Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2015

Grèce - Intervention de Pierre Laurent au Sénat sur l’accord du 13 juillet

pierre laurent,grèce,sénat

Les sénatrices et sénateurs du groupe CRC du Sénat ont exprimé cet après-midi, par la voix de Pierre Laurent, leur refus de la loi d’airain imposée par les dirigeants de la zone euro à la Grèce.

Ils refusent que l’austérité soit le seul avenir de l’Europe, que la puissance financière allemande impose, seule, son ordre.

Ils refusent les nouvelles souffrances ordonnées au peuple grec par l’accord qui s’apparente à un coup de force, validé au matin du 13 juillet.

Le peuple grec est victime depuis 5 ans d’une politique de réduction massive des droits et du niveau de vie. Cette politique est un échec et les institutions européennes, associées au FMI, la troïka, persévèrent et accélèrent, saignant plus encore jusqu’à la déraison la Grèce, son peuple.

Les sénatrices et sénateurs du groupe CRC soutiennent Alexis Tsipras qui, avec courage, a résisté jusqu’au bout pour éviter à son pays la sortie de la zone euro et le désastre qui s’ensuivrait. Ils soutiennent cette démarche de résistance à ceux qui entendent se débarrasser de la Grèce, nonobstant leur propre idéal européen.

Alexis Tsipras et son gouvernement ont fait face à un chantage inacceptable et écoeurant qui suscite colère et désarroi. Pour eux, c’était subir ou s’effondrer.

Les forces progressistes européennes ont aujourd’hui un rôle premier à jouer pour dénoncer la fuite en avant libérale prônée par Angela Merkel qui hypothèque l’avenir européen.

Un autre accord est possible, un accord respectueux de la démocratie et du choix du peuple grec, un accord plaçant les banques qui s’engraissent sur son dos devant leurs responsabilités, un accord mobilisant les immenses richesses au service du progrès social et de l’investissement pour l’emploi en Grèce comme en Europe.

Dire non à cet accord cynique et rétrograde, c’est permettre à la Grèce de se reconstruire sur d’autres valeurs que celles de la finance et la concurrence.


Grèce - Intervention de Pierre Laurent sur l... par CN-PCF

18:53 Publié dans ACTUALITES, ACTUes-Vidéos, International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pierre laurent, grèce, sénat | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

13/07/2015

GRECE : DECLARATION DE PIERRE LAURENT !

plts.jpg

Un accord de compromis a été trouvé ce matin par les chefs d'Etats de la Zone euro. Cet accord écarte le scenario du « Grexit » et l'asphyxie financière de la Grèce, voulus par Wolfgang Schaeuble et Angela Merkel, qui jusqu'à la dernière minute ont tenté la mise sous tutelle intégrale de la Grèce, la négation de sa souveraineté, sa soumission aux puissances financières, sa vente à la découpe.

Si un accord est signé, c'est grâce au courage du Premier Ministre grec. Pour la première fois, un chef de gouvernement a osé affronter les puissances dominantes qui pensent que tout leur est permis en Europe. Le soutien de son peuple n'a cessé de grandir depuis janvier pour cette raison. Je me réjouis que la France ait joué un rôle positif à ses côtés.

Certaines des concessions faites ont étés imposées à la dernière minute. N'oublions pas que ce fut sous la menace et après 2 semaines de fermeture des banques. Le gouvernement grec a fait un choix responsable, celui de permettre avant tout la stabilité financière durable du pays et l'investissement pour l'emploi et le redressement productif du pays. La dette sera rééchelonnée et les taux d'intérêts renégociés. Alexis Tsipras a confirmé son intention de faire porter les efforts sur les grecs les plus riches et de protéger les classes populaires. La BCE doit immédiatement décider la réouverture des robinets pour les banques grecques.

L'Europe vit des moments historiques. Les pressions et humiliations subies par Alexis Tsipras et le peuple grec durant tout le week-end soulèvent de lourdes questions pour nous tous, pour l'avenir de la coopération dans la zone euro. Le combat pour l'égalité des pays, le respect de la démocratie et de la diversité, pour la solidarité, pour la reconquête de pouvoir sur la finance doit se poursuivre. C'est une question existentielle pour un avenir solidaire dans l'Union européenne.

Tous les européens ont intérêt à amplifier leur soutien à cette bataille politique et leurs luttes contre l'austérité dans leur propre pays. J'appelle toutes les forces démocratiques et de gauche à travailler ensemble à un projet commun pour sortir l'Europe de la tourmente libérale.

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek

24/06/2015

Pierre Laurent: Alexis Tsipras «a tenu bon sur la baisse des pensions de retraite»

plrfi.jpgA l’issue du sommet extraordinaire qui a eu lieu hier soir, le 22 juin à Bruxelles, les dirigeants européens se montrent plutôt optimistes aujourd’hui sur la possibilité de trouver un accord avec la Grèce. Le gouvernement grec a lâché du lest sur les retraites, l’âge de départ serait maintenue à 67 ans. Les différents régimes de préretraite seraient pour la plupart supprimés. Autre concession, la TVA pourrait être relevée de 6,5 à 13 % dans le secteur du tourisme, passer à 23 % dans les services et une taxe serait créée sur les revenus supérieurs à 30 000 euros par an.

Pour en parler, Frédéric Rivière a reçu sur RFI Pierre Laurent, secrétaire général du PCF, qui revient sur le sommet extraordinaire à Bruxelles, sur le paiement de la dette grecque et la mobilisation politique de soutien à la Grèce en France.

« Alexis Tsipras a maintenu ferme sur des exigences qui étaient des lignes rouges comme il l’avait dit depuis longtemps, sur le fait de ne pas augmenter la TVA, puisque c’était une exigence notamment du FMI, sur les plus pauvres, sur les produits de l’électricité et sur des produits de premières consommations. Il a tenu bon sur la baisse des pensions de retraite qui étaient exigées pour la grande masse des retraités grecs qui sont déjà dans la difficulté. Mais il y a effectivement une bataille très difficile. En vérité, depuis cinq mois, les institutions européennes ne négociaient pas avec Tsipras. Elles ont essayé de le faire capituler et de le faire renoncer à son propre programme. Et tout le monde s’est aperçu que le gouvernement grec allait tenir bon et c’est ce qui permet aujourd’hui la négociation… »

« Depuis cinq mois, en vérité, les institutions européennes ne négociaient pas avec Tsipras, elles ont essayé de le faire capituler, renoncer à son programme. Tout le monde s'est aperçu que le gouvernement grec allait tenir bon, c'est ce qui permet aujourd'hui la négociation. Mais il y a des problèmes à régler, des problèmes européens, notamment celui de la dette. »
La question de la dette grecque « est évidemment à l'ordre du jour puisque tout le monde sait et tout le monde reconnait, parfois en privé, que la dette actuelle ne peut pas être honorée. Et elle n'a pas à être honorée en grande partie parce que ceux qui se gavent des financements européens depuis des années, ce sont les créanciers » qui continuent « d'essayer de vivre sur la bête. »
 
François Hollande a l’air « décidé à obtenir un accord en tenant compte du gouvernement grec. Il était sur une position qui était de dire ‘un accord est nécessaire pour la zone euro et cet accord doit prendre en compte des demandes qui sont devenues des demandes raisonnables, disait-il, du gouvernement grec’. Nous l'avons encouragé à élever la voix de la France que nous trouvions bien trop silencieuse dans cette affaire. Nous ne pouvons pas entendre que Christine Lagarde et Angela Merkel. Nous avons exactement le même intérêt que la Grèce à faire sortir l'Europe des rails de l'austérité actuelle. »

Pierre Laurent appelle à « poursuivre le travail de solidarité » avec la Grèce.

Par Frédéric Rivière, RFI

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA  Traduire français en Portuguese  Traduire français en Russian  Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic  Traduire français en danish Traduire français en Greek


Pierre Laurent: Alexis Tsipras «a tenu bon sur... par rfi

09:58 Publié dans International, PARTI COMMUNISTE FRANCAIS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pierre laurent, pcf, rfi, grèce | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!

02/06/2015

Mediatisation/Audiovisuel : Pierre Laurent interpelle le Président du CSA

forum.jpg

Vous trouverez ci-dessous un courrier de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et Président du Parti de la gauche européenne, adressé à Olivier Schrameck, Président du CSA.

"Monsieur le Président,
 
Ce week-end à Paris, place de la République,  le PCF, le Front de gauche et le Parti de la gauche européenne ont organisé un événement politique d'une très grande portée pour la vie politique française et pour l'avenir de l'Europe, aujourd'hui à la croisée des chemins.
 
Cinq mille personnes, dont 200 invités venus de 20 pays, 42 organisations politiques, 18 organisations syndicales et 80 associations ont débattu pendant 2 jours, dans 3 plénières et 30 ateliers, des alternatives à l'austérité. Toutes les forces de la gauche française était présentes dans une ambiance de travail et d'écoute. Le samedi soir, un concert a donné un caractère populaire et festif à cette initiative et a rassemblé beaucoup de jeunes et de parisiens en solidarité avec les migrants.
 
Nous avons accueilli Giorgos Katrougalos, Ministre grec de la fonction publique et de la réforme de l’État, Zoe Konstantopoulou, Présidente du Parlement grec, ainsi que plusieurs membres de la direction de Syriza et des personnalités emblématiques de la lutte du peuple grec. Tous étaient à la disposition des citoyens pour expliquer la politique du gouvernement d'Alexis Tsipras, et débattre d'une alternative européenne commune.
 
Je ne peux m'expliquer l'absence totale des grands médias de l'audiovisuel de notre pays. Comment un tel événement a-t-il pu être passé sous silence ? Et je me permets la remarque suivante issue de mon expérience de Président du Parti de la gauche européenne : cette situation de blackout médiatique n'existe dans aucune autre démocratie européenne.
 
Un traitement, fut-il critique de l’événement, aurait été normal. Compte tenu de l'actualité européenne, de l'enjeu des négociations en cours entre la Grèce et ses partenaires, le Forum européen des alternatives et ses participants étaient un espace d'explications et de décryptages indispensables à l'information de nos concitoyens. Quel manque à gagner pour le pluralisme, la démocratie et le droit à l'information de nos concitoyens. Il y avait samedi deux actualités politiques. La première porte de Villette avec le congrès d'une UMP relookée; la seconde, place de la République, avec un rassemblement très large des forces progressistes françaises et européennes. Médiatiquement, il ne fut question que de la première alors qu'il y avait la possibilité de faire vivre le pluralisme. 10 ans près la victoire du "Non" au référendum sur le Traité constitutionnel européen, et alors que les grands médias avaient tous fait leur mea culpa, les leçons ne sont toujours pas tirées.
 
Monsieur le Président, je souhaite vous rencontrer pour échanger avec vous et réfléchir aux moyens d'empêcher qu'une telle situation ne se reproduise."

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish Traduire français en Greek
 
Voilà les images interdites de diffusion sur toutes les chaines publiques et privées de France :
 

31/05/2015

PCF, EELV et socialistes «frondeurs» réunis au Forum européen des alternatives

plforumalternatives.jpg

De gauche à droite : Pouria Amirshahi, un socialiste «frondeur», Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'Europe Écologie Les Verts, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF et Zoé Konstantopoulou, présidente du Parlement grec, membre du parti de gauche radicale Syriza.
@ForumAlternativ

Dix ans après la victoire du «Non» des Français au référendum sur la Constitution européenne, Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, Emmanuelle Cosse, son homologue écologiste, Pouria Amirshahi, député socialiste «frondeur» et Zoé Konstantopoulou, membre du parti de gauche radicale Syriza et présidente du Parlement grec, étaient réunis samedi pour affirmer leur volonté de «convergence politique».

Dans le cadre du forum européen des alternatives organisé samedi et dimanche place de la République à Paris par le Parti communiste, tous les quatre participaient à une plénière intitulée «L'austérité ça suffit. Notre objectif : le développement humain en Europe». Dans la salle, Jean-Luc Mélenchon, leader du Parti de gauche, et Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS, étaient assis au premier rang.

«Il faut trouver tous les moyens de discuter et de trouver des lieux de controverse, de discussion, de construction commune», a expliqué à la presse Emmanuelle Cosse, pour qui «ces échanges ne se traduisent pas obligatoirement par une question électorale». «La question est comment on construit une réponse commune à la crise actuelle et qu'on sort de cette impression qu'il n'y a qu'une seule ligne possible et qu'on ne peut pas débattre», a-t-elle avancé. 

EELV-PCF : «Travailler à de la convergence»

«Au-delà des débats qui nous traversent, il faut être capable dans des circonstances de plus en plus nombreuses d'affirmer des convergences, des idées qui nous rassemblent. Le faire sur la question européenne dans un moment aussi crucial pour l'Europe a beaucoup de signification», selon Pierre Laurent. «On ne va pas lever avec un coup de baguette magique toute une série de différences (...) C'est un chemin, ce n'est pas une ligne droite, ce qui compte, c'est la boussole», a souligné le patron des communistes.

«Cette convergence ne se décrète pas, elle se construit», a-t-il insisté alors que sur le plan électoral, PCF et EELV ne parviennent pas à faire liste commune. «On ne va pas créer de l'adhésion auprès des Français simplement parce qu'à un moment, on a accolé des noms de partis et des histoires politiques sans avoir travaillé à de la convergence, y compris à ce qu'on peut faire localement», s'est défendue Emmanuelle Cosse.

«La Grèce montre le chemin»

Pour le socialiste Pouria Amirshahi, ce genre de rendez-vous est un pari sur l'avenir : «Il y a bien des questions qui nous rassemblent. Ces rapprochements politiques sont utiles pour demain.» «La Grèce montre le chemin et il est important dans cette période historique que chacun et chacune fasse des choix pour lesquels nous serons fiers d'ici deux ou trois décennies», selon Zoé Konstantopoulou.

«Les images de l'austérité en Grèce sont les images du futur européen si on ne met pas fin à ces politiques d'austérité», a-t-elle prévenu. «L'austérité tue», avait-elle lancé quelques minutes plus tôt sur scène.

Article publié par le Parisien

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish Traduire français en Greek
 

29/05/2015

Laurent (PCF) déplore que "les communistes aient porte close au Panthéon"

resistancehommagepcf.jpgMercredi soir, le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, a de nouveau déploré que "la famille communiste (ait) toujours porte close au Panthéon".

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF a de nouveau déploré mercredi soir que "la famille communiste (ait) toujours porte close au Panthéon". "Je veux saluer la décision du président de la République de panthéoniser quatre personnalités de la résistance (...) mais avec honnêteté je veux redire que nous ne comprenons pas pourquoi la famille communiste a toujours porte close au Panthéon", a déclaré Pierre Laurent lors d'une soirée hommage à la Résistance au siège du Parti communiste.

 

L'esprit de la Résistance va pour nous avec l'esprit des réformes progressistes

Cette soirée hommage "à toute la résistance", place du colonel Fabien, se déroulait en présence de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d'Etat chargé des anciens combattants et de la Mémoire. "Je pourrais citer des centaines de noms (de communistes) qui sont sur le fronton d'une école, d'une rue, qui peuplent les paroles d'une chanson", a rappelé Pierre Laurent qui a évoqué la "blessure ressentie par de très nombreux communistes", de ne pas être représentés au Panthéon. "Au-delà de ce fait précis peut-être faut il choisir la manière dont sont choisis ceux qui entre au Panthéon, consulter davantage", a-t-il souhaité. Les communistes aimeraient être représentés "à l'égard de la part (qu'ils ont) apportée à la libération de la France". "L'esprit de la Résistance va pour nous avec l'esprit des réformes progressistes (...) les communistes furent des artisans majeurs de ces réformes", a dit Pierre Laurent.

"C'est aussi faire reculer les logiques de guerre qui grandissent dans le monde"

"Le programme du conseil national de la résistance a, entre autre, ouvert la voie à la création de la sécurité sociale( ..), la fonction publique fut remise sur pied par Maurice Thorez", a-t-il rappelé. "La France tient debout grâce à ces conquêtes", a-t-il dit avant de souhaiter que "la politique de la France retrouve l'élan transformateur dont elle est capable". Soulignant le danger de "l'extrême droite française et européenne", Pierre Laurent a estimé que "libérer la France et l'Europe aujourd'hui, c'est d'abord les libérer des puissances financières". "C'est aussi faire reculer les logiques de guerre qui grandissent dans le monde", a-t-il ajouté. "L'hommage rendu par le président de la République dépassait largement ces quatre personnalités, il était adressé à toutes celles et ceux qui animés par l'esprit de résistance se sont levés pour défendre la république", s'est défendu Jean-Marc Todeschini.

Publié dans le Midi Libre

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish Traduire français en Greek

23/05/2015

Déclaration de Pierre Laurent à propos du résultat sur le vote des motions du PS

ps.jpgLe PS a une nouvelle majorité. Elle est nette, j'en prends acte, mais elle est aussi hétéroclite et affaiblie. Il y a dans le résultat des votes une mauvaise et une bonne nouvelle.

La mauvaise, c'est l'encouragement donné à la politique social-libérale gouvernementale. Le couple exécutif Hollande-Valls va utiliser ce vote comme un feu vert pour amplifier des choix néfastes pour la gauche et pour notre peuple. La bonne, c'est que des dizaines de milliers de socialistes contestent ces choix.

Le PS reconnaît la perte de 40 000 adhérents depuis 2012, et environ 15 000 votants en moins. Le résultat de la motion majoritaire est de plus de 15 points inférieur à celui de 2012. Les motions d'opposition progressent. Je continuerai à appeler tous les socialistes qui veulent d'autres choix à joindre leurs forces aux nôtres pour reconstruire un nouveau projet de gauche alternatif aux choix Valls-Hollande.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Google-Translate-English to French Traduire français en German  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA   Traduire français en Portuguese   Traduire français en Russian   Traduire français en Spanish Traduire français en Arabic   Traduire français en danish Traduire français en Greek

13:35 Publié dans ACTUALITES, PARTI COMMUNISTE FRANCAIS | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ps, résultats, pcf, pierre laurent | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!