Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2017

Allemagne, Espagne, tristes images de l’Europe

josé fort.pngLa chronique de José Fort sur Radio Arts Mada en direct tous les lundi à 19h que vous pouvez retrouver en différé le lundi suivant sur Chansons Rouges Mosaik Radio à 12h, 18h, 23h et 8h}}}

Au lendemain des élections en Allemagne, avant le référendum en Catalogne et les incroyables opérations policières à Barcelone et dans toute la région, une constatation : l’Europe est malade, gravement malade.

Dans le premier pays, l’extrême droite pour la première fois depuis la Seconde guerre mondiale fait son entrée au Parlement fédéral, dans le second, arrestations, perquisitions, interdictions rappelant la période franquiste se déroulent sans la moindre protestation de l’Union européenne si friande pourtant d’interventions sur d’autres continents notamment au sud des Amériques.

Avant d’aller plus loin, souvenez-vous de la plupart des commentaires entendus ces derniers jours à propos des élections allemandes. Mme Merkel allait remporter une nouvelle fois un grand succès basé sur les excellents résultats de sa politique. C’était comme ça et pas autrement.

Je n’ai pas pour habitude de me référer au journal « Le Figaro » mais je ne peux m’empêcher de le citer. Ce matin, il titrait sur « l’amère victoire » de Mme Merkel, s’inquiétait de « l’ombre sur une victoire étriquée » et poursuivait sur le score « au goût amer » de la chancelière. La plupart des « spécialistes » de la politique allemande et autres commentateurs ou trices des « grands » médias se sont plantés. Une fois de plus.

Voici les résultats définitifs : CDU/CSU : 33% ; SPD :20,5 ; AFG (extrême droite) :12,6 ; FDP (ultra libéraux) :10,7 ; Die Linke ( communistes et alliés) :9,2 ; Verts :8,9.

CDU/CSU et sociaux démocrates subissent un net recul, l’extrême droite enregistre une forte percée, les ultra libéraux du FDP reviennent dans le jeu politique. Quant à Die Linke et les Verts, il résistent plutôt bien au grand chamboulement.

De nombreux commentaires attribuent le score non attendu de Mme Merkel à la xénophobie. C’est une des raisons du résultat de l’extrême droite mais pas seulement. La colère se nourrit actuellement en Allemagne de la politique d’injustice sociale, de précarité et de misère que les sociaux démocrates ont mis en place des 2002 lorsqu’ils étaient au pouvoir. Mme Merkel a poursuivi et amplifié cette politique d’austérité pour les plus faibles avec le zèle qu’on lui connaît. Résultat ? Les fascistes s’installent au Bundestag.

Alors que les extrêmes droites européennes fleurissent ici et là, il était courant de brandir « l’exception allemande ». C’est terminé. La tragédie est toujours suspendue au-dessus de la tête des hommes et il faut toujours s’attendre à la voir ressurgir.

Du côté de l’Espagne, on croit faire un mauvais rêve, un retour à la période noire du franquisme. La ministre de la Défense vient de déclarer : « Le gouvernement empêchera par terre, air et mer le référendum » annoncé en Catalogne. Rien de moins après le débarquement de 4000 gardes civiles en renfort de ceux déjà sur place et le déferlement répressif de la semaine dernière.
Loin de moi l’idée de formuler une opinion définitive sur le thème de l’indépendance de la Catalogne, tellement des forces contradictoires s’expriment sur ce sujet, de la droite la plus conservatrice toujours prête à s’allier avec la droite de Madrid, aux forces de gauche annonçant un nouvel espace de liberté. Ce que je sais par contre c’est que le droit à l’autodétermination figure dans la Constitution espagnole et qu’on ne règle jamais un problème politique en utilisant la force.

Franco s’était déjà illustré en Catalogne en allant jusqu’à interdire la langue catalane provoquant une résistance massive. Quant à Rajoy, l’homme au pouvoir à Madrid, plus il crache sa haine et sa violence, plus il entraîne de nouveaux partisans dans le choix de l’indépendance.

Les temps sont sombres pour l’Europe. La chanson de Michel Fugain « La bête immonde» est plus que jamais d’actualité. Ecoutons.
José Fort

Écrire un commentaire