Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/04/2017

Syrie : « Trump alimente l'escalade militaire »

syrie.pngLes bombardements nord-américains sur la Syrie la nuit dernière, effectués hors cadre légal international, et à la suite d'un retournement brusque de position du président américain, Donald Trump, peuvent ouvrir une nouvelle phase dramatique de l'internationalisation du conflit syrien.

Ce faisant, Trump alimente l'escalade militaire et les logiques de représailles alors que le peuple syrien a le plus pressant besoin que la guerre s'arrête net.
L'action militaire des États-Unis va conforter politiquement Bachar Al Assad, galvaniser les groupes djihadistes qui exploitent l'impact désastreux des interventions étrangères au Proche-Orient, retarder les opportunités réelles de résolution politique du conflit ouvrant la voie à une transition démocratique.

Les souffrances endurées par les victimes des armes chimiques comme, en 6 ans, les 321 000 morts, 145 000 disparus et près de 11 millions de déplacés et réfugiés exigent des dirigeants des pays engagés dans ce conflit des initiatives politiques et diplomatiques – sous égide de l'ONU – fortes faisant taire les armes et ouvrant des négociations de paix. Les responsables de l'utilisation des armes chimiques et de destruction massive devront dans ce cadre en répondre devant la justice.

L'initiative militaire unilatérale nord-américaine crée un précédent aux pires conséquences possibles ; le déni du cadre multilatéral que sont les Nations unies pour résoudre le conflit syrien est lourd de dangers pour le monde et constitue une véritable régression.

Le Parti communiste français exprime sa profonde réprobation de ces bombardements américains de même qu'il a condamné avec force l'usage des armes chimiques et la poursuite de la guerre en Syrie. Le PCF demande au président français François Hollande d'agir pour la convocation d'une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU afin de stopper les tentations de surenchère militaire et d'organiser la mise en oeuvre effective de la feuille de route adoptée par ce même conseil en décembre 2015. La négociation doit prendre le pas sur les armes.

Le Parti communiste français apporte son soutien aux initiatives pour l'arrêt des combats et bombardements, et pour une solution négociée en Syrie.

Parti communiste français
Paris, le 7 avril 2017

13/07/2015

GRECE : DECLARATION DE PIERRE LAURENT !

plts.jpg

Un accord de compromis a été trouvé ce matin par les chefs d'Etats de la Zone euro. Cet accord écarte le scenario du « Grexit » et l'asphyxie financière de la Grèce, voulus par Wolfgang Schaeuble et Angela Merkel, qui jusqu'à la dernière minute ont tenté la mise sous tutelle intégrale de la Grèce, la négation de sa souveraineté, sa soumission aux puissances financières, sa vente à la découpe.

Si un accord est signé, c'est grâce au courage du Premier Ministre grec. Pour la première fois, un chef de gouvernement a osé affronter les puissances dominantes qui pensent que tout leur est permis en Europe. Le soutien de son peuple n'a cessé de grandir depuis janvier pour cette raison. Je me réjouis que la France ait joué un rôle positif à ses côtés.

Certaines des concessions faites ont étés imposées à la dernière minute. N'oublions pas que ce fut sous la menace et après 2 semaines de fermeture des banques. Le gouvernement grec a fait un choix responsable, celui de permettre avant tout la stabilité financière durable du pays et l'investissement pour l'emploi et le redressement productif du pays. La dette sera rééchelonnée et les taux d'intérêts renégociés. Alexis Tsipras a confirmé son intention de faire porter les efforts sur les grecs les plus riches et de protéger les classes populaires. La BCE doit immédiatement décider la réouverture des robinets pour les banques grecques.

L'Europe vit des moments historiques. Les pressions et humiliations subies par Alexis Tsipras et le peuple grec durant tout le week-end soulèvent de lourdes questions pour nous tous, pour l'avenir de la coopération dans la zone euro. Le combat pour l'égalité des pays, le respect de la démocratie et de la diversité, pour la solidarité, pour la reconquête de pouvoir sur la finance doit se poursuivre. C'est une question existentielle pour un avenir solidaire dans l'Union européenne.

Tous les européens ont intérêt à amplifier leur soutien à cette bataille politique et leurs luttes contre l'austérité dans leur propre pays. J'appelle toutes les forces démocratiques et de gauche à travailler ensemble à un projet commun pour sortir l'Europe de la tourmente libérale.

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

19/06/2014

Reconstruire l'espoir à gauche et l'espoir pour la France

manifeurope.jpgPour reconstruire l'espoir à gauche et l'espoir pour la France, le Conseil national du PCF a appelé à un immense effort politique pour rendre possible, d'ici 2017, l'ouverture d'une perspective de gauche.

Face aux risques d'enlisement gravissime de notre pays dans la crise et le chômage, face aux menaces qui pèsent sur l'avenir de la France et ses valeurs de solidarité, face aux dangers de réponses de plus en plus rétrogrades, à la montée des peurs et des racismes, un autre avenir pour la France est possible, autour d'un projet de solidarité, d'une alternative de transformation sociale, d'une ambition de redressement national dans la solidarité avec les autres peuples d'Europe et du monde.

Les communistes lancent un appel à toutes celles et ceux qui refusent l'impasse et l'injustice de la politique actuellement menée, qui ne veulent ni du retour de la droite, encore moins de l'extrême droite et qui veulent sortir de l'austérité et construire le projet de gauche dont la France a besoin. À toutes et tous, nous disons : « ouvrons le dialogue, le chantier commun de la construction de ce projet et agissons ensemble ». Entrons partout en dialogue, en travail, en action, sous toutes les formes possibles, dans tout le pays, à tous les niveaux pour dire : « voilà la politique de gauche, la politique pour la France que nous voulons. Voilà la politique que nous voulons voire traduite en avancées immédiates et faire gagner en 2017 ».

pcfcn.jpgLe Conseil national du PCF propose la construction et la mise en mouvement d'un Front large, d'un Front du peuple, unissant forces populaires, sociales et politiques, autour d'un projet qui doit être celui du bien commun et de l'humain d'abord.

Le Conseil national convoque une conférence nationale du PCF les 8 et 9 novembre 2014 pour faire un point d'étape des campagnes d'actions politiques, poursuivre le travail de projet, de rassemblement et prendre de nouvelles initiatives. Tout ceci en favorisant l'écoute et la participation des adhérents.

Comment construire ce chemin ?

Quatre propositions :

1. Intensifier sans attendre notre activité dans les luttes pour placer les exigences portées par tous les acteurs-trices concerné-e-s au coeur du débat sur le projet que nous voulons porter pour la France : SNCF, intermittents, Alstom, débat budgétaire sur le plan Valls, réforme territoriale dont la bataille pour obtenir un référendum national sur ce projet,...

2. Une campagne politique dans la durée sur cinq axes de transformation sociale, pour reprendre l'offensive politique et idéologique :

  • Libérer l'économie et le travail, les services publics, la société des coûts du capital avec de nouveaux financements et de nouveaux pouvoirs.
  • Contre l'insécurité sociale et la société de concurrence, donner la priorité à l'humain et au bien commun.
  • Reconquérir notre industrie pour la mettre au service de l'emploi, d'un nouveau modèle productif, d'une transition écologique et de progrès social. La convention nationale sur l'Industrie se tiendra les 10 et 11 octobre prochains.
  • Construire une nouvelle démocratie, fondée sur le pouvoir des salariés et des citoyen-ne-s.
  • Amplifier notre bataille pour la refondation de l'Union européenne.

3. Intensifier notre travail de projet en le mettant au centre de toute notre activité avec la société

  • Lors de la matinée du dimanche 9 novembre de la conférence nationale : une dizaine d'ateliers sur le projet ouverts à tous les communistes qui le souhaitent et à tous ceux et celles qui travaillent dans nos réseaux.
  • Courant 2015, une série d'initiatives publiques du PCF dans le pays, sur le thème « Quel projet pour la France ? Les communistes à votre rencontre » avec la participation du secrétaire national, pour des débats et des échanges avec la société.
  • Poursuite du travail de conventions thématiques.
  • La tenue d'une convention nationale du projet à la veille du prochain congrès national.

4. Déployer avec une audace nouvelle le travail de rassemblement et de construction politique

  • pcf,espoir,déclarationJusqu'à la conférence nationale de novembre, prendre des initiatives afin de redonner la parole aux citoyen-ne-s pour refonder la politique et la gauche.
  • Initier dans tout le pays, sous toutes les formes possibles, un processus de large rassemblement jusqu'à l'été 2015 pour un nouveau projet de gauche pour la France avec de grandes étapes nationales à construire et qui s'enracine dès maintenant dans des initiatives locales démultipliées. Nous voulons remettre en mouvement, au travail, et en action toutes les forces qui veulent reconstruire une autre voie que la fuite en avant dans l'austérité.
  • Organisation en France à l'initiative du PGE d'un forum européen des alternatives au printemps 2015.
  • Travailler à faire du Front de gauche un animateur crucial de la construction de ce front large. Nous voulons le relancer en procédant aux changements nécessaires. Pour cela, poursuivre le travail d'évaluation engagé pour déboucher sur une relance appropriée du Front de gauche. Nous proposons, début septembre, une grande réunion d'un Conseil national élargi du Front de gauche pour engager une vraie dynamique.
  • La Fête de l'Humanité sera la première grande échéance de convergence des luttes, des campagnes politiques, du travail de projet et de rassemblement pour un Front large du peuple et de la gauche.
  • Travailler au renforcement du PCF, notamment dans les entreprises et les services, avec un effort particulier sur la formation, l'éducation populaire et l'accueil des nouveaux adhérents ainsi qu'à la valorisation de nos initiatives de solidarité concrète (journée à la mer, vente de fruits et légumes...)

Paris, le 15 juin 201

09:15 Publié dans ACTUALITES, PARTI COMMUNISTE FRANCAIS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pcf, espoir, déclaration | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

02/07/2013

Municipales 2014 : résister, rassembler, proposer et construire !

pcffg.jpgDECLARATION DE LA FEDERATION DE L'ESSONNE DU PCF

Face à l’ampleur et à la nature de la crise, rien de bon ne sera possible pour la France, pour notre peuple, pour la gauche, sans un mouvement d'opinion et d'action suffisamment large et profond pour réunir les conditions de la mise en oeuvre d'une politique nouvelle alternative à l'austérité.

Une alternative, c'est-à-dire les grands axes d’une autre politique à gauche, en France et en Europe, capable de faire reculer les puissants intérêts de la finance et indissociablement promouvoir les rassemblements, populaires et politiques capables de porter ces objectifs.

Il faut d'abord, continuer à convaincre sur les impasses de la politique actuelle du gouvernement pour transformer la déception, voire la colère en conscience pour la lutte et l'action. Les municipales en seront un moment important.

Ces politiques plongent notre pays en récession. Elles accentuent le chômage et l’explosion des inégalités qui touchent au premier chef les jeunes, les femmes, les retraités et frappent durement le pouvoir d'achat des Français.

Il est évident qu'aucun « redressement national » n'est envisageable sans relance socialement utile par la création d’emplois durables, le développement de notre production industrielle et l’intervention publique dans les entreprises pour faire reculer les critères de rentabilité des actionnaires et du MEDEF, au profit d'un réel partage des richesses.

Il est impératif de mobiliser toutes les richesses et les ressources financières disponibles, combattre les rendements spéculatifs de la finance. Il faut instituer une grande réforme fiscale qui fasse reculer les inégalités et l'évasion fiscale, frauduleuse comme légale.

Il est tout aussi essentiel d’imposer l'arrêt des politiques des suppressions d'emplois publics, le rétablissement des dotations aux collectivités locales et la compensation des charges qui leur sont transférées. De leur favoriser l’accès à des crédits bonifiés car elles réalisent plus de 70% des investissements civils de notre pays.

L’urgence consiste en un programme national de relance sociale, industrielle et de transition écologique notamment dans l'énergie, les transports, l'habitat…Enfin, dans le même mouvement, il est temps d'engager la refondation de notre République par la transformation démocratique de nos institutions et des modes de scrutin, par la remise en chantier complète de l'acte III de la décentralisation, vers une VIème République.

Il nous faut aborder avec ambition la lutte contre les inégalités sociales et territoriales, financer le développement des services publics et de la protection sociale, réussir les indispensables mutations sociales, écologiques, industrielles, informationnelles et démocratiques.

Les prochaines échéances électorales que sont les élections municipales donneront un signal politique d'importance, fortement marqué par l’enjeu national, deux ans après l'élection présidentielle.

Ce qui anime les communistes de l’Essonne est de savoir ce qui doit être « bon et utile » pour les populations à l’aune de ces élections pour les six années de mandature qui suivront.

100_9750.JPGPour y parvenir, la Fédération de l’Essonne du Parti communiste français se fixe 3 objectifs.

1- Etre à l’offensive et rassembleurs. Nous nous opposerons et mettrons en échec la droite et l'extrême droite, le Front national, qui affichent des ambitions dans notre département et visent la conquête de plusieurs communes.

2- Contribuer aux mobilisations citoyennes, promouvoir des pratiques démocratiques nouvelles, des engagements contre l'austérité et agir pour des politiques publiques ambitieuses, pour la défense et le développement des services publics, le logement social, la gestion publique de l’eau, le droit de vote des ressortissants étrangers, le rejet de l’acte III de la décentralisation qui réduirait à portion congrue le rôle des communes. Ainsi nous voulons élaborer des rassemblements, des dynamiques citoyennes et des contenus de progrès social, pour construire des projets municipaux et élaborer des listes larges et ouvertes.

3- Renforcer le large réseau d’élus communistes, du Front de gauche, conquérir des influences et des positions électives, tant dans les majorités que dans les oppositions, partout y compris dans les villes et villages de plus de 1000 à 3500 habitants (selon le nouveau mode de scrutin), pour mener en proximité les nécessaires actions avec les populations, répondre à leurs aspirations, mener le combat pour une autre perspective.

Notre boussole, notre ambition restera la même : unir le plus largement possible à gauche, combattre les intentions de la droite et l’extrême droite, agir dans le sens des réponses concrètes aux populations des villes de notre département.

19/02/2009

Sarkozy à mille lieues des réponses que la crise exige !

Nicolas Sarkozy a rencontré aujourd’hui les partenaires sociaux, et s’est ensuite exprimé dans une allocution télévisée.

manif Pcf 104.jpgManifestement, les mesures annoncées par le Président de la République sont à mille lieues des enjeux de la situation économique et sociale actuelle. Au regard des 15 milliards d’euros du paquet fiscal ou encore des 8 milliards de cadeaux avec la suppression de la taxe professionnelle et des milliards accordés aux banques et aux grands groupes sans contreparties, c’est bien peu, bien trop peu.

Nicolas Sarkozy prétend « revaloriser le travail » ou encore « partager les profits » sans pour autant toucher aux salaires. C’est une escroquerie pure et simple. L’augmentation des salaires est une revendication extrêmement forte du monde du travail, et elle est moquée et méprisée par un chef de l’Etat dont l’attitude conforte l’intransigeance bornée du Medef.

Au final, toujours pas de changement de cap, toujours pas de réaction à la très grande crise dans laquelle s’enfonce le pays, au contraire, il maintient les réformes destructrices contre lesquelles se mobilisent les universitaires, les chercheurs, les fonctionnaires ou encore les hospitaliers. Mais que faudra-t-il donc à ce Président pour qu’il réalise enfin que son obstination et son mépris entrainent la France par le fond. Or, c’est précisément le messages que lui ont envoyé les 2,5 millions de français qui se sont mobilisés le 29 janvier dernier.

La gravité de la situation nécessite autre chose qu’un exercice de communication, elle impose que chacun prenne ses responsabilités. Dans ces circonstances, les luttes sociales et politiques, le rassemblement à gauche, sont plus nécessaires que jamais et la grande journée revendicative du 19 mars donnera la mesure du mécontentement des français à l’égard de la politique de la droite.

Parti communiste français

Paris, le 18 février 2009.

 

19:33 Publié dans PARTI COMMUNISTE FRANCAIS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, déclaration, pc | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

06/12/2007

Elections municipales et cantonales

  BATTRE LA DROITE

RASSEMBLER LA GAUCHE

Les communistes de l'Essonne à l'offensive

Les acc29973ada3da6cb8ca6b648ce58b42.jpg9 et 16 mars auront lieu les élections municipales et cantonales. Ces scrutins seront une occasion politique pour que s'exprime puissamment le rejet de la politique Sarkozyste; pour que le mouvement populaire reprenne confiance dans sa force ; pour construire à gauche une alternative résolument opposée aux recettes libérales du capitalisme mondialisé. La droite UMP et MODEM ne cache pas ses ambitions :elle veut transformer les territoires en relais actifs des politiques de casse sociale, de ségrégation urbaine, de démantèlement des services publics.

Les communistes de l'Essonne ne ménagent pas leurs efforts pour que dans chacune des villes et chacun des villages du département s'opère le rassemblement le plus large de toutes les forces de gauche et écologistes. Partout, ils œuvrent à construire des listes ouvertes à la société civile, porteuses de valeurs et de combats émancipateurs, représentatives des générations et des origines.

Dans les villes gérées par des majorités de gauche, ils travaillent à leur reconduction. Ils le font d'une part sur la base du bilan réalisé par ces équipes et d'autre part sur leur volonté que les programmes municipaux soient élaborés en liens étroits avec les populations. Dans ces villes, les élus communistes, qu'ils soient en responsabilité directe comme Maire, ou associés dans des municipalités avec des maires PS ou divers gauche, ont été des élus combatifs, inventifs, proches des préoccupations populaires.

Rien dans ces conditions ne justifie les tentatives et les calculs à courte vue qui conduisent, ici ou là, à des pressions pour que soit minoré l'apport et le nombre des élus communistes mais aussi écologistes ou divers gauche. Pour que la gauche conserve ses positions et en conquière de nouvelles, tous les partenaires doivent être respectés. Chacune des composantes comptera pour faire le résultat et engager des dynamiques victorieuses.

Cela vaut aussi pour les villes qui peuvent être gagnées sur la droite. Il s'agit là de faire la démonstration qu'une gauche rassemblée, dans le respect de sa diversité et de ses sensibilités peut entraîner une majorité d'électeurs face à des Maires de droite qui couvrent et relaient tous les reculs sociaux et démocratiques du pouvoir sarkozyste.

Les communistes de l'Essonne ont l'objectif de reconduire les équipes de gauche, les maires sortant, et ou les chefs de file choisis d'un commun accord et battre dans le maximum d'endroit les maires de droite. Sur ce chemin, ils appellent à la mobilisation pour que les obstacles existants puissent être au plus vite résorbés.

Par ailleurs, les communistes de l'Essonne ne sous estiment pas l'enjeu de l'élection cantonale. La préservation de la majorité de gauche du Conseil général sera un combat. La droite s'est donnée les moyens politiques et les dirigeants pour tenter de faire basculer le département. L'heure n'est donc pas pour la gauche à la quiétude. Le bilan de la majorité départementale est un bon bilan. Mais la majorité ne sera conservée que si canton par canton, la campagne est menée au niveau nécessaire. C'est ce à quoi, les communistes et leurs candidats vont s'atteler. La campagne des cantonales a besoin d'une forte impulsion de la majorité et de son exécutif. Des initiatives sont à prendre dans les meilleurs délais dans ce sens. Il faut rendre visible et palpable pour les populations que conserver une majorité départementale de gauche sera un point d'appui pour se défendre et se faire entendre.

C'est avec cet état d'esprit que les communistes de l'Essonne vont aborder la prochaine période. Beaucoup est à faire. Mais avec une gauche rassemblée et combattive un nouvel horizon est possible.

 Communiqué de la Fédération du PCF de l'Essonne

Corbeil le 6 décembre 2007

16:40 Publié dans ACTUALITES | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : PCF91, déclaration, municipale, cantonale | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!