Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2017

Prix Nobel de la paix 2017 à ICAN

nobel_prix.jpgL'attribution du prix Nobel de la paix à Ican – Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires – est une récompense considérable pour toutes celles et tous ceux qui luttent pour un monde de paix où la solidarité entre les peuples et les nations est centrale.

Je me réjouis fortement du choix du jury car cela encourage par là même toutes les organisations partenaires de cette campagne, parmi lesquelles le PCF, pour leur engagement pour une sécurité humaine mondiale.

Face à la montée des tensions ces derniers mois en Asie et aux propos belliqueux du président des États-Unis qui ont fait renaître le risque d’un conflit nucléaire, la remise du prix Nobel de la paix à Ican traduit l'aspiration des peuples à un monde de paix, de solidarité, de liberté, un monde délivré de ces armes de destruction massive.

A présent, il est grand temps que la France, membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, ratifie le Traité international d’interdiction des armes nucléaires qui a été adopté le 7 juillet dernier à l’initiative de l’ONU par 122 pays. La France doit également s'engager avec les 115 pays déclarés « zones exemptes d’armes nucléaires » dans un processus mondial de destruction des armes nucléaires.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

02/10/2017

Le Macronisme, c’est l’insécurité de vie

macron signant.jpg

Patrick Le Hyaric, député Européen, directeur de l'Humanité

Vous pouvez écouter cet éditorial sur notre radio Chansons Rouges Mosaik Radio}}}

En convoquant micros et caméras pour permettre au « bon peuple » d’assister en direct à la démolition du contrat social français par simple signature du monarque, M. Macron met en scène sa propre arrogance et affiche son mépris envers la majorité de français qui refuse ses ordonnances. Il indique ainsi qu’il ne compte rien lâcher de sa violente offensive antisociale, sûr du soutien pressant des milieux financiers et patronaux.

Non contents de ce qui leur a été offert durant les deux quinquennats précédents, les forces d’argent et le MEDEF appellent à donner l’assaut final contre l’Etat social républicain. Ils  comptent, à la faveur de la décomposition du paysage politique et du début de mandat de leur protégé,  imposer un nouvel (dés)ordre social profondément inégalitaire  et ambitionnent de redéfinir la fonction du travail humain en le pliant aux injonctions financières, alors que c’est le capital lui-même et sa rémunération qui sont à l’origine des crises actuelles. La bataille est rude.

C’est un combat de classe de haute intensité. Tout est attaqué en même temps : du droit du travail à celui au logement, du système des retraites à la sécurité sociale, en passant par les collectivités territoriales et l’université. Il n’y a pas d’accord majoritaire de nos concitoyens pour un tel projet destructeur, en lien direct avec les injonctions des institutions européennes et la fuite en avant dans le libre-échange destructeur. Ainsi en est-il du traité avec le Canada que M. Macron fait appliquer sans accord du Parlement français. La mobilisation sociale prend racine et se développe. La manifestation organisée par Jean-Luc Mélenchon aura été un franc succès qui témoigne de la recherche par des dizaines de milliers de nos concitoyens d’une issue politique de progrès à la confrontation qui s’amplifie entre le capital et le travail.
Face au projet global de destruction du système social français au profit du marché, c’est une riposte globale de la France en résistance qui doit s’affirmer.

C’est ce qui commence à poindre dans le monde du travail où après la mobilisation des routiers à l’appel de trois syndicats lundi dernier, la fonction publique annonce une journée de mobilisation le 10 octobre. Jeudi 28 septembre, les retraités se sont mobilisés contre la ponction par la hausse de la CSG de leurs maigres pensions et contre l’opération cynique qui consiste à les opposer aux nouvelles générations.
Ces indispensables ripostes doivent encore s’élargir en misant sur la diversité et la complémentarité des organisations et forces disponibles. Entrons dans une logique de dynamique, additionnons les volontés et les forces à partir d’un dialogue franc et loyal  pour l’unité populaire dans l’action pour faire front et d’ouvrir d’autres perspectives. Des millions de nos concitoyens n’attendent que cela et parmi eux tant de jeunes qui n’en peuvent plus d’être sacrifiés sur l’autel du veau d’or.

Réunis en conclave, les députés macronistes ont prétendu vouloir faire la « pédagogie » de la casse sociale en cours. Peut-être faudrait-il leur expliquer qu’il n’y pas meilleure pédagogie que l’expérience du réel. Celle de ces retraités amputés de plusieurs centaines d’euros chaque année après une vie dédiée à l’effort collectif.  Celle de ces salariés, souvent parmi les plus précarisés, revenus au travail grâce aux contrats aidés dans le milieu associatif ou dans les collectivités locales et auxquels on promet un retour à pôle emploi. Celle de ces élus locaux qui ne peuvent déjà plus assurer la continuité du service public dans leur commune et qui vont devoir faire face aux 13 milliards d’euros d’économie imposés en cinq ans.

Celle encore de ces locataires qui subissent, faute d’investissement, la vétusté de leurs logements et auxquels on annonce 685 millions d’euros en moins pour les organismes HLM alors que l’impôt sur la fortune est allégé de 2 milliards. Celle des étudiants, qui vivent pour un quart d’entre aux sous le seuil de pauvreté et auxquels on annonce une amputation des aides au logement et de nouveaux baux précaires de 1 à 10 mois.
Rien ne dit que nos concitoyens acceptent une société « d’insécurité de vie ». Déjà les élus locaux ont manifesté leur désapprobation du projet macroniste en refusant massivement de voter pour les listes présidentielles aux sénatoriales.

Les mobilisations sociales, si elles convergent et les forces politiques de progrès social, si elles s’entendent dans le respect de leurs singularités et s’appuient sur leur groupes parlementaires au Sénat comme à l’Assemblée, peuvent obtenir une victoire retentissante sur le gouvernement en contestant l’adoption définitive du projet de loi de précarisation du travail et en lui opposant le projet d’une sécurité sociale du travail et de la formation. L’enjeu est de taille. Aider aux convergences, relier les protestations et les actions, montrer et démontrer l’autre voie au service de toutes et tous, n’est-ce pas le plus urgent à accomplir dans les jours et les semaines qui viennent ? Nous comptons bien y contribuer.

12:11 Publié dans Patrick Le Hyaric sur Radio Orient | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it!